Se connecterS'abonner en ligne

Enseignement supérieur : la France en-dessous de la moyenne de l'OCDE

Référence de l'article : MG5443
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,XERFI (18 Juin 2016)

En 2015, la France a consacré un peu moins

de 30 milliards d’euros à l’enseignement supérieur. Il s’agit ici de la « dépense intérieure d’éducation » soit toutes les dépenses engagées par l’Etat, mais aussi les collectivités territoriales, les ménages et les entreprises pour les activités d’éducation au sens large qui intègrent donc aussi toutes les dépenses extra-scolaires comme l’hébergement, la restauration, les fournitures, etc. 30 milliards d’euros, cela représente 20% des dépenses totales d’éducation et près de 1,4% du PIB. Depuis 1980, ces dépenses se sont envolées de 156% en euros constants (soit une multiplication par 2,5 environ). C’est bien plus rapide que le PIB. En d’autres termes, l’effort financier consacré au supérieur s’est nettement intensifié au fil des ans. Et pour cause, le nombre d’inscrits dans le supérieur

a plus que doublé sur la période et dépasse aujourd’hui 2,5 millions de personnes. A l’origine de cette explosion, l’allongement de la durée des études, l’arrivée d’étudiants étrangers, une plus grande diversification de l’offre dans le supérieur et bien entendu l’extraordinaire développement de l’accès au baccalauréat.

A partir de 1985, l’objectif d’amener 80% d’une classe d’âge au niveau du bac a fait exploser le nombre de bacheliers. D’autant plus que de nouvelles filières sont créées et que des reformes sont menées pour faciliter la poursuite des études. Comme 75% environ des bacheliers poursuivent leurs études, cela se répercute directement sur les inscriptions dans le supérieur.

C’est très clair, la montée de la dépense intérieure d’éducation dans le supérieur de 1980 à 1995, est synchrone avec celle des effectifs. En clair, la plus grande partie de la hausse des dépenses est absorbée par l’augmentation du nombre d’étudiants. Dans ce contexte, la dépense par élève évolue peu, +0,9% en moyenne par an. De 1995 à 2006, l’évolution de la DIE ralentit. Comme le coup de frein est encore plus marqué du côté des effectifs, la dépense par étudiant grimpe de 1,2% en moyenne par an, en nette accélération par rapport à la période précédente. Le mouvement s’accentue de 2006 à 2009, le plafonnement des effectifs se couplant à une forte augmentation de la dépense intérieure d’éducation, le coût moyen gagne 3,7% par an. Les raisons : une hausse significative du budget alloué à l’enseignement supérieur, mais aussi des transformations structurelles.

En 1980, plus des 2/3 des étudiants étaient inscrits dans les universités, 20 ans plus tard, ils ne sont plus que 56%. Cela a d’abord profité à la section des techniciens supérieurs (pour la préparation des BTS) dont les inscriptions ont explosé dans les années 90. A partir des années 90 et surtout à partir des années 2000, l’augmentation vient des classes préparatoires aux grandes écoles et aux écoles de commerce et de gestion dont les effectifs s’envolent de 40%. Or, c’est le grand écart entre les filières :

les dépenses d’éducation pour un étudiant en université étaient de 10 655 euros par an en 2010. Pour se préparer à un BTS, la note est de 14 326 euros, c’est 34% de plus. Pour rejoindre une classe préparatoire aux grandes écoles, il faut compter 15 752 euros soit près de 48% de plus. Depuis 2009,

la dépense intérieure d’éducation plafonne, alors que les effectifs augmentent à nouveau. Et cette fois nul effet de structure. Si la dépense moyenne baisse de 0,9% en moyenne par an, c’est parce qu’elle recule à tous les échelons. La France a fait un gros effort financier pour développer l’enseignement supérieur. Mais depuis la crise de 2008, c’est devenu l’une des variables d’ajustement, quitte à sacrifier l’avenir.

Or la France a du retard. Avec 1,4% de son PIB consacré à l’enseignement supérieur elle fait moins bien que la moyenne des pays de l’OCDE et a décroché par rapport au Canada, à la Corée et aux Etats-Unis, trois grandes nations qui font un effort financier pour l’enseignement supérieur près de deux fois supérieur au nôtre. 

__________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Enseignement-superieur-le-retard-francais-malgre-les-grandes-ecoles_3566.html
 
(Mis en ligne le 18 Juin 2016)

Articles similaires
Pour lancer avec succès une innovation, vaut...Un problème doit-il être résolu ou reformulé...Jomini, le « devin de Napoléon » : l'homme...Les pièges cachés des stratégies fondées sur le...Essor des plate-formes : bientôt, la fin de...Le nombre de "métiers" diminue: les...Stratégie d'entreprise : inclure...Pour améliorer le processus de prise de...Il faut savoir "rater" une négociation:...Quelques sociétés françaises qui brillent, dans..."Osons la paix économique"OPA et OPE en 2017 : 33 opérations sur 41 ont...5 critères à respecter pour qu'une bonne...Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterL'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...