Se connecterS'abonner en ligne

Logements sociaux : ce ne sont pas les plus pauvres qui en bénéficient

Référence de l'article : MI7071
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Frédéric MAS,(21 Septembre 2018)

La ministre des Sports Roxana Maracineanu occupe un logement social dans les Hauts-de-Seine. L’occasion de rappeler que, selon une étude de l’Institut Sapiens, le logement social n’atteint plus sa cible prioritaire : les plus pauvres.
 
Le logement social n'atteint plus sa cible prioritaire : 70% des ménages y sont éligibles. Résultat, la part des plus démunis y logeant est passée de 24% à 7% en 20 ans. A l'inverse, 84.000 ménages y logeant sont parmi les 10% les plus riches.


 
Contrairement à une idée reçue, les principaux bénéficiaires des logements sociaux en France ne sont pas nécessairement les plus pauvres. Dans une étude de l’Institut Sapiens conduite par Bernard Cadeau et Dominique Calmels, il est rappelé que la flexibilité des critères d’attribution et le bail à vie permettent à des ménages n’ayant pas droit au logement social d’y rester plusieurs années.

LES PAUVRES MINORITAIRES DANS LES LOGEMENTS SOCIAUX

Toujours selon l’étude de l’Institut Sapiens, 64 % des ménages français sont éligibles au logement social de manière générale, et 70 % des locataires d’un logement privé peuvent y prétendre pour seulement 4,6 millions de logements sociaux disponibles, ce qui fait dire aux auteurs de l’étude que le ciblage trop large de la politique sociale du logement la rend inefficace et redirige les ménages modestes, qui devraient être les principaux bénéficiaires de la politique publique, vers les logements privés.

En 20 ans, la part des ménages les plus défavorisés logés dans les logements sociaux est passée de 24 à 7,7 % :
Paradoxalement, il y a plus de ménages pauvres dans le parc locatif privé que dans le parc locatif social, preuve de l’inefficacité de cette politique. On juge que 428 000 ménages dans le parc locatif social ont des revenus supérieurs à ceux des catégories les plus vulnérables, et qu’il y a 84 000 ménages qui figurent dans la catégorie des 10 % les plus riches de France.
 
Les logements sociaux en France coûtent extrêmement chers à la collectivité, environ 45 Md€ par an, et gênent le développement des acteurs privés dans le domaine, en particulier en participant à la montée des prix de l’immobilier.
 
La France s’enorgueillit de construire 40 % de logements sociaux, volume incomparable à celui de ses voisins européens, pour des raisons politiques. En effet, si le coût social de telles mesures semble élevé, et injuste, puisqu’elles ne bénéficient pas aux classes sociales qui devraient prioritairement en jouir, le bénéfice politique qu’il peut rapporter aux dirigeants et aux élus en termes de clientélisme électoral n’est pas négligeable : proposer des logements à de plus grandes fractions de l’électorat potentiel peut être un moyen de fédérer une coalition politique d’électeurs redevables auprès d’offreurs politiques généreux avec l’argent public. Là encore et plus que jamais, la véritable justice sociale passe par la dépolitisation et la privatisation des logements sociaux.

_____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/09/13/313286-logements-sociaux-ce-ne-sont-pas-les-plus-pauvres-qui-en-profitent
 

(Mis en ligne le 21 Septembre 2018)

  

Articles similaires
Les prix de l'immobilier parisien entraînent...France : les squatteurs ont davantage de droits...IFI : voici le palmarès des dernières mauvaises...Comment les Banques portent le marché de...Le mal logement régresse, mais la distance au...Immobilier : les 3 facteurs qui pourraient causer...Les Français épargnent un peu moins pour...Analysis of the global construction industryTaxe sur les logements vacants ET surtaxe sur les...L'immobilier est-il victime d'un...Encadrement des loyers : ça ne pouvait pas...Immobilier : l'envolée des prix à Paris, et...Quand le bâtiment va, tout va : est-ce encore...Pourquoi le logement locatif n’attire-t-il plus...Immobilier : de gros écarts de prix entre les...Evolution du patrimoine des Français : deux...Prix et permis immobiliers : quel sera...Mal logement : un état des lieux peu reluisantPrésidentielle : 2 grands absents, le logement et...Immobilier : des volumes record, et des prix...Le logement est devenu, en France, le plus grand...Immobilier : vers une bulle, dans certaines...Le permis de louer : l'archétype de la...Immobilier 2017: quelle hausse des prix attendre...Faut-il taxer les loyers fictifs des...Le bilan désastreux de la Loi ALURImmobilier: le fabuleux destin des garanties de...Immobilier : les "Fonds travaux"...50 ans d'histoire de ruée vers la pierreEn moyenne, sans immobilier, faible...Immobilier : pourquoi la hausse des prix...Immobilier : pourquoi la hausse des prix...Le gouvernement pousse volontairement les prix de...Immobilier : pourquoi les prix vont continuer à...Crise immobilière US: le marché nettoie tout seul...Statistiques du mal logement: la vérité des...Est-il vraiment rentable d'investir dans...Immobilier de bureaux: Paris bulle-t-il ?Le logement freine la mobilité et favorise le...Les palpitantes aventures des chambres de bonne...Immobilier: pourquoi les prix vont remonter en...Corée du Sud, le pays où il est possible de louer...Faut-il craindre une hausse des taux immobiliers...26 100 prêts immobiliers renégociés en 2014 en...Le marché de l'immobilier en 2015Immobilier : l'ancien contre le neufLe point sur le marché immobilier français au...Immobilier : à qui profite la chute des taux ?Immobilier : la métropolisation des prixPrincipales tendances immobilières dans le MondeBaromètre des taux de crédit immobilier de juin...Quel profil ont les acquéreurs immobiliers depuis...