Se connecterS'abonner en ligne

Penser positivement

Référence de l'article : OE6579
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Didier LE MENESTREL,Président,(12 Janvier 2018)

 

La tempête Carmen inaugure la salve des titres anxiogènes qui ne manqueront pas de rythmer notre quotidien tout au long de 2018. En fin d’année, déjà, au-delà des risques géopolitiques et de la météo terrifiante, l’inquiétude était de mise à propos des marchés financiers : la performance flatteuse de 2017 (près de 10% pour la plupart des grands indices européens) est le plus souvent qualifiée de « folle » et les termes « énigmes », « bulles » et autres « records incompréhensibles » illustrent dans les gazettes cette année boursière qui a surtout été dynamique.
Dommage qu’après 26 ans de regard sur l’actualité boursière, nous passions toujours plus de temps à rassurer et décrypter les angoisses de nos concitoyens qu’à faire partager notre enthousiasme sans faille pour l’investissement en actions.
 
Pourtant, bon an mal an, la première leçon de ce quart de siècle, que nous partageons avec vous chaque mois rejoint ce que toutes les études statistiques1 prouvent inlassablement : l’investissement en actions est, dans le temps, le meilleur ami de votre épargne.
 

Alors bien sûr vous nous direz que « tout ceci c’est du passé et que cette fois-ci c’est différent » ! Ritournelle entendue des centaines de fois depuis les années 80, refrain toujours inadéquat face à la réalité des performances acquises : depuis 26 ans, malgré deux crises financières majeures et quelques crises conjoncturelles, le CAC 40 (qui fête cette année ses 30 ans d’existence) affiche une hausse moyenne2 (dividendes compris) de 7,3%. Echiquier Agressor progresse quant à lui de 12,5% par an tandis qu’Echiquier Patrimoine, votre fonds patrimonial qui s’appelait Echiquier 1 en 1991, affiche un score très honorable supérieur à 4%.
Alors pourquoi, malgré les faits, cette inquiétude répétée de nos communautés face à l’avenir de leur épargne ?
Les adages : « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras » et « Pas vendu, pas perdu » expliquent largement nos comportements instinctifs. Ces réflexes qui trouvent leurs racines dans le bon sens populaire sont bien difficiles à remettre en cause en une génération… surtout lorsque l’épargne des générations précédentes a été régulièrement détruite par les querelles de voisinage.
Aujourd’hui, les épargnants européens sont toujours en phase d’éducation financière, essayant de rattraper des anglo-saxons qui ont un siècle d’avance dans l’accumulation et la gestion de leur surplus de richesse financière.
 
A l’heure de l’allongement de l’espérance de vie et de la rémunération « sans risques » de plus en plus faible, il est urgent d’apprendre à dominer nos instincts et à dépasser nos réflexes… L’avenir de notre système de retraites est en jeu.
 
Plutôt que de craindre des lendemains toujours plus difficiles, réjouissons-nous du retour en 2017 des performances de la gestion active qui a battu les indices de référence3. Ceux qui acceptent de prendre des risques sont logiquement mieux rémunérés que ceux qui ne font que courir après le mouvement ou qui n’agissent qu’à très court terme…. Un mouvement à confirmer dans les années qui viennent ! L’environnement de taux d’intérêts et d’encadrement des prix des actifs sera forcément plus favorable à la gestion active et à la connaissance des entreprises.
 
Reste à favoriser publiquement, réglementairement et fiscalement celles et ceux qui acceptent de prendre le temps nécessaire à des réflexions de long terme… En 2018, c’est possible !

____________
1  www.amf-france.org/Publications/Lettres-et-cahiers
Source Bloomberg
Source Morningstar

 (Mis en ligne le 12 Janvier 2018)
Articles similaires
Économie : les 10 grosses surprises possibles...Hausse généralisée des Bourses: le CAC...IA : même plus la peine d'apprendre à...Flat tax : il faut applaudir cette simplification...Le ratio Dow Jones sur once d’or supérieur à...Marchés : la détoxication est au programme….Foot à lier ?Secteur bancaire européen : + 75% en un an !Des progrès sans regrets, mais pas de technomania...Encore un pari (presque) réussi par Warren...Revenons à l'esprit du Mayflower ou du...La France s’écarte : la synecdoque très en vogue...En 4 ans, les profits du Dow sont restés stables,...HoaxCrash : de fausses nouvelles entraînent de...De l'esprit des lois, ou quand Alexis de...Pour 2017, la croyance des Marchés reste à...Très "chère" Amérique...Etrange appétit des investisseurs pour des taux...USA, Japon, et Royaume-Uni: les keynésiens de...Questions après la suspension de NeuromamaLa monnaie héliportée, ultime expédient de...La loi "Sapin 2" constitue un véritable...Comment organiser l'éducation financière à...Brexit: vers un modèle norvégien, suisse,...Will a robot take your job ? (*)Au commencement était le Verbe, mais à la fin...Big data ou Bad data ?Brex… in !Les marchés plus fous que...Perrier !Marché boursier : pourquoi prévoir l’évolution...C'est le marché obligataire de la ZE qui...COP ou pas COP ?Du rôle fondamental du choix du secteur et des...Certaines bulles en train d'exploserDésordre sur les Marchés ActionsBon sens… interdit ?Touchez pas au grisbiDes marché financiers devenus ivresLes dettes : même ce qui est très abondant peut...Match Bernanke- Summers : c’est Summers qui a...Le secteur Robots et Automatismes pèse déjà 480...Des faux prix aux vrais risquesIl suffira d’un signeParlons françaisLa déflation est-elle une « menace pernicieuse »...Des Banquiers centraux beaucoup plus imaginatifs...Le retour de la volatilité est proche5 questions à Philippe DELIENNE sur les éventuels...USA : Obama propose un " New Deal "Abe veut revoir la stratégie des fonds publicsSynthèse des prévisions de marchés pour 2013UCITS 6 : répondez avant le 18 Octobre SVP !