Se connecterS'abonner en ligne

Présidentielle : 2 grands absents, le logement et la surdensification économique de l'Ile de France

Référence de l'article : MI6068
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Présidente,Riches Flores Research (29 Avril 2017)

Les mois écoulés ont permis d’aborder bien des sujets économiques, de confronter les analyses et les propositions. Avec onze candidats et autant d’équipes au travail, on aurait pu penser que tous les sujets d’importance aient été largement approfondis, débattus et clarifiés. Tel n’est à l’évidence pas le cas.

Parmi les grands oubliés deux retiennent particulièrement notre attention :

  • le logement, son coût et les difficultés croissantes d’accès à l’habitat,
  • l’extrême densification de l’activité économique française en Île de France au détriment d’un trop grand nombre de régions.

Un accès au logement de plus en plus difficile

Selon le cabinet Deloitte, il fallait en moyenne 8 ans pour acquérir en France en 2015 un appartement de 70 m2, à comparer à une durée de 6,5 années en Italie, 4,5 en Espagne, moins de 4 en Belgique et légèrement plus de 3 en Allemagne.

En cause, des prix français de l’immobilier qui, bien qu’inférieurs à ceux du Royaume-Uni, figurent parmi les plus élevés d’Europe continentale, en l’occurrence deux fois plus chers en moyenne (4000 EUR/m2 en moyenne) qu’en Allemagne (2000 euros/m2) en 2015.

La conséquence de cette situation n’est pas tant que la proportion de propriétaires soit significativement inférieure que chez nos voisins, ce qui, d’ailleurs, ne se vérifie pas formellement, mais que ce haut niveau des prix se répercute sur ceux des loyers et sur le coût de la vie en général.
Ainsi, malgré un taux de propriétaires plus élevé de 10 points à celui de leurs voisins allemands, c’est en moyenne 30 % de leurs revenus que les ménages français consacrent à la location de leur logement, contre 25 % outre-Rhin.

Ponction sur le pouvoir d’achat, source d’exclusion croissante, notamment en période de basse conjoncture prolongée, le coût économique et social des spécificités du marché immobilier français est considérable, impactant y compris la compétitivité des salaires et les coûts des entreprises via des prix du foncier particulièrement pénalisants, notamment pour les activités de services largement concentrés dans l’espace urbain.
 
Difficile de continuer à mettre en avant l’insuffisance de l’offre de logements au niveau national pour expliquer ce phénomène, à en juger par la déprime du marché dans nombre de régions. Pourtant en accentuant la concentration urbaine, la crise a tendu les conditions du marché immobilier des grandes villes, entretenant des déséquilibres à l’origine des hauts niveaux de prix et de loyers.
Ces observations nous amènent au second sujet d’extrême préoccupation que constitue le constat d’un fossé de plus en plus important entre les différentes régions françaises.

Hypertrophie francilienne de l’économie française

Avec quasiment 5 % du PIB de l’UE 28, l’Île de France est, de loin, le premier pôle économique régional européen. Selon la même nomenclature -NUTS 2- elle concentre 30 % du produit intérieur brut national, une part en sensible augmentation au milieu des années deux mille qui reflétait jusqu’en 2007 une réelle dynamique.

La contrepartie en a été, toutefois, un mouvement de désertification d’une proportion croissante de régions à travers le territoire français que la crise de ces dernières années a considérablement accéléré.
 
La France détient ainsi le triste record, après le Royaume-Uni, des plus grands écarts régionaux de revenus par habitant entre les différentes régions qui la composent. Si ce phénomène n’est pas nouveau il a pris au cours des dernières années des allures particulièrement préoccupantes avec un creusement de l’écart de 64 % entre l’Île de France et les régions les plus pauvres entre 2006 et 2015.
 
Conséquence, avec un revenu médian inférieur de 13 points à la moyenne de l’UE 28 -neuvième rang des dix principaux pays européens- la proportion de la population française dont le PIB par tête était inférieur à celui de la moyenne européenne a franchi en 2015 un niveau record de 70 %. 



Générateurs de profonds déséquilibres en même temps que d’érosion du patrimoine, ces particularismes français sont incontestablement de plus en plus inquiétants et largement à même d’expliquer le désarroi des populations que l’on retrouve aujourd’hui dans les urnes.
 
Le peu d’intérêt qu’ils suscitent tant du côté des économistes que des politiques est dès lors assez largement incompréhensible, aboutissant, au terme de cette longue campagne électorale à un sentiment d’inachevé ou de relative superficialité du travail de préparation de ce qui devrait fixer les grandes lignes de la politique économique des cinq années à venir du prochain gouvernement.

___________________________________________________________________________
L'original de cet article est paru le 27 Avril sur Boursorama:
http://www.boursorama.com/actualites/le-logement-regrettable-absent-de-la-campagne-electorale-ef0a5cc00249eccac13d259894430ea0
 

(Mis en ligne le 29 Avril 2017)
Articles similaires
Immobilier : de gros écarts de prix entre les...Evolution du patrimoine des Français : deux...Prix et permis immobiliers : quel sera...Mal logement : un état des lieux peu reluisantImmobilier : des volumes record, et des prix...Le logement est devenu, en France, le plus grand...Immobilier : vers une bulle, dans certaines...Le permis de louer : l'archétype de la...Immobilier 2017: quelle hausse des prix attendre...Faut-il taxer les loyers fictifs des...Le bilan désastreux de la Loi ALURImmobilier: le fabuleux destin des garanties de...Immobilier : les "Fonds travaux"...50 ans d'histoire de ruée vers la pierreEn moyenne, sans immobilier, faible...Immobilier : pourquoi la hausse des prix...Immobilier : pourquoi la hausse des prix...Le gouvernement pousse volontairement les prix de...Immobilier : pourquoi les prix vont continuer à...Crise immobilière US: le marché nettoie tout seul...Statistiques du mal logement: la vérité des...Est-il vraiment rentable d'investir dans...Immobilier de bureaux: Paris bulle-t-il ?Le logement freine la mobilité et favorise le...Les palpitantes aventures des chambres de bonne...Immobilier: pourquoi les prix vont remonter en...Corée du Sud, le pays où il est possible de louer...Faut-il craindre une hausse des taux immobiliers...26 100 prêts immobiliers renégociés en 2014 en...Le marché de l'immobilier en 2015Immobilier : l'ancien contre le neufLe point sur le marché immobilier français au...Immobilier : à qui profite la chute des taux ?Immobilier : la métropolisation des prixPrincipales tendances immobilières dans le MondeBaromètre des taux de crédit immobilier de juin...Quel profil ont les acquéreurs immobiliers depuis...Immobilier en Europe : les gagnants et les...Immobilier : quel est le scénario catastrophe ?Construction de logements : mission impossibleElections municipales et panne des travaux...L’évolution des prix immobiliers : les gagnants...L’Immobilier, la baisse et les tauxL’incidence du marché immobilier sur l’économie...Le rebond des crédits immobiliers se poursuit en...Secteur immobilier : déjà 415 000 expulsions en...Le plan Hollande pour le bâtiment présenté le 21...1849 : « Quand l’immobilier va, tout va »Chine : envol des ventes de logements, avant le...Chine : le casse-tête de l’immobilierL'immobilier s'enfonce dans la criseFrance : effondrement des prêts immobiliers de...