Se connecterS'abonner en ligne

CAC 40 : encore un bon cru pour les dividendes

Référence de l'article : MS3445
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier DAUZAT,

Les sociétés du CAC 40 vont distribuer cette année 39 milliards d'euros aux actionnaires. Les dirigeants envoient un message de confiance.

Alors que le bénéfice net de l'ensemble des sociétés du CAC 40 a baissé de 9,4% l'an dernier, à 47 milliards d'euros, selon les pointages de Pricewaterhousecoopers, aucun des ténors de l'indice n'a annoncé une baisse de son dividende ! Dans le détail, nous avons recensé vingt-deux groupes qui augmentent leur coupon cette année et quatorze qui le maintiennent à leur niveau de 2013. Alstom, Pernod Ricard et Vivendi n'ont pas encore communiqué sur leur politique de distribution (les deux premiers pour cause d'exercice décalé), tandis qu'Alcatel-Lucent n'a pas annoncé d'échéance pour un retour au dividende. Mais l'équipementier télécoms n'est pas vraiment attendu sur le sujet.

Même en perte, GDF Suez n'oublie pas ses actionnaires

En s'apprêtant à distribuer quelque 39 milliards d'euros à leurs actionnaires, faisant ressortir un rendement moyen d'environ 3%, les groupes du CAC 40 envoient un message de confiance au marché, tant sur leur solidité financière que sur leurs perspectives. Même ceux qui ont publié des comptes dégradés ne sacrifient pas leur distribution. GDF Suez, qui a dévoilé une perte nette de 10 milliards d'euros après avoir procédé à d'importantes dépréciations d'actifs, maintient son coupon à 1,50 euro par action et s'engage pour les trois prochaines années à un taux de distribution compris entre 65 et 75% du bénéfice net courant avec un minimum garanti de 1 euro, payé en numéraire. Bouygues, dont le résultat net a viré au rouge en 2013 (- 757 millions d'euros) en raison de la dépréciation de sa participation dans Alstom, garde aussi son dividende inchangé, à 1,60 euro par action. Parmi les sociétés qui ont déçu l'an dernier, Essilor entend rassurer ses actionnaires en proposant cette année un coupon qui augmente beaucoup plus (+6,8%) que le résultat net 2013 (+1,6%).

Le dividende a sauvé l'année boursière d'Orange

Pour toucher le dividende ou un acompte, il faut détenir l'action le jour du détachement. Le titre doit donc être acheté au plus tard la veille. À l'ouverture de la séance du jour du détachement, l'action s'ajuste du montant du dividende. Cela s'explique par la baisse de la valeur de la société qui distribue une partie de sa trésorerie pour payer le dividende. L'action rattrape cette perte plus ou moins vite.  

Le paiement intervient trois jours ouvrés après le détachement dans le cas d'un versement en espèces, quelques semaines en cas d'option du paiement en titres. Celle-ci exige un délai pour permettre aux actionnaires de faire leur choix et de le communiquer à leur intermédiaire.

Pour limiter la taxation, privilégiez le PEA

Pour les dividendes perçus sur un compte-titres en 2014, votre intermédiaire retient à la source les prélèvements sociaux (CSG, CRDS…) au taux de 15,5%. L'option du prélèvement forfaitaire libératoire ayant été supprimée, les dividendes seront soumis à l'impôt sur le revenu en 2015. Pour encaisser l'impôt plus rapidement, les pouvoirs publics ont mis en place un acompte sur le montant brut des dividendes reçus. Fixé à 21%, il est aussi prélevé à la source.

En 2015, lors de la déclaration de vos revenus, vous indiquerez le montant brut des dividendes perçus en 2014. Ils seront soumis au barème de l'impôt, après l'abattement de 40%. L'acompte déjà perçu s'imputera sur l'impôt dû. S'il dépasse cet impôt, l'excédent sera restitué. Notez que la CSG déjà payée est déductible de votre revenu imposable au taux de 5,1%.

La fiscalité du PEA reste attrayante. Les dividendes perçus sur les actions placées dans le PEA sont versés sur le compte-espèces dédié du PEA et ne sont pas imposés comme sur un compte-titres classique.

En cas de retrait après cinq ans, le gain (dividendes et plus-values inclus) est exonéré d'impôt et supporte uniquement les prélèvements sociaux. En cas de sortie moins de deux ans après l'ouverture, l'impôt est de 22,5% et encore de 19% entre deux et cinq ans. Et bien sûr les prélèvements sociaux s'appliquent.



Après deux années d'absence, le Crédit Agricole reprend une distribution de dividendes

Des sociétés comme L'Oréal, LVMH, Publicis, Safran et Technip font aussi progresser leur dividende davantage que leur bénéfice net. Grâce à sa confortable trésorerie, Airbus accélère sa politique de retour à l'actionnaire et augmente son coupon de 25%. Parmi les bonnes surprises, le Crédit Agricole qui n'avait rien versé en 2012 et 2013 reprend une distribution cette année. Les autres financières ne sont pas en reste. La Société Générale fait passer son dividende de 0,45 euro par action en 2013 à 1 euro cette année et Axa augmente le sien de 13%. BNP Paribas choisit la stabilité mais son dividende avait augmenté de 25% l'an dernier. Les vraies déceptions sont peu nombreuses. La hausse du coupon d'Air Liquide est jugée un peu chiche (+2%), tandis que Lafarge maintient seulement le sien à 1 euro par action, malgré un profit net en hausse de 65%.

Huit sociétés proposent cette année l'option du paiement du dividende en actions : Accor, Carrefour, Crédit Agricole, Danone, Publicis, Saint-Gobain, Vallourec et Veolia.

Accor et Saint-Gobain innovent

La rémunération en titres permet aux sociétés d'économiser leur trésorerie (ce qui peut aussi attester d'une certaine fragilité) mais elle dilue le capital, ce qui ne fait pas toujours l'affaire des gros actionnaires. Le prix d'émission des actions nouvelles correspond à la moyenne des cours d'ouverture des vingt séances de Bourse précédant la date de l'assemblée générale, diminuée du montant net du dividende et d'une décote pouvant aller jusqu'à 10%. En pratique, les actionnaires disposent d'au moins deux semaines après le détachement afin d'opter pour le paiement en titres. L'option est intéressante dès lors que le prix de l'action proposé en dividende est inférieur au cours de Bourse (idéalement, il faut que l'action progresse pendant la période de l'option). Accor et Saint-Gobain innovent cette année avec une formule 50% du dividende en numéraire et 50% en titres.

Enfin, huit sociétés ont versé un acompte (en mettant de côté Total, seul groupe du CAC 40 à payer le dividende sur une base trimestrielle) : EDF, GDF Suez, LVMH, Kering, Orange, Safran, Solvay et Vinci. Cette pratique pourrait davantage progresser au sein du CAC 40. Elle met au défi les entreprises de dégager suffisamment de trésorerie pour assurer deux décaissements importants dans l'année. Elle est aussi un moyen de fidéliser les actionnaires et de lisser l'impact des gros détachements.

Article publié à l’origine dans l'hebdomadaire Le Revenu n°1267 et reproduit ici avec l’autorisation de l’éditeur

(Mis en ligne le 21 Mars 2014)

Micro-éco
Articles similaires
L'insoutenable légèreté de la stratégie...Le Groupe Nestlé dans les serres d’un hedge fund...Hermès : dans les coulisses d'une perle du...Air France : les compagnies aériennes ne sont pas...Chantiers navals : une nationalisation évitée de...Affaire Volkswagen : comme en politique, les...Alstom : un échec de l'Etat-stratège ?EDF : le gouvernement invente la facturation...Volkswagen : première perte depuis 1993, mais...Privatisation de l'Aéroport de Nice : le...Renault ouvre sa première usine en Chine...Xerox se scinde en deux : production d’un côté,...Nissan a vendu 5,4 millions de véhicules en 2015,...Volkswagen, ce coupable qui en cache un autreL'AppleWatch : un égarement marketing...Air France et le séisme du capitalisme low costAir France: deux remarques politiquement...Le dilemme des Majors : chercher ou acheter les...Quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde...IPO de la FNAC : pourquoi une moins-value chez...Brésil : les promesses seront-elles enfin au...Warren BUFFETT : le vieux Sage d'Ohama,...CAC 40 : les très grandes sociétés parient aussi...Diamants : 16% d'ALROSA introduits en Bourse...EDF et le chinois CGNPC : superbe contrat de 2...EDF et le chinois CGNPC : superbe contrat de 2...Ryanair condamnée à 9 millions d’euros pour...Total Sunpower et Etrion lancent la plus grande...L’Alliance RENAULT-NISSAN : contrôle ou influence...Précontentieux : Bruxelles sanctionne durement...Chine : baisse de prix imposée à Danone et...Piles à combustible : General Motors et Honda...Piles à combustible : General Motors et Honda...Apple cherche son salut dans la diversification...Boeing : demande mondiale de 35 280 avions sur 20...Bolloré se lance à la conquête de l'Amérique...Michelin supprime 730 postes sur son site de...Veolia s’empare du sud-américain ProactivaRémy Cointreau : la Chine consomme moins de...Finalement pas d’OPA sur Severn TrentLe japonais SoftBank améliore son offre sur...L'avenir de Stéphane Richard à Orange en...Le site Goodyear d'Amiens-Nord (1137...Amende maximale contre LVMHScor devient leader aux USA avec 27% de parts de...Apple jugé pour entente présumée sur le prix des...Apple a violé un brevet de SamsungLenovo pourrait fabriquer des smartphones avec...L'Afrique, terre de conquête pour...Ray vend encore 10% de RexelTotal : de Margerie prédit de nouvelles...Apple a violé un brevet de Samsung