Se connecterS'abonner en ligne

Diamants : 16% d'ALROSA introduits en Bourse ce lundi 28 octobre

Référence de l'article : MSA2989
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Arthur PRIMERON,

Normalement, c’est lundi 28 octobre que va s’introduire sur la Bourse de Moscou la société russe Alrosa, basée en Yakoutie, qui est le plus gros producteur mondial de diamants bruts en volume, devant de Beers, qui est le plus grand en valeur. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne connaissons pas le prix de cette privatisation partielle, mais, dans le dernier communiqué publié par la société étatique, celui-ci pourrait être compris entre 35 et 38 roubles l'action, ce qui donnerait à Alrosa une capitalisation boursière d’environ 8,8 milliards de dollars.Mais ce Lundi 28 matin, nous apprenons que l'OPV se fera à 35 roubles (au plus bas de la fourchette), ce qui valorise l'entreprise à 8,2 milliards de USD à 9h09 (au taux de 0,0314 un rouble en USD à 9h09).


S
( Mine de diamants de Udachny, exploitée par la société Alrosa en Yakoutie, non loin du cercle Arctique)

Actuellement, le capital d’Alrosa est contrôlé à hauteur de 50,9% par la Fédération de Russie, et à hauteur de 32% par la République de Sakha. Le reste est entre les mains de 8 districts municipaux (à hauteur de 8% au total), de sociétés (= legal entities) à hauteur de 4,8%, et de particuliers (dont des collaborateurs de Alrosa) pour 4,2%. Une petite partie du capital est donc déjà cotée au MICEX (Moscow Interbank Currency Exchange). Rappelons que le Micex fait partie du MOEX (bourse de Moscou) cotant 703 entreprises à fin décembre 2012, pour une capitalisation totale de 684 milliards de dollars au 30 Juin 2013. Cette privatisation partielle donnera plus de visibilité internationale à l’un des deux plus grands acteurs mondiaux de la production et de la commercialisation de diamants bruts naturels, l’autre étant de Beers, grâce à ses mines en Afrique du Sud et au Botswana.

Concrètement, l’Etat russe céderait 515,5 millions d’actions, soit 7% du capital, OJSC Ric Plus, détenu par la « République de Sakha » (région de Yakoutie) exactement le même nombre d’actions, soit 7% également, et le solde, soit 150,2 millions d’actions, ou 2% du capital, serait cédée par Wargan Holdings Limited, une société…chypriote contrôlée par…Alrosa (ce qui permettra de désendetter le groupe, en consolidé).

A noter que dans cette opération boursière, la Fédération de Russie a choisi d’être représenté comme Agent teneur de plume (poverenny) par la filiale russe de Goldman Sachs. Quant à Goldman Sachs International, JP Morgan Securities, Morgan Stanley et VTB Capital, ils ont été choisis comme « joint global coordinators and joint bookrunners of the Offering», tandis que Renaissance Capital est également «  joint bookrunner of the Offering ».

Quels sont les objectifs de cet OPV de 16% du capital ? Vu du côté de la Fédération de Russie, il s’agit d’accélérer le processus de privatisation de l’économie en réduisant le poids de l’Etat russe dans un grand nombre de secteurs, dont l’industrie, d’améliorer le Budget de l’Etat (environ 1,5 milliard de USD vont ainsi entrer dans les caisses de l’Etat), de moderniser l’appareil de production et les sociétés concernées, ainsi que d’augmenter la capitalisation boursière des bourses russes, tout en participant à augmenter le volume et le type d’activités associées à la cotation et au trading d’actions. A ce sujet, notons que la Fédération de Russie a choisi VTB Capital plc comme « stabilising manager », VTB étant chargé du « contrat de liquidité », ce contrat pouvant porter sur 10 pour cent du nombre des actions offertes, et cela pendant les 30 jours suivant l’annonce du prix de l’OPV.

Vu du côté de l’entreprise, cette opération va, d’une part, augmenter la visibilité internationale de la société Alrosa, et d’autre part, participer au désendettement de la société, puisqu’une de ses filiales va vendre 2% du capital (ce qui, accessoirement, permettra d’augmenter (modestement) la capacité d’intervention du Groupe sur les investissements dans des mines cotées ou non, à l’étranger, et notamment en Afrique, où Alrosa détient déjà des participations dans des joint ventures en Angola et au Botswana).

A cet égard, Ilya Yuzhanov, Président du Conseil d’Administration, a déclaré : « La société souhaite rencontrer les investisseurs nationaux et internationaux et les mettre au courant régulièrement de la stratégie de développement. En tant que plus grand producteur mondial de diamants bruts, Alrosa est bien placé pour profiter de la demande croissante de diamants sur les marchés internationaux. Reflétant la force financière de l’entreprise, le Conseil d’Administration a l’intention de recommander aux actionnaires d’augmenter le niveau de distribution de dividendes à hauteur de 35% du bénéfice net calculé selon les normes IFRS, et cela, en commençant déjà avec la mise en paiement du dividende correspondant à l’année 2013 toute entière ».

La société exploite ses mines de diamants dans deux zones principales: celle de Yakoutie et celle de la région de Arkhangelsk.

Rappelons enfin qu’en 2012, Alrosa a réalisé un chiffre d’affaires de 151 milliards de roubles (environ 3,4 milliards d’euros) et que son bénéfice net fut de 33,6 milliards de roubles (environ 765 millions d’euros).

Et, pour vous donner une idée du poids respectif des principaux Pays producteurs de diamants, que ceux-ci soient des diamants précieux naturels, ou des diamants industriels naturels ou des diamants synthétiques, vous trouverez le classement mondial 2012 par catégorie de diamants dans le document PDF ci-annexé : il vous suffira de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Rédigé le 25 octobre, enrichi le 26 octobre 2013 à 16h45, et le 28 octobre 2013 à 9h18)
Micro-éco
Articles similaires
Yakoutie : le cratère de Popigaï deviendra-t-il...