Se connecterS'abonner en ligne

Flat tax : il faut applaudir cette simplification bienvenue

Référence de l'article : OE6449
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Didier LE MENESTREL,Président,La Financière de l'Echiquier (12 Novembre 2017)

 
 

Il existe donc bien, en France, des joies fiscales ! Une fois n’est pas coutume – l’occasion est trop rare pour être ignorée –, saluons la naissance de la flat tax, ce prélèvement forfaitaire unique (en bon français) prévu sur les produits d’épargne et de placement1. Une flat tax de 30%, ce n’est pas une révolution en soi mais un vrai bol d’air pour les Français, la fiscalité sur leur épargne pouvant dépasser 60%. Cerise sur le gâteau : la flat tax a fait ses preuves, notamment en Suède où elle est en vigueur depuis 1991 avec des effets spectaculaires sur la dynamique économique et sociale.

Ces dernières années, notre créativité nationale en la matière résidait surtout dans les taxations inutiles et démagogiques visant un ennemi juré, la finance. L’actualité nous en a récemment offert un exemple éclairant – le dernier, espérons-le –, avec la taxe sur les dividendes. Un fiasco politique doublé d’un fiasco économique : son addition, 10 milliards d’euros, risque de revenir aux entreprises. Héritage du précédent quinquennat, elle avait pourtant été contestée de tous, rejetée par la Cour de justice européenne et la Cour des comptes avant d’être invalidée par le Conseil constitutionnel.

Mais revenons à l’essentiel et à notre motif de réjouissance : une flat tax, c’est moins de niches, moins de règles… et donc moins de risques de se prendre les pieds dans le tapis ! Le projet de loi de finances 2018 aligne enfin la fiscalité française sur celle de ses voisins européens. Applaudissons sans réserve cette simplification dont les effets sont encore sous-estimés et qui offre un espace de liberté bienvenu. La volonté de changement est claire, elle permettra de transformer les mentalités et les épargnants en investisseurs.

Ne rejetons pas pour autant les enseignements de ces dernières années qui ont permis à la finance de repenser son rôle dans la Cité. Au-delà de la performance qui reste un impératif, la profession a pleinement pris conscience de son impact sociétal, et commencé à joindre les actes à la parole. La période actuelle est propice à l’adhésion des épargnants au sens de leurs investissements : à l’attrait de la performance s’ajoute dorénavant la possibilité d’influencer l’entreprise dont ils sont devenus partenaires.

Ces vents porteurs, nous entendons aussi les mettre à profit pour créer encore davantage de valeur et infléchir de manière positive le comportement des entreprises. Nous avons lancé en octobre Echiquier Positive Impact, une nouvelle solution d’Investissement Socialement Responsable. Détentrice du label ISR d’Etat, cette Sicav investit dans des entreprises européennes qui se distinguent par la qualité de leur gouvernance et de leur politique sociale et environnementale. Nos critères de sélection ? Leur activité doit apporter des solutions concrètes aux objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations unies2.

Notre engagement n’est pas nouveau, la Fondation Financière de l’Echiquier (www. fondation-echiquier.fr) œuvre déjà en faveur de trois ODD : une éducation de qualité, la réduction des inégalités et l’égalité entre les sexes. Son action sera renforcée grâce au mécanisme de partage d’Echiquier Positive Impact, dont un tiers des frais de gestion lui sera reversé. Notre façon à nous d’affirmer un peu plus encore nos valeurs et de donner du sens à vos investissements.

__________________
 
1  A l’exception des livrets réglementés et de l’assurance-vie en dessous de 150 000 euros.
L’ONU a défini 17 ODD (www.un.org).
 
  (Mis en ligne le  12 Novembre 2017)


Articles similaires
Le ratio Dow Jones sur once d’or supérieur à...Marchés : la détoxication est au programme….Foot à lier ?Secteur bancaire européen : + 75% en un an !Des progrès sans regrets, mais pas de technomania...Encore un pari (presque) réussi par Warren...Revenons à l'esprit du Mayflower ou du...La France s’écarte : la synecdoque très en vogue...En 4 ans, les profits du Dow sont restés stables,...HoaxCrash : de fausses nouvelles entraînent de...De l'esprit des lois, ou quand Alexis de...Pour 2017, la croyance des Marchés reste à...Très "chère" Amérique...Etrange appétit des investisseurs pour des taux...USA, Japon, et Royaume-Uni: les keynésiens de...Questions après la suspension de NeuromamaLa monnaie héliportée, ultime expédient de...La loi "Sapin 2" constitue un véritable...Comment organiser l'éducation financière à...Brexit: vers un modèle norvégien, suisse,...Will a robot take your job ? (*)Au commencement était le Verbe, mais à la fin...Big data ou Bad data ?Brex… in !Les marchés plus fous que...Perrier !Marché boursier : pourquoi prévoir l’évolution...C'est le marché obligataire de la ZE qui...COP ou pas COP ?Du rôle fondamental du choix du secteur et des...Certaines bulles en train d'exploserDésordre sur les Marchés ActionsBon sens… interdit ?Touchez pas au grisbiDes marché financiers devenus ivresLes dettes : même ce qui est très abondant peut...Match Bernanke- Summers : c’est Summers qui a...Le secteur Robots et Automatismes pèse déjà 480...Des faux prix aux vrais risquesIl suffira d’un signeParlons françaisLa déflation est-elle une « menace pernicieuse »...Des Banquiers centraux beaucoup plus imaginatifs...Le retour de la volatilité est proche5 questions à Philippe DELIENNE sur les éventuels...USA : Obama propose un " New Deal "Abe veut revoir la stratégie des fonds publicsSynthèse des prévisions de marchés pour 2013UCITS 6 : répondez avant le 18 Octobre SVP !Marchés de Taux : vers de nouvelles tensions sur...