Se connecterS'abonner en ligne

Qui va récupérer l'essentiel du business de la City ?

Référence de l'article : OO6666
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian CHAVAGNEUX,Docteur en économie, Diplômé de la London Business School,(18 Février 2018)

Le gouvernement français multiplie les mesures pour attirer les banquiers inquiets de la sortie de la 1ère place financière mondiale, Londres, de l’Union européenne. La City va-t-elle perdre son rôle de premier centre financier mondial à cause du Brexit et si oui, au profit de qui ?
 
Le Royaume-Uni est devenu la plaque tournante de la finance européenne pour deux raisons. D’abord, un marché très internationalisé s’y est développé dès la fin des années 1950, attirant progressivement les banquiers du monde entier pour en faire un centre financier de premier plan. 
 
Ensuite, en étant membre de l’Union, le Royaume-Uni peut accorder à toute entreprise sérieuse qui s’y installe un « passeport » qui donne le droit de vendre ses services sur le continent. Selon la Financial Conduct Authority, le régulateur des marchés financiers britanniques, près de 5 500 entreprises disposent ainsi d’un peu plus de 336 400 passeports. Que vont-ils devenir ?
 
Une fois le Brexit mis en œuvre, l’Union à 27 pourrait accorder un « régime d’équivalence » à la finance britannique, la reconnaître comme aussi bonne que la sienne. Mais : ce régime pourrait être révoqué à tout moment, avec un mois de préavis. Et pour le conserver, il faudra que la réglementation financière d’outre-Manche suive, à la virgule près, celle du continent et applique des règles décidées ailleurs, sans avoir son mot à dire. Difficile à encaisser pour les Brexiters !
 
Les financiers uniquement présents à Londres pourraient donc chercher à installer en Europe la partie de leur business en euros, laissant le reste à Londres. C’est là que commence la bataille pour les attirer.
 
Le Conseil d’analyse économique (CAE) a publié en décembre 2017 une étude évaluant de manière précise les déterminants de la localisation des filiales à l’étranger des entreprises financières.
 
Résultat principal : celles-ci vont s’installer là où d’autres sont déjà car cela signifie que les infrastructures (techniques, juridiques) sont disponibles, qu’il y a un marché du travail adéquat, etc. Or, Paris est mal placée : la France n’accueille que 1,9 % de ces filiales contre 18 % en Allemagne, 16 % en Suisse.
 
Paris a des atouts. La population d’Île-de-France concentre une part élevée de diplômés du supérieur, plus forte que dans la région de Francfort. Côté coût du travail, les cotisations sociales représentent 53 % du salaire brut d’un banquier français contre 28 % en Allemagne et en Irlande. Mais les salaires de base étant plus faibles en France, les éventuels nouveaux embauchés parisiens affichent un coût salarial plutôt compétitif. Paris a donc ses chances et devrait récupérer, avec d’autres villes, une partie du business de la City.
 
Mais l’enjeu financier du Brexit va au-delà des éventuelles implantations des banquiers privés.
 
Depuis la crise des subprimes, les régulateurs veulent en savoir plus sur qui prend quels risques à quelle hauteur dans les transactions de produits dérivés, en incitant ces dernières à passer par des chambres de compensation. Un business extrêmement lucratif. L’entreprise LCH Clearnet, une filiale de la Bourse de Londres, compense 90 % des transactions des principaux produits échangés et recueillent 81 % des appels de marge. Autant dire que Londres ne souhaite pas voir partir cette activité très rémunératrice !
 
De son côté, la BCE voit d’un mauvais œil le développement d’un marché spéculatif en euros hors de sa zone de contrôle. LCH est devenue un acteur « systémique », ses soucis se répercuteraient sur l’ensemble de la zone euro. Si une crise sévère devait survenir, elle aurait besoin de tellement d’euros qu’elle se tournerait vers la BCE pour en obtenir.
 
La banque centrale a donc indiqué en juin 2017 qu’elle souhaite voir les chambres de compensation très systémiques être situées DANS la zone euro, plutôt que de dépendre de la Banque d’Angleterre dont les décisions viseront d’abord en cas de problème à sauver les banques britanniques. En clair, elle demande à LCH de rapatrier son business en euros sur le continent !
 
C’est un enjeu de régulation et donc de stabilité financière qui pèsera lourd pour l’avenir de la City. Récupérer la compensation des produits dérivés représente un enjeu clé de l’avenir de la finance européenne.

______________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Christian-Chavagneux-Paris-capable-de-recuperer-du-business-de-la-City-_3745520.html 
 
NDLR : pour en savoir plus, nous vous recommandons la Note du CAE sur les plus ou moins grands handicaps dont souffre Paris pour attirer le plus grand nombre possible de filiales européennes qui quitteraient Londres dès 2019 : veuillez cliquer sur le lien en bas de page

(Mis en ligne le 18 Février 2018)

 

Document mis en Annexe :
Articles similaires
Réviser le ratio de levier pour faciliter la...Un plan de secours pour remplacer les taux IBOR :...Le parlement européen entre « défense de la...Quelques échos d’Eurofi à Vienne…Or & Mines : sous le feu de la guerre...Pas de cotation des titres étrangers cotés :...Réglementation des indices environnementaux :...Directives MIF et IDD : développer...Covered bonds et titrisations STS : comment mieux...Comment booster le marché des petites valeurs en...Macron arrivera-t-il à ré-orienter l'épargne...Le Brexit vu depuis Sofia: les Anglais ont oublié...Arrivée prochaine des European Covered Bonds !Un passeport européen en préparation pour le...OR et Mines d'or : accélération haussière en...La probabilité d’un krach brutal augmenteBourses : mini-krach, krach rampant, ou un Big...Les fonds monétaires au zénith, malgré la menace...Nouvelle réglementation prudentielle des EI : il...L’EBA est bienvenue à Paris : voici pourquoi, et...La BCE prépare un successeur à l’EONIA : quelle...BMR : comment appliquer le règlement sur les...Le point sur les risques pesant sur les Marchés...De quelques changements ineptes dans la fiscalité...Steven Maijoor a présenté 3 thèmes importants...Faut-il réglementer les ICOs ?Brexit : si Francfort est bien placé au début,...D'où vient l'écart important de...Voici les prochains changements de réglementation...Jamais la volatilité n’a été aussi basse, ou...Coup de froid sur les Anglais à Tallinn, où un...OPCVM : l’ancienne gestion active est morte, vive...Remettre la fiscalité de l’épargne à...Or et minerais : accélération du momentumL’ESMA demande aux autorités nationales d’être...Mise à jour des recommandations de l’OICV sur la...Evaluer la compétence et la connaissance du...Révision d’EMIR : les professionnels ont été en...Entretien avec Nicolas DUBAN, Président de...Le répertoire des représentants d’intérêts se met...Parlons français : « incitations » doit être...L'essentiel sur le "Step in risk"...Pour le FSB aussi, il existe le "Discours de...3 propositions pour renforcer la solidité des ETF...Suspension d'OPCVM immobiliers anglais : la...Marchés Actions : une tentative de synthèse pour...Big data en matière financière : les Autorités de...Ce que l’AMF retient de sa consultation sur le...Comment financer la supervision des registres...Le FSB montre qu’il a compris la spécificité de...L'OICV débusque des pratiques contraires à...Bientôt 5 amendements à la directive actuelle «...