Se connecterS'abonner en ligne

Etes-vous SÛR que la première impression soit la bonne ?

Référence de l'article : MG7588
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Isabelle BARTH,Professeure agrégée des Universités,(2 Juin 2019)

 

La première impression, la fameuse première impression ! Qui n’a pas su prodiguer de bons conseils à son entourage ? Ou se les appliquer à soi-même pour soigner la première impression ?
Qui n’a pas émis cette sentence : « C’est la première impression qui compte ? ».

Il faut habiter sur Mars pour échapper à ce mantra de « la première impression ».
Elle s’applique plus particulièrement dans le milieu professionnel pour les entretiens d’embauche et pour les métiers où le contact va être important comme ceux de la vente.

Des méthodes se sont créées autour de ce principe, comme : « les 10 premiers pas, les 10 premières secondes les 10 premiers mots » par exemple …
Et les conseils pleuvent : la façon dont on doit s’habiller, dont on doit parler, dont on doit se comporter …, renforçant ainsi les stéréotypes.
Alors : croyance ou réalité ? Fatalité ou sale habitude ? Qu’en est-il vraiment ?



La première impression est une réalité, deux chercheurs : Edward Thorndike en 1920, et par la suite Solomon Asch en 1946, ont démontré qu’elle déclenche ce qui a été nommé l’ « effet de halo ». Il s’agit d’un biais cognitif qui impacte la perception qu’on peut avoir d’une personne, d’un groupe, d’un évènement, d’une marque par exemple…

C’est donc le processus qui s’enclenche à partir de la première impression qui est important : l’effet de halo décrit la façon dont nous sélectionnons et dont nous interprétons les signes et les informations toujours en faveur de notre première impression. Nous ne retenons que ce qui va dans son sens et finalement, nous ne voyons que ce que nous voulons voir … On comprend donc que si la première impression est positive, nous aurons tendance à renforcer ce jugement en captant les signaux qui vont dans ce sens et en rejetant ceux qui la contredisent, et tout le contraire si la première impression est négative.

On comprend vite que cela pose de véritables questions sur notre capacité à évaluer les compétences d’une personne, ou sa personnalité si on se fie à cette première impression, et surtout si on n’essaie pas de combattre l’effet de halo.

Ainsi, tous les travaux sur l’apparence physique montrent que bon nombre de personnes sont victimes de cette première impression et de l’effet de halo : une paire de lunettes renvoie au statut d’intellectuel, un tatouage à la marginalité, une cravate au professionnalisme, le surpoids à la paresse … les exemples sont nombreux. Est-ce sérieux ?

Le grand défi va être de prendre conscience de cette première impression et de se défaire de l’effet de halo, en posant des questions et surtout en écoutant les réponses pour objectiver l’évaluation que nous menons de la personne.

L’ « habit ne fait pas le moine » dit la sagesse populaire, il est essentiel de bien comprendre que nous sommes souvent piégés par notre propres mécanismes cognitifs et que nous avons comme devoir de les mettre à distance pour ne faire subir, ou subir nous-même, des jugement hâtifs et complètement faux.
Qu’en pensez-vous ?

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/strategie-management/emission/Isabelle-Barth-La-premiere-impression-une-sale-habitude-_3745890.html
 
(Mis en ligne le 2 Juin 2019)

Articles similaires
Quelle est la ressource la plus stratégique de...Les rachats d’actions sur les bourses américaines...Les "surconfiants" : ces incompétents...Stratégie : faut-il se spécialiser ou bien se...Classement des sociétés françaises les plus...Voici 2 301 entreprises françaises au résultat...Il est impossible de gérer un conflit...Il faut apprendre à dire "NON"..., ou...Bilan 2018 des OPA / OPR : 24 opérations visées...Les nouvelles stratégies logistiques du...Comment un duopole mondial des fermetures éclairs...La kakistocratie ou la promotion des...Le brainstorming, cela ne marche pas !Pour lancer avec succès une innovation, vaut...Un problème doit-il être résolu ou reformulé...Jomini, le « devin de Napoléon » : l'homme...Les pièges cachés des stratégies fondées sur le...Essor des plate-formes : bientôt, la fin de...Le nombre de "métiers" diminue: les...Stratégie d'entreprise : inclure...Pour améliorer le processus de prise de...Il faut savoir "rater" une négociation:...Quelques sociétés françaises qui brillent, dans..."Osons la paix économique"OPA et OPE en 2017 : 33 opérations sur 41 ont...5 critères à respecter pour qu'une bonne...Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...