Se connecterS'abonner en ligne

Fed : mais quelle mouche l’a donc piquée ?

Référence de l'article : TBF3271
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Riches Flores Research

Que les résultats économiques américains se soient améliorés est une chose. Que la Fed rompe comme elle le fait aujourd’hui avec sa stratégie et ses pratiques monétaires en est une autre, que le premier argument ne peut décemment pas justifier. Alors que les économistes américains seront nombreux à se réfugier derrière la décision du FOMC d’hier soir pour nous expliquer qu’elle valide le diagnostic de bonne santé retrouvée de l’économie américaine, telle n’est assurément pas notre analyse. Quelles sont donc les raisons susceptibles d’expliquer la volte-face de la Fed ?

Nous en voyons trois à ce stade :

  1. Ben Bernanke est atteint d’une myopie subite l’empêchant, au contraire de ce qu’il a fait avec brio jusqu’à présent, de voir au-delà des indicateurs américains les plus communs, la réelle fragilité de la situation économique des États-Unis et les implications mondiales d’un changement de cap trop précipité de sa politique. L’hypothèse est normalement peu plausible. Les équipes d’économistes sont, en effet, nombreuses au sein de la Fed et, a priori, suffisantes pour prévenir ce type d’erreur. L’histoire est toutefois là pour nous rappeler que, même les plus grands, ne sont jamais à l’abri du risque d’illusion collective.
  2. Soit, la Fed est plus inquiète que ne l’expriment les données présentes sur les conséquences inflationnistes de sa politique, au moment où la courbe de Phillips se rétablit (voir à ce sujet notre hebdomadaire du 20 décembre 2013) et où, par ailleurs, Barack Obama promet une augmentation du salaire minimum fédéral de 40 %, passant de 7,25 dollars à plus de 10.
  3. Soit, la Fed ne veut pas être tenue pour responsable d’avoir mené une politique dont les bénéficiaires directs ont été les 1 % des Américains les plus riches, participant de facto à un accroissement inédit des inégalités qui n’a de comparable que les années 30.

L’avenir dira si ces trois facteurs...

Pour lire la suite de cet article, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Rédigé le 30 Janvier 2014)
Articles similaires
Jérôme Powell et la Fed redeviennent dovish....Minutes du FOMC : la Fed est résignée, c’est...Emploi US : la possibilité de 3 hausses...La hausse des taux de la Fed aura des...Etats-Unis : inflation et forte croissance aux...Avec une inflation à 2,5%, comment expliquer la...La hausse des taux de la Fed tiendra-t-elle...Fed: le long chemin escarpé vers la supposée...Jackson Hole ou quand les banquiers centraux...Wall Street contrôle mécaniquement la Fed : voici...La Fed va-t-elle céder à la tentation des taux...Finalement, la Fed pas si "colombe" que...Fed : un bien mauvais timing!Crise financière et bancaire de 2008 : Ben...La Fed plus proche d’un QE4 que d’une hausse des...Un FOMC, 3 scenarios...Une issue ?NON, la Fed n'est pas une banque privée,...Janet YELLEN et la Fed : un numéro...La déflation en ligne de mire de la FedFed : l’échec américain est patentLa Fed douche les espoirs de normalisation de sa...États-Unis : tout va donc pour le mieux ?Les raisons pour lesquelles nous ne croyons pas à...Bernanke va faire coller ses interventions...USA : les taux des Fed Funds pourraient rester...Une véritable révolution : la politique monétaire...FED : que penser du Quantitative Easing n°3 ?Les enseignements de Monsieur Ben Bernanke