Se connecterS'abonner en ligne

Quelques aspects très positifs de la baisse du pétrole…..

Référence de l'article : MP5086
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Yves MONTENAY,(22 Janvier 2016)

 
 

Pourquoi se lamenter de la baisse des prix du pétrole ? Le 15 janvier 2016, le pétrole est tombé en dessous des 30 dollars. Cette baisse a donné lieu à une série d’articles très alarmistes des médias internationaux économiques et financiers, alors que la grande presse se félicitait du gain pour le consommateur français. Ces articles alarmistes ont semé la panique et les marchés ont fortement baissé.

Les alarmistes soulignent à juste titre que de nombreux pays producteurs seront déstabilisés : l’Algérie, l’Iran, l’Irak, le Venezuela, l’Angola, le Nigeria, la Russie, etc. Leur message est que la déstabilisation d’autant de pays importants ne peut que bouleverser l’économie mondiale.

Cette déstabilisation devait de toute façon arriver

Il y a du vrai, mais il faut remarquer que la plupart de ces pays ont une gouvernance calamiteuse depuis longtemps, qui les avait déjà profondément déstabilisés. Les populations y ont accumulé une profonde exaspération pouvant de toute façon mener à une issue violente. Il vaut peut-être mieux que des changements y aient lieu le plus tôt possible. Or, des prix élevés ne font que retarder l’échéance et les enfoncer davantage, tout en ponctionnant les revenus non seulement des Occidentaux, mais surtout, on l’oublie, ceux des plus pauvres, indiens par exemple.

Remarquons que cette déstabilisation a son exacte contrepartie positive dans les économies du reste du monde, puisque la somme qui manque aux uns bénéficie aux autres. Cela devrait nous consoler et éventuellement permettre quelques secours aux populations concernées, quoiqu’en ce domaine il faille soigneusement veiller à ce que l’argent ne soit pas détourné.

Et est-ce vraiment mauvais pour la planète ?

Une autre raison avancée pour regretter la baisse des prix du pétrole est que cela en facilitera la consommation et retardera son remplacement par des sources d’énergie « décarbonées ». C’est vrai, mais il y a d’une part une solution, celle d’une « taxe carbone », directe ou indirecte via un marché mieux organisé que celui qui est en train de s’effondrer en Europe. D’autre part, au-delà de cette solution technique, il y a la nécessité d’une certaine indépendance vis-à-vis des pays producteurs, ne serait-ce que pour éviter une certaine mendicité (les Marocains comprendront, eux qui subissent cette dépendance). Et on peut espérer que cette nécessité jouera en faveur des « vraies » solutions écologiques.

Remarquons notamment que les premières réactions des pays producteurs ont été de limiter (enfin !) le gaspillage de leur propre production en augmentant le prix dérisoire que payaient leurs citoyens. Et des pays consommateurs ont fait de même, profitant de ce que la baisse des cours compensait plus ou moins celle des subventions. Dans le premier groupe, il y a l’Arabie, dans le second, le Maroc et l’Indonésie.

Parmi ces « vraies » solutions écologiques, il y a le solaire qui a fait de grands progrès en prix de revient, le nucléaire (pas de CO2, pas de revenus allant vers le terrorisme), l’hydraulique en Afrique et autres pays du Sud (mêmes raisons, et plus, c’est du « renouvelable »). Cela sans parler de ce qu’on invente tous les jours, notamment en économie et stockage d’énergie, dont la mise en œuvre sera l’équivalent d’immenses gisements de pétrole.

Parmi les « fausses » énergies alternatives, il y a les « pièges à subventions » que semblent être les éoliennes, et que sont certainement les biocarburants de première génération, qui détruisent des aliments et dépensent davantage d’énergie qu’ils n’en produisent.

C’est également bon à terme pour la sécurité de tous

Par ailleurs, il n’est pas mauvais que diminuent des recettes pétrolières qui ont financé et financent encore souvent le terrorisme, via l’Arabie, la Syrie, l’Irak et peut-être demain la Libye…Quant aux autres dépenses de ces États, ce ne sont pas les meilleurs investissements pour la planète (j’y ai travaillé, et peux témoigner que les robinets en or ne sont pas une image) sans parler des « gros salaires pour ne rien faire » des nationaux, de la corruption et des « fuites financières » qui pourrissent le monde entier.

Finalement, je ne vois pas pourquoi on se lamente de cette baisse des prix du pétrole, le raisonnement économique et politique étant également appuyé par le sécuritaire.

 _________________________________________________

Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
 http://www.contrepoints.org/2016/01/22/236135-panique-injustifiee-sur-le-petrole

(Mis en ligne le 22 Janvier 2016)
Articles similaires
Les USA font tout pour que le prix du pétrole...Et si les taxes sur les importations de l'UE...Il s'échange 35 barils virtuels pour un...La facture pétrolière mondiale franchit sa...La fin du pétrole, ce n'est pas pour demain...An in depth analysis of the global Oil and Gas...Hors risques géopolitiques, la rechute du prix du...Qui est le nouveau Secrétaire d'Etat...Ne plus dépendre des hydrocarbures des Monarchies...L'Allemagne s'arrime de plus en plus au...Une hausse du prix du pétrole est-elle crédible...Nouveau président pour Petrobras, dont la dette...Pays pétroliers : une reconversion nécessairePetroChina: bénéfice net au plus bas depuis 16...L'ex-patron de Chesapeake décède au...L'Arabie confirme sa stratégie et son...Pourquoi les USA font délibérément chuter le prix...Chevron : première perte depuis 2002Ce que dit l’effondrement des cours du pétrole de...Pétrole : très peu d'acteurs sont viables...Pétrole: la baisse de la production américaine...Prix futur du baril : à la recherche du nombre...Pétrole: et si l'Arabie finissait par gagner...La production de pétrole américaine baisse, celle...Pourquoi la baisse du pétrole fait pschittt pour...Oil and gas Groups : a two-speed marketCours du baril : un problème d'offre ou de...Levée prochaine de l’embargo sur l’Iran… Faut-il...Pétrole : non, décidément, la pénurie n’est pas...Le prix du pétrole va rechuterLa demande de pétrole repartOPEP 5 juin : une réunion pour rien?Pétrole et Gaz : la guerre des prix n'est...L'Arabie Saoudite veut freiner la production...Baril au plus haut depuis Janvier: la stratégie...Huile et gaz de schiste : une révolution durable...OPA dans le secteur pétrolier : à qui le tour ?Le pétrole aurait-il perdu sa dimension...Baisse des forages aux USA, mais hausse en...Essence et gazole: l'Etat ne perd rien...Et si la demande de pétrole repartait?Baril de Brent à 60 $ : une position d’attenteLibye: 1,2 million de barils par jour en moins au...Russie : conséquences de la chute des prix des...Rebond du baril : les USA vont-ils remplacer...Arabie Saoudite: on ne change pas de chef en...Résultats 4ème T 2014 : Pétrolières intégrées,...Production pétrolière: on est loin du peak...Les yeux rivés sur les résultats des Majors...USA : rigs en baisse, la hausse de production...Le Baril WTI en dessous de 47 dollars: les...Importateurs de carburants: comment couvrir votre...