Se connecterS'abonner en ligne

Que valent exactement les 159 800 milliards$ d'actifs financiers du Shadow Banking?

Référence de l'article : OA6846
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian CHAVAGNEUX,Docteur en économie, Diplômé de la London Business School,(12 Mai 2018)


La "finance de l’ombre" ne pèse pas d’un poids si important et elle fait courir des risques réels mais limités à l’économie mondiale. Telles sont les conclusions étonnantes du dernier rapport sur le shadow banking publié par le Conseil de stabilité financière, FSB en anglais.
 
Le premier intérêt du document est de mettre les pendules à l’heure sur le poids de la finance de l’ombre. L’ensemble des actifs financiers mondiaux représentaient, à la fin 2016, le gigantesque montant de 340.000 milliards de dollars, l’équivalent de plus de quatre années de PIB mondial !
 
Sur cet ensemble, un peu moins de la moitié (47%) correspond à des activités financières réalisées par d’autres acteurs que les banques, soit 159.800 milliards de dollars.
 
Le shadow banking est souvent assimilé à cela. Or, son poids véritable correspond uniquement, dans ces activités non bancaires, à celles qui permettent le développement de transferts d’épargne risqués. Selon le FSB, ce poids peut être estimé à 45.000 milliards de dollars, soit « seulement » 13,2 % des actifs financiers mondiaux. Mais on sait qu’en finance, de fortes variations sur un petit segment de marché peuvent suffire à démarrer une crise.

Qui en sont les acteurs ? Cela dépend de la mesure retenue

Si l’on s’en tient à une répartition en termes de montants absolus, les Etats-Unis arrivent en tête, représentant en gros un tiers du marché (31%), devant la Chine et les îles Caïmans. La régulation de ces activités leur incombe donc principalement.
 
Mais si l’on préfère regarder la part de la finance de l’ombre dans les systèmes financiers nationaux, le trio de tête est composé des îles Caïmans, de l’Irlande et du Luxembourg. Soit trois paradis fiscaux et réglementaires, des zones opaques et risquées, preuve supplémentaire de leur rôle financier néfaste, au-delà des questions fiscales.
 
Si l’on s’intéresse maintenant aux types d’activités concernées, la très grande majorité de la finance de l’ombre (72%) se situe du côté des fonds d’investissements – à court terme, à moyen terme, fonds spéculatifs, etc.
 
Ce sont des entités qui collectent de l’épargne et la placent en prenant essentiellement des risques de liquidité (leurs ressources de court terme sont supérieures aux actifs qu’ils pourraient vite mobiliser si les épargnants réclamaient leur argent). En effet, selon le FSB, ces intermédiaires financiers font très peu de prêts et ne s’appuient pas sur des montants d’emprunts exorbitants pour spéculer, leur levier est faible, comme disent les spécialistes. Un point important car le risque est grand que des banques prêtent de l’argent à ces fonds et prennent leurs difficultés en retour en cas de problème. Si l’on en croit le FSB, ce risque est aujourd’hui mineur.
 
Bref, pour l’institution, la finance de l’ombre ne semble pas faire peser aujourd’hui de risques important à la stabilité financière mondiale. Espérons que le FSB ait raison ! 

__________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Christian-Chavagneux-Shadow-banking-un-risque-moins-grave-qu-on-ne-le-dit_3745691.html 
 
  • Pour en savoir davantage sur le shadow banking, ou plutôt, selon la terminologie recommandée par la BDF, le "financement non bancaire", lire le discours du 25 avril 2018 de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France (Cliquer sur le lien ci-dessous, en bas de page)
  • Pour prendre connaissance du rapport complet du FSB ( 102 pages), qui comporte des tableaux et graphiques fort intéressants, merci de cliquer sur le deuxième document PDF en bas de page.
(Mis en ligne le 12 Mai 2018 et enrichi le 15 mai)
Articles similaires
Or & Mines : accalmie en vue...?Or & Mines : point bas avant le traditionnel...OR : la résistance s’organise....OR : forte baisse de la demande au 1er trimestre...Le métal jaune n’a pas joué (encore ?) son rôle...Or et autres matières premières : alignement des...Or, minerais et métaux : une année 2017...Point mensuel sur les minerais : bienvenue ...Retour en grâce du billet vertOr Jaune versus Or NoirOr & Ressources minières : en attendant...Or, Mines & Ressources minières : dégradation du...L'envol boursier des Géants du numérique :...Hausse de la volatilité sur l'or, le pétrole...Or et Mines : Trump et Yellen ont des effets...Or, Mines & Ressources minières…Merci Mr. Trump...2016 : meilleure année depuis 2011 pour l’Or et...Or & Mines: changement de régime ?Vive le Brexit !!!OR et mines : sous l’emprise de la FED…OR et Mines: meilleur début d’année depuis 1974...Actions ou immobilier : quel a été le meilleur...Les Mines d'OR en hausse de 46% sur le 1er...Or & Mines : un mois de février (presque) record...Krach Boursier : pourquoi 2016 est la suite de...Plusieurs facteurs haussiers sur l'or et...L’inquiétude, c’est que la baisse du marché des...Bilan 2015 OR et Mines : 3ème année de baisse...Or & Mines : vers un rebond après la FED ?Menaces de krach : les risques d'éruption du...Or & Mines : sous le feu des banques centralesOr et Mines : en attendant Janet Yellen…Vers un été indien pour l’or et les mines ?Grosses inquiétudes sur la croissancePoint bas depuis 2010 pour l’or, et plus bas...Or et Mines : vers un rallye estival ?Or et Mines : Morne plaine…Retour en grâce des mines d’orQue nous disent les marchés d’actions sur la...Or et Mines : un environnement toujours plein de...Or et Mines : Retour à la case départ ? Pas si...Or et Mines : la Chine toujours en appétitHausse prévisible des actions allemandes,...Or et Mines : un début d’année euphorique !OR : 2014, une année pour rien ? Pas si sûr !Le Pétrole est-il, ou non, un indicateur avancé...Discrètement, de nombreuses banques centrales...Ah! Si la Fed et les dirigeants du S&P nous...Baisse de la demande d'OR au 3ème trimestre...L’Europe, zone névralgique des pays...Mines d’or … Capitulation ?Or et Mines … Point d’entrée sur le marché...