Se connecterS'abonner en ligne

La fin du pétrole, ce n'est pas pour demain !

Référence de l'article : MP6831
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (5 Mai 2018)

Le monde n’en a pas fini avec le pétrole. Pourtant, il y a 10 ans,



quand le prix du baril flirtait avec les 150 dollars, la théorie du peak oil, moment apocalyptique où la production mondiale va plafonner avant d’irrémédiablement décliner, surgit de nouveau. C’était la fin d’un monde et certains prophétisaient le prix du baril à 300 dollars, voire plus. Huit ans plus tard, retournement de situation : les cours sont au plus bas depuis plus de 15 ans et la notion de peak demand s’impose. Là, ce n’est plus le pétrole qui disparaît mais la demande de pétrole. Et pourtant. Côté offre, jamais autant de pétrole brut n’est sorti des sols.



Alors même que l’OPEP et 10 pays extérieurs au cartel emmenés par la Russie ont officiellement réduit leur production de 1,8 million de barils/jour, près de 99 millions de barils ont été mis quotidiennement sur le marché en 2017. Un record absolu et un chiffre en hausse de 9% par rapport à 2008 moment où la théorie du peak oil faisait les gros titres.  A l’origine de ce mouvement, le retour en force notamment des producteurs américains sur la scène pétrolière grâce au pétrole de schiste et à l’amélioration constante des techniques de production, qui ont fait plonger les prix de production.



 Une industrie pétrolière américaine dont la production dépasse désormais les 10 millions de barils jour, c’est deux fois plus qu’en 2008, et hisse à nouveau les Etats-Unis au rang de producteur majeur. Du côté des réserves mondiales prouvées, la tendance est aussi à la hausse



depuis le début des années 80, avec néanmoins un plafond en fin de période. A plus de 1 700 milliards de barils, cela assure, au rythme actuel de la consommation, presque 50 ans de « réserve ». Mais il serait erroné de conclure au début d’une pénurie physique. Avec les prix bas, la prospection a ralenti car les compagnies pétrolières ne s’y retrouvaient pas financièrement. Avec des prix plus élevés, elle reprendra. C’est un fait : les réserves augmentent avec le prix et la notion du peak oil recule au fur et à mesure que l’on avance. Côté demande maintenant. La tendance est également à la hausse. Comme pour la production,



la consommation a battu tous ses records en 2017 pour se rapprocher des 100 millions de barils jour. Excepté l’accroc lié à la grande récession de 2008-2009, la progression quasi-constante s’effectue au rythme de 1,4% par an. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Bien entendu, les usages du pétrole changent. L’émergence rapide des voitures électriques, le plus grand rendement des moteurs atmosphériques, la plus grande efficacité énergétique des habitations, la baisse du coût des énergies renouvelables, la lutte contre les émissions de CO2 sont des paramètres à prendre en compte. Mais il s’agit surtout d’un double déplacement



d’une demande globalement en hausse. Selon l’Agence internationale de l’énergie, elle grimperait de 6,8% sur la période 2016-2025, puis de 4,6% entre 2025 et 2040. Le premier déplacement, sectoriel, fait la part belle à la pétrochimie,



un secteur clé de l’industrie qui fournit des matières intermédiaires incontournables pour fabriquer de nombreux produits du quotidien (plastiques, fibres textiles, cosmétiques, médicaments, notamment). D’ici 20 ans environ, la pétrochimie devrait absorber près du quart de la production mondiale de pétrole. Une part en nette hausse comme devrait l’être celle dédiée aux secteurs aéronautique et naval. Et à chaque fois, ce sont les grands pays émergents qui poussent à la hausse. C’est le second glissement, géographique.



La demande de pétrole en provenance de l’Union européenne, des Etats-Unis et du Japon d’ici 2040 doit baisser au total de 10,5 millions de barils jour. Un recul amplement compensé par la hausse de la consommation en provenance de l’Inde, de la Chine, mais aussi de nombreux autres pays émergents, dont la demande s’élève avec le niveau de vie.
Autrement dit, la fin du pétrole, ce n’est pas pour demain…

___________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
 http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-fin-du-petrole-ce-n-est-pas-pour-ce-siecle-_3745870.html
 
(Mis en ligne le 5 Mai 2018)

Articles similaires
La facture pétrolière mondiale franchit sa...An in depth analysis of the global Oil and Gas...Hors risques géopolitiques, la rechute du prix du...Qui est le nouveau Secrétaire d'Etat...Ne plus dépendre des hydrocarbures des Monarchies...L'Allemagne s'arrime de plus en plus au...Une hausse du prix du pétrole est-elle crédible...Nouveau président pour Petrobras, dont la dette...Pays pétroliers : une reconversion nécessairePetroChina: bénéfice net au plus bas depuis 16...L'ex-patron de Chesapeake décède au...L'Arabie confirme sa stratégie et son...Pourquoi les USA font délibérément chuter le prix...Chevron : première perte depuis 2002Ce que dit l’effondrement des cours du pétrole de...Quelques aspects très positifs de la baisse du...Pétrole : très peu d'acteurs sont viables...Pétrole: la baisse de la production américaine...Prix futur du baril : à la recherche du nombre...Pétrole: et si l'Arabie finissait par gagner...La production de pétrole américaine baisse, celle...Pourquoi la baisse du pétrole fait pschittt pour...Oil and gas Groups : a two-speed marketCours du baril : un problème d'offre ou de...Levée prochaine de l’embargo sur l’Iran… Faut-il...Pétrole : non, décidément, la pénurie n’est pas...Le prix du pétrole va rechuterLa demande de pétrole repartOPEP 5 juin : une réunion pour rien?Pétrole et Gaz : la guerre des prix n'est...L'Arabie Saoudite veut freiner la production...Baril au plus haut depuis Janvier: la stratégie...Huile et gaz de schiste : une révolution durable...OPA dans le secteur pétrolier : à qui le tour ?Le pétrole aurait-il perdu sa dimension...Baisse des forages aux USA, mais hausse en...Essence et gazole: l'Etat ne perd rien...Et si la demande de pétrole repartait?Baril de Brent à 60 $ : une position d’attenteLibye: 1,2 million de barils par jour en moins au...Russie : conséquences de la chute des prix des...Rebond du baril : les USA vont-ils remplacer...Arabie Saoudite: on ne change pas de chef en...Résultats 4ème T 2014 : Pétrolières intégrées,...Production pétrolière: on est loin du peak...Les yeux rivés sur les résultats des Majors...USA : rigs en baisse, la hausse de production...Le Baril WTI en dessous de 47 dollars: les...Importateurs de carburants: comment couvrir votre...Cours du baril et Capex : les leçons du passéLe Pétrole est-il, ou non, un indicateur avancé...2015 : quel impact la baisse des prix du pétrole...