Se connecterS'abonner en ligne

M. Draghi jette un pavé dans la mare

Référence de l'article : TBB3856
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Riches Flores Research

« Réduire le chômage requiert des politiques d’offre et de demande cohérentes » M. Draghi, Jackson Hole, 22 août 2014.

Nous l'avions dit*, M. Draghi, au pied du mur, finirait pas appeler lui-même à un assouplissement des règles budgétaires, nous y sommes. En effet, la surprise du symposium de Jackson Hole n’est pas venue de Mme Yellen dont l’intervention n’a ni surpris ni rien apporté de nouveau quant à sa stratégie monétaire mais bel et bien de Mr Draghi. Le président de la BCE, tenu de plancher sur le thème central de cette rencontre, le chômage, a pris acte de l'extrême détérioration des conditions du marché du travail dans la zone euro. Son exposé ne pouvait le conduire à d’autres conclusions :

  • Les politiques d’austérité sont en large partie responsables de l’envolée du chômage qui frappe plus particulièrement les pays victimes de la crise souveraine.
  • Sa réduction ne pourra résulter des seules réformes structurelles destinées à améliorer les conditions de développement de l’offre mais nécessite une politique de soutien à la demande.
  • La BCE a encore les moyens et la détermination de faire davantage si nécessaire, notamment si les anticipations d’inflation continuent à baisser comme elles l’ont fait ces dernières semaines, mais « il serait utile que les gouvernements agissent également pour renforcer l’efficacité de la politique économique » en assurant une politique de soutien à la demande.

Le président de la BCE préconise ainsi quatre types d’actions :

  1. L’utilisation des marges de manoeuvres existantes pour mener des politiques plus favorables à la demande, tant au niveau agrégé que national.
  2. Une baisse ciblée de la fiscalité là où le multiplicateur fiscal est élevé en même temps que des baisses de dépenses dans les domaines peu productifs pour lesquels le multiplicateur est moins élevé
  3. Une approche agrégée de l’orientation de la politique budgétaire pour l’ensemble de la zone euro, une plus grande coordination devant permettre...

Pour lire la suite de cet article, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Mis en ligne le 29 Août 2014)
Document mis en Annexe :
Articles similaires
Christine Lagarde : femme, élégante, docile… et...Succession de Mario Draghi à la BCE : choisir...Zone Euro : les économies divergent de plus en...La situation de l'Italie devient vraiment...Allemagne contre BCE : un débat gênant ?L’opinion publique mondiale est injuste avec les...Au menu de 2016 : guerre des monnaies (suite) ET...Le Quantitative Easing, différent de la planche à...Premiers effets de la chute de l’euro : net...Après l’heure, est-ce encore l’heure ?La hausse prévisible des actions allemandes,...Les cache-misère de M. DraghiDécisions de la BCE : quel impact réel pour la...Zone euro : y a-t-il un risque de cliff de...BCE : un passage à l’acte sous peuMarchés de capitaux et déséquilibres économiques...La BCE en retard d’une guerre monétaireNe soyons pas naïfs, M. DraghiZone euro : la boîte à outils est-elle vide ?Les Allemands furieux contre la baisse des tauxLa zone euro, dorénavant, face à elle-même, devra...La BCE réduit son principal taux directeur à...Les analystes divisés sur une baisse des taux de...Draghi est-il un passionné d’histoire, et...Deuxième trimestre en croissance négative,...La BCE abaisse ses taux à de nouveaux plus bas...Les risques Européens largement surestimés à...BCE : reprise du programme de rachat de titres...