Se connecterS'abonner en ligne

Privatisation de l'Aéroport de Nice : le cahier des charges est très critiqué

Référence de l'article : MSA5151
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Cathy BRUN,(13 Février 2016)

La chambre de commerce et d'industrie, ainsi que les collectivités locales, actionnaires à 40% de Aéroports de la Côte d'Azur, ont émis de fortes réserves vendredi sur des propositions du gouvernement, propriétaire à 60%, concernant les modalités d'une future privatisation de la société. 
 
Par un courrier du 1er février, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait sollicité avant le 15 février l'avis des actionnaires minoritaires (CCI 25%, département 5%, région 5% et métropole 5%) sur un "cahier des charges" accompagnant la vente au secteur privé de la totalité du capital détenu par l'Etat.
 
"Nous considérons que la première mouture du cahier des charges que nous venons de recevoir et qui sera discuté le 25 février prochain, n’est pas satisfaisante pour préserver et développer les intérêts de notre territoire", a estimé vendredi Christian Estrosi, président (LR) de la région Paca et président de la métropole de Nice.
 
 "Je continuerai à m’opposer à cette privatisation tant que les engagements pris par le gouvernement ne seront pas respectés",  a affirmé M. Estrosi, qui note que la société aéroportuaire génère 7 milliards d’euros de retombées économiques et 65.000 emplois directs et indirects.
 
Il a précisé que la CCI, la région et la métropole "s’engagent à ne pas vendre leurs participations pour conserver une minorité de blocage et garder le contrôle sur les décisions stratégiques" de la société, première plate-forme aéroportuaire de province.

Opération qui, dans sa mouture actuelle, ne profiterait qu'à l'Etat

Le président du CCI des Alpes-Maritimes, Bernard Kleynhoff, a jugé à ses côtés que la version actuelle du cahier des charges "comporte de nombreuses incertitudes" et "nécessite de très nombreux amendements". Il note que certaines conditions préalables proposées très en amont ont été parfois "catégoriquement écartées" ou "très partiellement reprises".
 
Dans une réponse écrite au ministre, le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (LR) formule trois exigences, dont celle de participer au choix du repreneur. La valorisation des parts de l’État, estimées à plus de 600 millions d'euros, devra bénéficier "à titre prioritaire aux Alpes-Maritimes", selon lui.
 
M. Ciotti demande enfin que les actionnaires minoritaires disposent d'une minorité de blocage de décisions "qui  ne profiteraient pas aux politiques touristiques du territoire et feraient de l’aéroport de Nice une plateforme secondaire de délestage ou de régulation du trafic aérien de la capitale".
 
Ces exigences "doivent primer sur tout autre intérêt de courte vue de valorisation d’actifs", au profit du gouvernement, a-t-il insisté.
 
(CB avec l’AFP)
 
(Mis en ligne le 13 Février 2016)

 
Micro-éco