Se connecterS'abonner en ligne

Chevron : première perte depuis 2002

Référence de l'article : MP5112
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
(30 Janvier 2016)

Le plongeon des prix de l'or noir a englouti les bénéfices de la major pétrolière Chevron, qui a essuyé sa première perte trimestrielle en treize ans et promis de durcir sa cure d'austérité pour limiter la casse.Sur les trois derniers mois de l'année, le groupe accuse une perte de 588 millions de dollars, contre un bénéfice net de 3,47 milliards à la même période un an plus tôt, selon des résultats publiés vendredi.

 
Hors éléments exceptionnels et rapporté par action, Chevron essuie une perte de 31 cents, contre un bénéfice de 46 cents espérés par les marchés. C'est la première fois depuis le troisième trimestre 2002 que Chevron perd de l'argent. A Wall Street, le titre reculait de 1,59% à 84,46 dollars dans les premiers échanges.
 
Sur l'année 2015, le bénéfice net a été divisé par plus de quatre à 4,59 milliards de dollars."La baisse substantielle de nos résultats 2015 comparé à l'année précédente reflète le déclin de près de 50% des prix du pétrole sur un an", a commenté le PDG John Watson. Chevron est plus sensible aux fluctuations des cours de l'or noir que son rival ExxonMobil parce que 67% de sa production est constituée de pétrole.Le groupe a dû inscrire une provision de 1,1 milliard de dollars dans ses comptes du quatrième trimestre pour dépréciations d'actifs et confirmé le ralentissement de l'activité dans le secteur sur fond d'offre de brut abondante.
 
Le chiffre d'affaires a fondu: il ressort à 138,48 milliards de dollars sur l'année, en chute de 34,7%, et à 29,25 milliards sur le dernier trimestre, en diminution de 36,5%. 

Amont : perte de 2 milliards d’USD en 2015 contre 17 milliards d’USD de bénéfices en 2014

Sans grande surprise, les activités de l'amont (production-exploration pétrolière) ont accusé une perte de 1,96 milliard de dollars en 2015, contre un bénéfice net de 16,89 milliards en 2014.
 
La perte de cette division, vache à lait des majors, est due à un effondrement de l'activité pétrolière aux Etats-Unis, aux dépréciations d'actifs et à de faibles gains générés par les ventes d'actifs. Le raffinage (aval) a échoué à compenser, comme en 2015, le recul dans l'exploration: le bénéfice annuel de cette activité a certes augmenté de 75,3% à 7,61 milliards de dollars mais c'est loin du doublement observé en 2014.
 
Traditionnellement, quand les prix du brut sont bas, les coûts de traitement sont allégés, ce qui profite aux raffineurs comme Chevron, qui est également propriétaire de stations-service. La production du groupe a atteint sur l'année 2,62 millions de barils par jour (mbj), en hausse de 2% sur un an, grâce aux champs américains et bangladeshis. Elle était de 2,67 millions de mbj au quatrième trimestre, en hausse de 3,5% sur un an.

Dépenses réduites de 9 milliards d’USD en 2015 

En attendant les résultats d'ExxonMobil le 2 février, la plupart des entreprises du secteur aux Etats-Unis ont annoncé des performances décevantes. Pour préserver ses bénéfices, Chevron promet de durcir sa cure d'austérité." Nous sommes en train de prendre des mesures importantes pour améliorer nos résultats et notre trésorerie dans l'environnement actuel de prix bas. Les dépenses opérationnelles et autres frais ont été réduits de 9 milliards en 2015 comparé à 2014 et je prévois des réductions (de coûts) de même ampleur en 2016", a déclaré John Watson.
 
La major, qui promet des annonces le 25 février, prévoit de vendre des actifs et va continuer à supprimer des emplois. En octobre, Chevron a annoncé la suppression de 6.000 à 7.000 emplois supplémentaires, soit quelque 10% de ses effectifs. L'entreprise a aussi abaissé de 24% à 26,6 milliards de dollars ses investissements pour 2016. Ils devraient être compris entre 20 et 24 milliards pour les deux années suivantes (2017 et 2018). 
 
Analystes et experts plaident, eux, pour une consolidation du secteur pétrolier, laquelle verrait les "gros" avaler les "petits", à l'instar du mariage à 47 milliards de dollars annoncé en 2015 entre la société anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell et le groupe d'hydrocarbures britannique BG Group.

(CB avec l'AFP)

(Mis en ligne le 30 Janvier 2016)  
Articles similaires
Les USA font tout pour que le prix du pétrole...Et si les taxes sur les importations de l'UE...Il s'échange 35 barils virtuels pour un...La facture pétrolière mondiale franchit sa...La fin du pétrole, ce n'est pas pour demain...An in depth analysis of the global Oil and Gas...Hors risques géopolitiques, la rechute du prix du...Qui est le nouveau Secrétaire d'Etat...Ne plus dépendre des hydrocarbures des Monarchies...L'Allemagne s'arrime de plus en plus au...Une hausse du prix du pétrole est-elle crédible...Nouveau président pour Petrobras, dont la dette...Pays pétroliers : une reconversion nécessairePetroChina: bénéfice net au plus bas depuis 16...L'ex-patron de Chesapeake décède au...L'Arabie confirme sa stratégie et son...Pourquoi les USA font délibérément chuter le prix...Ce que dit l’effondrement des cours du pétrole de...Quelques aspects très positifs de la baisse du...Pétrole : très peu d'acteurs sont viables...Pétrole: la baisse de la production américaine...Prix futur du baril : à la recherche du nombre...Pétrole: et si l'Arabie finissait par gagner...La production de pétrole américaine baisse, celle...Pourquoi la baisse du pétrole fait pschittt pour...Oil and gas Groups : a two-speed marketCours du baril : un problème d'offre ou de...Levée prochaine de l’embargo sur l’Iran… Faut-il...Pétrole : non, décidément, la pénurie n’est pas...Le prix du pétrole va rechuterLa demande de pétrole repartOPEP 5 juin : une réunion pour rien?Pétrole et Gaz : la guerre des prix n'est...L'Arabie Saoudite veut freiner la production...Baril au plus haut depuis Janvier: la stratégie...Huile et gaz de schiste : une révolution durable...OPA dans le secteur pétrolier : à qui le tour ?Le pétrole aurait-il perdu sa dimension...Baisse des forages aux USA, mais hausse en...Essence et gazole: l'Etat ne perd rien...Et si la demande de pétrole repartait?Baril de Brent à 60 $ : une position d’attenteLibye: 1,2 million de barils par jour en moins au...Russie : conséquences de la chute des prix des...Rebond du baril : les USA vont-ils remplacer...Arabie Saoudite: on ne change pas de chef en...Résultats 4ème T 2014 : Pétrolières intégrées,...Production pétrolière: on est loin du peak...Les yeux rivés sur les résultats des Majors...USA : rigs en baisse, la hausse de production...Le Baril WTI en dessous de 47 dollars: les...Importateurs de carburants: comment couvrir votre...