Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi les marges des entreprises continuent de baisser

Référence de l'article : MG4026
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS (14 octobre 2014),XERFI

C’est la plus grande déception des comptes nationaux du 2ème trimestre : le taux de marge des entreprises ne remonte pas. Soyons d’abord un peu court-termiste :

A 29,3%, le taux de marge cède 0,5 point par rapport au trimestre précédent. Le coup est rude mais on ne fait que revenir aux niveaux de la fin 2013. Sur un an, rien de catastrophique. Prenons maintenant un peu de recul. Et regardons les évolutions sur longue période.

Le message change alors totalement de nature. La nouvelle baisse du taux marge, le ramène à son plus bas niveau depuis 1985 : un bond en arrière de près de 30 ans. C’est catastrophique. C’était pourtant, le 1er acte « pro-business » du gouvernement Hollande : la création du crédit impôt compétitivité emploi (le CICE) pour aider les entreprises à relever leurs marges. L’enchainement semblait alors implacable :

1ère étape : abaisser le cout du travail pour aider les entreprises à reconstituer leurs marges. Des marges pour qu’elles puissent investir, regagner en compétitivité et enclencher sur un nouveau cycle de croissance. Et qui dit croissance dit embauche. CQFD Là où le bât blesse c’est que cela ne tourne plus rond dès le 1er enchainement. Alors à qui la faute ? En partie à des facteurs techniques. La montée en puissance du CICE est très diffuse. Seul ¼ du CICE est tangible dans les comptes trimestriels de l’INSEE, l’essentiel étant encore à l’état de créance fiscale latente pour les entreprises. Mais il faut aller plus loin et faire ressortir trois niveaux de responsabilité. Il y a d’abord celles des gouvernements passés : si le taux de marge est tombé si bas c’est qu’il est difficile de tourner le dos à 30 années d’une politique qui a constamment favorisé les consommateurs au détriment des producteurs. Deuxième niveau de responsabilité, la majorité actuelle qui a essaimé le dispositif sur les secteurs protégés. Il faut ici rappeler quelques fondamentaux du CICE.

  1. Il porte sur la masse salariale brute versée.
  2. Une limite a été fixée aux salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC. Le montant du gain dépend donc de deux variables : du poids de la masse salariale et du niveau des salaires. Plus précisément de leur répartition par niveau. Problème, les entreprises à très forte valeur ajoutée, soumises à une très forte concurrence internationale sont généralement au-dessus des 2,5 SMIC et ne bénéficient pas du CICE. Pour elles les pressions déflationnistes venues de l’extérieur forment leur quotidien et pour rester dans la course il faut baisser ses prix et ses marges.

Dans les biens d’équipement, une branche particulièrement exposée, le taux de marge s’est ainsi contracté de plus de 1,7 point entre la fin 2013 et le printemps 2014. Le « hic », c’est que dans les secteurs abrités, à forte densité de main d’œuvre comme l’hôtellerie restauration, le commerce ou la construction, les marges ne progressent pas plus. Pourquoi ?

Parce que les salaires sont en hausse. Le lien entre salaire, productivité, conjoncture est rompu en France et l’augmentation est la norme. C’est là, le 3ème niveau de responsabilité celui des entreprises et de la médiocrité du dialogue entre partenaires : ceux qui sont déjà dans la place se livrent en priorité à une grande enchère pour se partager le cadeau fiscal au détriment le plus souvent de ceux qui sont hors-jeu. Et c’est là tout le paradoxe. La politique de l’offre se transforme en politique de demande, une politique qui profite d’abord aux salariés en place. Une politique qui ne résout en rien le problème de nos déficits extérieurs.

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Pourquoi-les-marges-des-entreprises-continuent-de-baisser_1916.html

(Mis en ligne le 17 Octobre 2014)

Articles similaires
Jomini, le « devin de Napoléon » : l'homme...Les pièges cachés des stratégies fondées sur le...Essor des plate-formes : bientôt, la fin de...Le nombre de "métiers" diminue: les...Stratégie d'entreprise : inclure...Pour améliorer le processus de prise de...Il faut savoir "rater" une négociation:...Quelques sociétés françaises qui brillent, dans..."Osons la paix économique"OPA et OPE en 2017 : 33 opérations sur 41 ont...5 critères à respecter pour qu'une bonne...Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterL'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...Suivi de la couverture du risque du prix des...