Se connecterS'abonner en ligne

Malaise dans le conseil et les services aux entreprises

Référence de l'article : MG4073
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (4 Novembre 14)

Quelque chose ne tourne pas rond dans les services aux entreprises.

Ce n’est pas tant le niveau d’activité qui suscite les inquiétudes : il se maintient bon an mal an. Et si le temps béni de la grande vague d’externalisation où le chiffre d’affaires progressait de quasiment de 6% l’an est révolu, il reste un fond de croissance, une croissance estimée à un peu moins de 1% pour cette année. Ce n’est pas renversant, mais la branche parvient à se maintenir à flot. C’est cohérent avec l’image renvoyée cette fois ci par les chefs d’entreprise eux-mêmes dans les enquêtes de conjoncture de l’INSEE. Interrogés sur leur activité récente,

ils témoignent d’un courant d’affaires un peu faible. Comme vous pouvez le voir, le solde d’opinion référant se place sous sa moyenne de long terme, sans trop s’en écarter et la tendance prévue pour les 3 prochains mois se situe dans le sillage des précédents, avec une très légère amélioration anticipée. Alors pourquoi, le climat des affaires, qui résume l’opinion des chefs d’entreprise sur l’ensemble de la conjoncture dans les services

reste-t-il coincé à des niveaux plus proches de ceux correspondants à une situation de crise ou pour le moins de profond malaise. Si les dirigeants sont pessimistes, c’est que leurs prix sont écrasés:
 
ils baissent même depuis un an et demi maintenant signe que les pressions déflationnistes s’intensifient. Et les chefs d’entreprise n’anticipent aucune amélioration dans les mois à venir.

Bien au contraire, ils sont toujours aussi nombreux à prévoir des prix sous pression. Mais finalement, cela fait plus de deux ans, qu’enquêtes après enquêtes, une majorité d’entreprises témoignent de cette pression. Et attention aux idées reçues. Cette pression ne s’exerce pas uniquement sur les prestations à faible valeur ajoutée. Tous les services sont concernés. Premier exemple : les services informatiques.

Les prix reculent dans la profession depuis le 2ème trimestre 2013. Et le plongeon concerne aussi bien la programmation, le conseil ou l’installation-maintenance. La montée de la concurrence des petites structures « freelance », la pression exercée par les entreprises étrangères, principalement indiennes, ont conduit à une lutte infernale sur les prix et les marges trinquent.
 
Selon une récente étude réalisée par Precepta sur les stratégies dans les services informatiques, le taux de marge brute des sociétés informatiques réalisant entre 25 et 100 millions de chiffre d’affaires serait ainsi passé de 7 à 3,7%. Autre exemple emblématique, le secteur des services comptables de l’audit et du conseil.

Au-delà des à-coups, la tendance est à la baisse. C'est le reflet du durcissement des conditions de marché dans le secteur : renforcement de la concurrence intra-sectorielle (avec la multiplication des services en ligne comme les devis par exemple), émergence d'offres low-cost pour les missions comptables, négociations plus rudes avec les clients, généralisation des appels d'offres dans l'audit.  

Bilan les taux de marge sont écrasés et sont tombés de près de 10% sur la saison 2007-2008, à 8% aujourd’hui, selon l’étude de Precepta sur l'audit et l’expertise comptable. On comprend alors un peu mieux le désarroi des chefs d’entreprise des services : les volumes sont là, ou presque là, mais pas les prix, pas les marges, d’où une précarisation croissante et une impossibilité de facturer les montées en gamme.

Cette analyse est eéaglement disponible en version Video en cliquant sur le lien ci-dessous:
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Malaise-dans-le-conseil-et-les-services-aux-entreprises_1985.html


(Mis en ligne le 7 Novembre 2014)

Articles similaires
Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterL'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...Suivi de la couverture du risque du prix des...Le big bang des écoles de commerce: la synthèseGrandes Ecoles : comment former au Management ?Le compte pénibilité: meilleur ennemi de la...Les entreprises dans la tourmente des baisses de...Pourquoi les marges des entreprises continuent de...Faire du retard de l'entreprise un avantage...Détecter les véritables créateurs d'emplois...Peugeot, Alstom : la France a-t-elle trouvé la...Le rôle de l'entrepreneur est de créer de...L’innovation de ruptureRachat de groupes français : pourquoi ce...