Se connecterS'abonner en ligne

Cette 6ème force répudiée par Michael Porter

Référence de l'article : MG5069
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Frédéric FRERY,(15 Janvier 2016)

 

Vous connaissez forcément le modèle des cinq forces de la concurrence, qui est très certainement l’un des modèles les plus connus en stratégie d’entreprise. Il a été élaboré au début des années 1980 par Michael Porter, professeur à la Harvard Business School.

Pour concevoir ce modèle, Porter est parti du postulat que l’objectif d’une entreprise est de dégager durablement un profit. Dans ces conditions, l’objectif d’Évian n’est pas de vendre de l’eau, mais de faire du profit avec de l’eau. Or, ce postulat modifie la notion même de concurrence : doit alors être considéré comme un concurrent d’Évian tout ce qui pourrait limiter sa capacité à faire du profit. C’est ce que Porter appelle les 5 forces de la concurrence :

  • Premièrement l’intensité de la concurrence. Si Vittel augmente sa part de marché, le profit d’Évian en pâtira.
  • Deuxièmement le pouvoir de négociation des fournisseurs, par exemple les fabricants de bouteilles en plastique. S’ils augmentent leurs tarifs et qu’Évian ne peut pas le répercuter sur ses propres prix, cela réduira son profit.
  • Troisièmement le pouvoir de négociation des clients, comme la grande distribution pour Évian. Si Carrefour exige une baisse de prix et qu’Évian ne peut pas la répercuter sur ses coûts, là encore son profit sera réduit.
  • Quatrièmement la menace des entrant potentiels, par exemple Coca-Cola, qui avec sa marque Dasani n’est pas encore présent en Europe de l’Ouest, mais dont l’irruption entamerait nécessairement la rentabilité d’Évian.
  • Et enfin cinquièmement la menace des substituts : si les consommateurs boivent autre chose que de l’eau minérale, Évian verra fondre ses profits.

Si ce modèle a connu d’emblée un grand succès, les Européens – et singulièrement les Français – ont rapidement signalé à Michael Porter qu’il est nécessaire d’ajouter une sixième force, dont l’impact sur la capacité des firmes à dégager un profit peut se révéler considérable : l’Etat. Au travers de la réglementation, du protectionnisme, des subventions, des commandes publiques ou des nationalisations, l’Etat peut très significativement modifier l’équilibre d’une industrie.

Or, Porter est un Républicain convaincu, qui a été conseiller du président Reagan et du candidat à la maison blanche Mitt Romney. Pour des raisons essentiellement idéologiques, il s’est donc opposé à l’ajout de cette sixième force, qu’il considère comme un dangereux interventionnisme.

On se retrouve donc dans une situation étrange, où le nombre de forces de la concurrence varie selon les pays. Pour s’en souvenir, il suffit de penser aux trois mousquetaires : en France, tout comme les trois mousquetaires sont quatre, les cinq forces de la concurrence sont six.
 

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerfi-precepta-strategiques-tv.com/emission/Frederic-Frery-Cette-6eme-force-repudiee-par-Michael-Porter_2777.html
 
(Mis en ligne le 15 Janvier 2016)

Articles similaires
Avantages et inconvénients des différentes formes...Les MOOC font-ils vraiment pschitt ? Ou est-ce...Innovations de rupture : ne vous laissez pas...Stratégie d'entreprise: les enseignements du...Performance = Monde x ( QE + CX+ IA)Uber : un business model simplet, qui mènera..."Moyennator" : Le Monde fait son beurre...Pourquoi apprendre à expliquer son travail de...La productivité est-elle vouée à la...Savoir pour agir, ou bien agir pour savoir : le...M&A : évolution mondiale à fin 2016, et française...Dans certains cas, le protectionnisme...Le mirage de l’intégration verticaleOffres publiques (OPA, OPE, etc) : les...Le vrai stratège est avant tout... un politiqueComment éviter le piège du benchmarking classique...Comment améliorer le suivi du respect intégral...Sauriez-vous résister, vous, au jeu stratégique...Comprendre les gains de productivité :...Certains indicateurs de performance peuvent...Etre intelligent et prendre des décisions...Enseignement supérieur : la France en-dessous de...Management : la solution se trouve parfois dans...Le numérique va-t-il vraiment détruire 47% des...Les salariés passent un mois par an à surfer au...L'Italie et l’Espagne sont devenues...Attention aux fables stratégiques: le cas des...Comment Socrate et Xenophon ont inventé le...L'efficacité dans l'incertitudeVous êtes gardien de but. Penalty. Vous plongez...La stratégie, est-ce creux, est-ce du bla-bla ?Comment être sûr de mener une entreprise dans le...Comment résumer une stratégie en 3 points?Comment faire bouger l'Ecole Polytechnique ?Payer plus cher ses salariés, c'est rentable...Programmes scolaires : le problème n’est pas...Une fausse bonne nouvelle pour les startups ?Comprendre l'analyse SWOTComment être compétitif dans les chaînes de...Suivi de la couverture du risque du prix des...Le big bang des écoles de commerce: la synthèseGrandes Ecoles : comment former au Management ?Le compte pénibilité: meilleur ennemi de la...Malaise dans le conseil et les services aux...Les entreprises dans la tourmente des baisses de...Pourquoi les marges des entreprises continuent de...Faire du retard de l'entreprise un avantage...Détecter les véritables créateurs d'emplois...Peugeot, Alstom : la France a-t-elle trouvé la...Le rôle de l'entrepreneur est de créer de...L’innovation de ruptureRachat de groupes français : pourquoi ce...