Se connecterS'abonner en ligne

Demain, " Bienvenue à Gattaca" deviendra la norme

Référence de l'article : MSI6164
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Entretien avec Laurent ALEXANDRE, docteur, chirurgien-urologue, ENA, Fondateur de Doctissimo, et Auteur de nombreux ouvrages,réalisé par Vincent TREMOLET de VILLERS (2 Juin 2017)

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Faut-il avoir peur du transhumanisme ? Entre fantasmes et réalité, Laurent Alexandre répond à toutes les questions que nous nous posons sur l’intelligence artificielle. Il dresse le portrait vertigineux et inquiétant du monde à venir, où les technologies transformeront radicalement l’humain.


Laurent Alexandre ( https://twitter.com/dr_l_alexandre ) est chirurgien-urologue, cofondateur du site Web Doctissimo. Il s’intéresse de près aux problématiques du transhumanisme. Il a publié Les robots font-ils l’amour? Le transhumanisme en 12 questions (Dunod, 2016).


FIGAROVOX. – La puissance des GAFA sur le monde (puissance financière, numérique) entretient fantasmes et inquiétudes. Cette puissance est-elle réelle et en quoi peut-elle dominer les anciennes Etats-Nations ?

Laurent ALEXANDRE*.  Oui, les GAFA et demain les BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) sont les nouveaux maîtres du monde. L’Europe ne sait que geindre. Elle a raté la révolution numérique. Aucun opérateur, qu’il s’agisse des GAFA ou des BATX n’est issu de notre continent. Après un tel échec, une telle absence de vision on pourrait espérer que l’Europe se mette au travail pour rattraper son retard.

En fait, les Européens préfèrent geindre et accuser les géants du numérique de tous les maux. Ce réflexe infantile ne mènera nulle part. Il faut certes que les GAFA paient des impôts en Europe mais le principal enjeu est ailleurs: nous devons essayer de créer des plateformes numériques. Cela sera très difficile car nous avons des régulations inadaptées: nous avons la CNIL, ils ont les GAFA. La CNIL est remarquable mais il y en a 27 en Europe…. ce qui est lourd pour internationaliser. De surcroît, l’essentiel des règles n’émane plus des Parlements mais des plateformes numériques.

Par ailleurs, les systèmes d’Intelligence Artificielle (IA) sont très difficiles à auditer : les poids et les comportements des différents neurones virtuels -il y en a souvent près d’un milliard- changent à chaque milliseconde, comme nos neurones biologiques changent de comportement en fonction de l’expérience et de l’environnement. La puissance publique n’a pas pris la mesure de la révolution en cours: la loi va devoir se réinventer pour encadrer l’IA et donc notre vie. La gouvernance, la régulation et la police des plateformes d’IA vont devenir l’essentiel du travail parlementaire.

Contrairement aux algorithmes traditionnels qui comportent peu de branches et sont imprimables, évaluables et auditables, une IA est un système trop complexe pour être analysé par des méthodes traditionnelles. La documentation complète d’un algorithme d’IA de type «deep learning» ferait des milliards de milliards de milliards de pages…. obsolètes quelques instants plus tard. Le Parlement va devoir se réinventer et un parlementaire qui ne maîtrise pas l’IA -ou qui pense encore que l’IA est un programme informatique banal- va devenir un danger public, une machine à attiser le populisme parce qu’il n’aura aucune prise sur le réel.

Le Parlement doit se moderniser pour devenir un rempart contre les pulsions populistes dont nous n’avons vu que les prémisses, jouer le rôle de tampon entre les aspirations populaires et l’impossibilité politique de satisfaire des demandes infinies. Cela suppose que les parlementaires comprennent que la vraie loi est produite par l’IA des géants du numérique, que leur rôle est d’encadrer ces derniers et qu’un bon parlementaire doit avoir une bonne culture technologique.

L’intelligence artificielle est déjà dans nos vies à travers les outils technologiques. Jusqu’où peut s’étendre son influence?

Partout y compris dans nos cerveaux: Musk a tout compris. Le 28 mars 2017 marque le début de la fusion entre les cerveaux biologiques et l’intelligence artificielle (IA). Elon Musk, l’industriel le plus médiatique au monde, fondateur de PayPal, Tesla, SolarCity, Hyperloop, The Boring Company et SpaceX, a annoncé sur Twitter le lancement de Neuralink, une société destinée à augmenter nos capacités cérébrales grâce à de minuscules composants électroniques entrelacés entre nos 83 milliards de neurones, ce qui nous transformerait en cyborgs.

Elon Musk se donne cinq ans pour sortir les premiers prototypes Neuralink. Cette course au neuro-enhancement (l’augmentation cérébrale) est motivée par sa hantise d’un dépassement de l’homme par l’IA, qui nous transformerait en animaux domestiques dans le meilleur des cas. Il pense que l’interdiction de l’IA à l’échelle mondiale est illusoire, même s’il a créé Open AI, une structure destinée à encadrer, surveiller et policer l’IA.

«Nous ferons des machines qui raisonnent, pensent, et font les choses mieux que nous le pouvons», avait déclaré Sergey Brin, le cofondateur de Google, il y a deux ans déjà ; il a confessé cette année à Davos qu’il avait sous-estimé la révolution de l’IA. Musk s’est d’ailleurs fâché avec Larry Page, le président de Google, à qui il reproche de prendre le risque d’être la fabrique d’une IA hostile à tout moment, même sans qu’il s’en rende compte.

Elon Musk est très influencé par Nick Bostrom, le théoricien des IA hostiles, qui défend l’idée qu’il ne peut y avoir qu’une seule espèce intelligente (biologique ou artificielle) dans une région de l’Univers: la version moderne de la sagesse populaire selon laquelle, il ne peut y avoir deux crocodiles dans le même marigot. Ayant comme premier objectif sa survie, toute IA forte se protégera en cachant ses intentions agressives et en attaquant préventivement. L’augmentation de nos capacités intellectuelles semble à Elon Musk la seule solution, avec le développement de colonies sur Mars, pour éviter que l’humanité tout entière soit exterminée d’un coup.

Comment fonctionne l’augmentation cérébrale?

L’augmentation cérébrale ne peut se faire que de deux façons: par sélection et manipulation génétique des embryons, ou par action électronique sur notre cerveau. Musk se refuse à toucher à l’ADN; il ne reste donc que les implants intracérébraux. Ce projet suscite de la moquerie de la part de beaucoup de neuroscientifiques, qui le jugent irréaliste mais ils oublient que Musk délivre toujours ce qu’il promet ; la seconde est Musk peut mobiliser des moyens considérables et recruter les meilleurs spécialistes mondiaux payés à prix d’or.

Les projets révolutionnaires d’Elon Musk posent de multiples questions politiques. Serait-il éthique de ne pas augmenter les capacités cognitives des gens peu doués? Ces implants augmenteront-ils le QI de tout le monde de façon homogène ou les gens les plus intelligents bénéficieront-ils de facto d’un gain plus élevé, ce qui créerait un monde ultra inégalitaire?

Les neurotechnologies vont bouleverser nos institutions: nous sommes à la veille d’une révolution de l’école dont le rôle va devenir la programmation, sous le contrôle de la CNIL, des prothèses cérébrales. Face à ces enjeux, les discours sur l’enseignement sont une succession de poncifs qui semblent bien niais à l’heure des manipulations cérébrales made in Californie.

Quelle est la limite entre l’homme augmenté et la simple réparation médicale?

Le champ de l’augmentation […] (Il vous reste environ 60% de l'entretien à lire)

Suite à lire sur Le Figaro Vox, Vincent Tremolet de Villers,  02/06/2017

________________________________________________________________________
Cet entretien, paru à l'origine sur le Site FigaroVox le 2 Juin, a été reproduit sur le site Les-Crises.fr le 9 juin 2017:

http://www.les-crises.fr/laurent-alexandre-bienvenue-a-gattaca-deviendra-la-norme-par-laurent-alexandre/



 (Mis en ligne le 10 Juin 2017)

Articles similaires
Intelligence artificielle, Powerpoint et Turing :...Entretien avec l'auteur d'Augmentus, un...7 produits « very high tech » qui vont vous...GAFAM : les années de pain blanc sont...Armes à feu imprimées en 3D : une menace...Avec DeepMind Health, Google aurait « trahi la...Silicon Valley : mythe de la génération spontanée...Environnements Fictifs Hautement Immersifs :...PME : condamnées à se digitaliser, ou mourirQwant, le futur champion européen du numérique...Les activités de conseil défiées par...Quand des robots jouent en équipe contre des...Vers une intelligence artificielle ubiquitaire...IA et émotions: est-on sûr que...Comment expliquer la faible croissance de la...Bienvenue au Hub France IA (Intelligence...Pourquoi The AI Initiative ? Nicolas Miailhe,...Les perspectives futures, bénéfiques ou...Que craindre davantage : l'intelligence...IA : le point sur les auditions VillaniLes activités de conseil redémarrent en forceL'intelligence artificielle : quelles...Le numérique ne détruit pas l'emploiSécurité informatique : les interrogations de...De la convergence technologique en cours: homme,...L'envol boursier des Géants du numérique :...L'intelligence artificielle : pour le...Entretien avec Cédric VILLANI : l'importance...HoaxCrash = Fausses données => Flash Crash =>...Quel statut pour les œuvres d'art fabriquées...Bientôt, grâce à l'IA, des oreillettes de...Une dérive malveillante de l'Intelligence...Cash Investigation = cash approximation ou cash...Le partenariat sur l' Intelligence...Blockchain : quels usages potentiels autres que...Blockchain: comment çà marche ?La France occupe une place privilégiée en matière...La Chine devenue LE leader mondial du calcul...L'énigme des cent chapeaux à l'épreuve...Guerre des brevets : la Silicon Valley soutient...L'impression 3D et la stratégie de SculpteoÉtonnant : certaines nouvelles technologies déjà...La sécurité informatique absolue n'existe...High Tech et Objets connectés: Vive la France !Comment éviter de figurer dans le Top 25 mondial...Impression 3D : quels business models ?Technologie : en 2030, la pensée hybride ?Quelle imprimante 3D choisir en 2015 ?Objets connectés : révolution des business...Pourquoi le Big Data déçoitLe modèle des app stores va s'imposer aux...Apple à l'épreuve du principe de Newton :...