Se connecterS'abonner en ligne

Le vrai stratège est avant tout... un politique

Référence de l'article : MG5796
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Frédéric FRERY,Professeur de Stratégie à ESCP Europe,(6 Janvier 2017)

Imaginez la scène. Vous avez rigoureusement réalisé le diagnostic stratégique de votre entreprise. Vous avez méticuleusement analysé l’environnement concurrentiel, grâce à des outils tels que le PESTEL, la construction de scénarios, les 5 forces de la concurrence ou les groupes stratégiques.
 
Parallèlement, vous avez soigneusement analysé les forces et les faiblesses de votre entreprise, ce qui vous a permis d’identifier précisément sa capacité stratégique. Grâce à la confrontation de ces différentes analyses, vous avez formulé des recommandations stratégiques pertinentes, cohérentes et solidement étayées.


 
Vous en faites une présentation PowerPoint que vous exposez à votre direction générale. Et là, un des membres influents du comité de direction réagit négativement « je ne suis pas d’accord avec vos conclusions ». Vous recommencez votre démonstration, sûr de la rigueur de votre démonstration, mais il vous coupe « oui, j’ai compris vos arguments, mais j’aime pas, je le sens pas ».
 
D’après vous, quel sera le devenir de votre superbe diagnostic et de vos remarquables recommandations ?
 
Cette situation illustre un point souvent négligé par les apprentis stratèges : pour être un stratège, il ne suffit pas d’avoir d’excellentes capacités de synthèse et d’excellentes capacités d’analyse. Ce qui in fine fait le vrai talent du stratège, c’est sa capacité politique.
 
Si vous n’êtes pas capable de convaincre vos supérieurs de la pertinence de vos recommandations, vous vous exposez à de douloureuses frustrations. De même, un dirigeant qui n’est pas capable de faire adhérer ses collaborateurs à sa stratégie ne peut que se lamenter de la voir échouer. En fait, on pourrait même dire que pour être un véritable stratège, il vaut mieux être un peu moins intelligent et un peu plus politique plutôt que le contraire.


 
Or, si l’esprit d’analyse et l’esprit de synthèse s’acquièrent par la maîtrise d’une série d’outils stratégiques, le talent politique est beaucoup plus difficile à acquérir. Bien entendu, vous pouvez classer les parties prenantes de votre entreprise selon l’intérêt qu’elles portent à votre projet et selon le pouvoir qu’elles ont à son égard. Bien entendu, vous pouvez chercher à anticiper l’acceptabilité de vos recommandations pour chacun des individus ou des groupes influents au sein de votre entreprise.
 
Cependant, ce qui fera véritablement que votre diagnostic va passer du statut de simple document PowerPoint à celui de véritable stratégie, c’est votre capacité à convaincre, à négocier, à séduire, à marchander, à influencer, en un mot votre talent politique. Sans ce talent, vous ne pourrez pas devenir un véritable stratège.

__________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerfi-precepta-strategiques-tv.com/emission/Frederic-Frery-Le-vrai-stratege-est-avant-tout-un-politique_2785.html 
 
(Mis en ligne le 6 Janvier 2017)

Articles similaires
Stratégie d'entreprise : inclure...Pour améliorer le processus de prise de...Il faut savoir "rater" une négociation:...Quelques sociétés françaises qui brillent, dans..."Osons la paix économique"OPA et OPE en 2017 : 33 opérations sur 41 ont...5 critères à respecter pour qu'une bonne...Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Comment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterL'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...Suivi de la couverture du risque du prix des...Le big bang des écoles de commerce: la synthèseGrandes Ecoles : comment former au Management ?Le compte pénibilité: meilleur ennemi de la...Malaise dans le conseil et les services aux...Les entreprises dans la tourmente des baisses de...