Se connecterS'abonner en ligne

Comment éviter le piège du benchmarking classique ?

Référence de l'article : MG5688
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Frédéric FRERY,(12 Novembre 2016)

 

Vous connaissez certainement la technique du benchmarking, qui consiste à comparer les ressources et les compétences d’une entreprise afin de déterminer si elle détient d’authentiques capacités stratégiques, mais savez-vous que le benchmarking recèle des pièges ?
 
Tout d’abord, on peut s’interroger sur le succès du terme « benchmarking », alors qu’il existe un mot français tout à fait utilisable : « étalonnage », qui a exactement le même sens et qui a l’avantage de donner un verbe, « étalonner », et un substantif, « étalon ».
 
Dans les faits, on peut s’étalonner à quatre niveaux.

Le premier niveau est l’étalonnage par rapport à soi-même dans le passé. Le principe consiste ici à vérifier qu’on a progressé sur certains indicateurs, comme le nombre de réclamations-clients, la mise sur le marché d’offres nouvelles, ou les délais de livraison.
 
Le deuxième niveau est l’étalonnage entre les différentes activités d’une même entreprise, afin de pouvoir transférer les meilleures pratiques des unes aux autres. Cependant, il existe un risque de voir les équipes, convaincues de la spécificité de leur contexte, refuser d’appliquer des solutions éprouvées ailleurs : on préfère généralement recréer ses propres solutions plutôt que de transposer celles des autres, même lorsqu’elles ont fait leurs preuves.
 
Le troisième niveau d’étalonnage est le plus fréquent, et il est même devenu synonyme de benchmarking : il s’agit de s’étalonner avec ses concurrents directs. Lorsque vous faites appel à des consultants spécialisés en benchmarking, c’est généralement ce qu’ils vous proposent. Or, cette démarche recèle un danger particulièrement pervers, ce qu’on appelle l’institutionnalisation. L’institutionnalisation désigne une situation dans laquelle tous les concurrents d’une même industrie finissent par se ressembler, par adopter les mêmes stratégies, et par proposer les mêmes offres. De fait, tout le monde a intérêt à ce que les concurrents soient interchangeables :

  • les fournisseurs peuvent leur vendre les mêmes références,
  • les clients peuvent aisément s’approvisionner chez l’un ou chez l’autre,
  • les financiers peuvent facilement comparer leur performance,
  • les candidats à l’embauche peuvent envoyer la même lettre de motivation
  • et les salariés savent qu’ils pourront sans problème passer à la concurrence, ce qui améliore leur employabilité.

 
Au total, tout pousse à l’uniformisation et l’étalonnage entre concurrents ne fait que l’accélérer. Or, lorsque les offres sont identiques, la seule différence est leur prix, ce qui finit, soit par entamer les marges, soit par provoquer une entente. Dans tous les cas, l’étalonnage systématique avec les concurrents est donc un piège.
 
C’est pourquoi il existe un quatrième niveau d’étalonnage, beaucoup plus bénéfique : s’étalonner avec les meilleurs, quelle que soit leur industrie. Une banque peut ainsi comparer sa gestion des ressources humaines avec celle d’un distributeur, qui peut lui-même comparer la performance de ses solutions numériques avec celle d’un industriel. Cette démarche provoque très exactement le contraire de l’institutionnalisation : en se comparant avec des entreprises lointaines, on se différencie nettement de ses concurrents et on provoque d’authentiques innovations, car la vaste majorité des innovations ne sont pas le résultat d’idées nouvelles : elles sont la transplantation d’idées anciennes dans un contexte nouveau.

______________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerfi-precepta-strategiques-tv.com/emission/Frederic-Frery-Sortir-des-pieges-du-benchmarking_3744196.html

(Mis en ligne le 12 Novembre 2016)

Articles similaires
Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterL'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...Suivi de la couverture du risque du prix des...Le big bang des écoles de commerce: la synthèseGrandes Ecoles : comment former au Management ?Le compte pénibilité: meilleur ennemi de la...Malaise dans le conseil et les services aux...Les entreprises dans la tourmente des baisses de...Pourquoi les marges des entreprises continuent de...Faire du retard de l'entreprise un avantage...Détecter les véritables créateurs d'emplois...Peugeot, Alstom : la France a-t-elle trouvé la...Le rôle de l'entrepreneur est de créer de...L’innovation de ruptureRachat de groupes français : pourquoi ce...