Se connecterS'abonner en ligne

Il faut apprendre à dire "NON"..., ou comment dire NON intelligemment

Référence de l'article : MG7417
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Isabelle BARTH,Professeure agrégée des Universités,(10 Mars 2019)


Une des choses les plus difficiles en matière de management est de dire NON. Non à une augmentation, non à une demande de promotion, non à de l’achat de matériel, NON à la mise en œuvre d’un projet, NON à des dates de congés...

Dire non, c’est refuser quelque chose qui était désiré, attendu. C’est donc générer de la frustration, et, selon les personnes et les situations, c’est susciter de la déception, de la colère, de la rancœur.
Les managers sont souvent désemparés devant cet exercice difficile, et du coup, le maîtrisent mal, renforçant alors le malaise généré par le refus.

Cette peur ou ce rejet du NON est à rechercher dans notre culture, où, dès notre enfance, on nous dit que « ce n’est pas bien », « ça ne se fait pas » de dire NON. Ce n’est pas poli, ce n’est pas « bien élevé » de refuser une invitation, un cadeau, un service … On apprend pendant toute la première partie de sa vie à dire OUI, le NON étant l’apanage de gens immatures ou asociaux.

Aussi, pour ne pas se retrouver isolés, détestés, rejetés s’ils expriment un refus ou un NON, les managers développent des stratégies qui peuvent être très perturbantes pour les relations au sein de l’entreprise.
Quels sont les différents comportements qu’on peut identifier face à une demande motivant un NON ?

  •  Le premier est le « tout acceptation », par peur de dire NON, on dit Oui à tout, ce qui est à court terme plus simple, mais évidemment très rapidement problématique.
  • Le second comportement est l’ « évitement », cela consiste à ne pas se prononcer : on ne dit pas NON, mais pas OUI non plus, tous les prétextes sont bons pour retarder la réponse : on doit consulter, il faut réfléchir… En espérant qu’avec le temps la demande sera oubliée ou enterrée. Au bout du bout, le fameux refus sera signifié par des voies détournées : memo, mail, media … tout vaut mieux qu’un NON énoncé en face à face.
  • Le troisième comportement est de manier le OUI et le NON comme des instruments de pouvoir en liant la réponse à la personne et non au contenu de la requête. C’est le fameux « fait du Prince ». C’est aussi une façon d’acheter des formes de loyauté, le problème, c’est qu’elles ne sont pas forcément au service du projet commun.
  • La quatrième posture est celle du NON systématique. Elle peut revêtir deux comportements : le premier est celui qui fait du NON le marqueur d’autorité. Il faut alors que le manager assume le risque d’être isolé, voire détesté. La deuxième attitude est de tourner ce NON systématique en un jeu : « Tu sais bien qu’avec moi, c’est toujours NON », « Je refuse tout par principe ». L’idée est ici de créer une auto censure chez les interlocuteurs, qui savent que leurs demandes ne seront pas entendues.

Toutes ces façons de faire provoquent des dégâts collatéraux et amènent à des managements déviants.
Quelle est alors la bonne attitude pour dire NON ?



1/ Il faut tout d’abord écouter la demande jusqu’au bout, et en comprendre les motifs, reconnaissons que nous avons souvent tendance à vouloir donner notre réponse à mi-parcours,

2/ Il s’agit ensuite de questionner pour évaluer les attentes,

3/ Il est important de ne pas précipiter la réponse, mais il faut la promettre dans un délai tenable. Cette prise de recul est toujours importante face à une demande, elle l’est encore plus quand on s’achemine vers un refus.

4/ Il faut savoir gérer ses émotions, devant des demandes qui paraissent ineptes, ou exorbitantes, et qui peuvent heurter, mais aussi devant les réactions face au refus,

5/ Dans une grande partie des cas, l’alternative au OUI n’est pas forcément le NON, mais des propositions révisées qu’il faut aussi pouvoir développer. On ne dit plus NON à quelque chose mais on est, au contraire, force de proposition et on entre alors dans un processus de négociation.

6/ Enfin, il faut se faire confiance pour signifier le NON et l’étayer.  Car le socle d’un NON ou d’un refus bien accepté est la notion de respect. Savoir dire NON c’est respecter l’autre, dans la reconnaissance qu’on a de sa demande, même si on ne l’accepte pas.

Savoir dire NON, c’est aussi, et peut être surtout « se respecter soi-même », en assumant une position peu désirable, peu aimable, certes, mais qui est « la nôtre ».

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/strategie-management/emission/Isabelle-Barth-Apprendre-l-art-difficile-de-dire-NON-_3746762.html 
 
(Mis en ligne le 10 Mars 2019)

Articles similaires
Les "surconfiants" : ces incompétents...Stratégie : faut-il se spécialiser ou bien se...Classement des sociétés françaises les plus...Voici 2 301 entreprises françaises au résultat...Il est impossible de gérer un conflit...Bilan 2018 des OPA / OPR : 24 opérations visées...Les nouvelles stratégies logistiques du...Comment un duopole mondial des fermetures éclairs...La kakistocratie ou la promotion des...Le brainstorming, cela ne marche pas !Pour lancer avec succès une innovation, vaut...Un problème doit-il être résolu ou reformulé...Jomini, le « devin de Napoléon » : l'homme...Les pièges cachés des stratégies fondées sur le...Essor des plate-formes : bientôt, la fin de...Le nombre de "métiers" diminue: les...Stratégie d'entreprise : inclure...Pour améliorer le processus de prise de...Il faut savoir "rater" une négociation:...Quelques sociétés françaises qui brillent, dans..."Osons la paix économique"OPA et OPE en 2017 : 33 opérations sur 41 ont...5 critères à respecter pour qu'une bonne...Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael Porter