Se connecterS'abonner en ligne

Les marchés mondiaux des céréales à l’équilibre en 2018-2019 ; révision des données chinoises

Référence de l'article : MC7473
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par le département des statistiques de la FAO,(6 Avril 2019)
 

Les estimations concernant la production, l’utilisation et les stocks de céréales au niveau mondial nettement revues à la hausse à la suite d’ajustements rétrospectifs pour la Chine.  

Les prévisions pour ce mois-ci concernant l’offre et la demande mondiales de céréales pour la campagne 2018-2019 intègrent les ajustements rétrospectifs apportés aux bilans céréaliers de la Chine. Ceux-ci sont importants, notamment en ce qui concerne le maïs (comme décrit plus en détail ci-dessous). Les prévisions actuelles concernant la production, l’utilisation et les stocks de report de céréales au niveau mondial sont donc différentes de celles publiées dans le rapport de mars.

Selon les estimations actuelles de la FAO pour 2018, qui tiennent compte des révisions rétrospectives de la production chinoise, la production mondiale de céréales devrait s’établir à 2,655 milliards de tonnes (riz usiné compris). Malgré une hausse de 46 millions de tonnes par rapport aux estimations du mois précédent, la production mondiale est tout de même en baisse de 1,8 pour cent (48,8 millions de tonnes) en glissement annuel, principalement en raison de la révision à la baisse de la production de maïs et de blé, qui fait plus que contrebalancer les hausses de la production de riz et de sorgho.

Les prévisions concernant l’utilisation mondiale de céréales en 2018-2019 ont été portées à 2,683 milliards de tonnes, soit une hausse de 1,2 pour cent (32 millions de tonnes) par rapport à mars et de 1,1 pour cent (28 millions de tonnes) par rapport au niveau de 2017-2018.

Là encore, une grande partie de la révision de ce mois-ci est due aux ajustements à la hausse apportés pour la Chine. L’utilisation mondiale de blé en 2018-2019 devrait atteindre le niveau record de 748 millions de tonnes, soit 0,8 pour cent environ (6,3 millions de tonnes) de plus que prévu le mois dernier et une hausse de 1,2 pour cent par rapport à 2017-2018. Cette augmentation par rapport au mois dernier est due à la révision à la hausse des estimations non seulement pour la Chine, mais également pour la Fédération de Russie.

L’augmentation en glissement annuel s’explique surtout, quant à elle, par une hausse de l’utilisation alimentaire et une forte demande en Asie. Principalement en raison de la hausse des estimations concernant l’utilisation du maïs dans l’alimentation animale en Chine, les dernières prévisions concernant l’utilisation mondiale totale de céréales secondaires en 2018-2019 ont été relevées de 1,7 pour cent (24,3 millions de tonnes) par rapport au mois dernier et portées à 1,425 milliard de tonnes, soit une progression de 1,1 pour cent par rapport à 2017-2018.
L’utilisation mondiale de riz en 2018-2019 devrait atteindre 511 millions de tonnes, en légère hausse par rapport à mars et en progression de 0,8 pour cent (4,1 millions de tonnes) par rapport à 2017-2018.

Les nouvelles prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de céréales pour la campagne se terminant en 2019 ont été revues à la hausse de près de 11 pour cent (82 millions de tonnes) par rapport au précédent rapport et portées à 849 millions de tonnes, essentiellement sous l’effet des révisions apportées aux estimations concernant les stocks de maïs, de blé et de riz en Chine. Malgré les révisions rétrospectives à la hausse, les stocks mondiaux de céréales en 2018-2019 devraient reculer de 2,9 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture, ce qui devrait entraîner une baisse du rapport entre les reports mondiaux de stocks et l’utilisation (stocks/utilisation), qui passerait d’un niveau relativement élevé de 32,6 pour cent en 2017-2018, à 30,7 pour cent en 2018-2019.

Les prévisions concernant les stocks mondiaux de blé, qui ont pourtant été relevées de 2,3 millions de tonnes par rapport au mois dernier et portées à 267 millions de tonnes, indiquent toujours une baisse de 5,0 pour cent par rapport à un niveau d’ouverture record, principalement en raison des prélèvements effectués dans l’Union européenne et en Fédération de Russie.

Les stocks mondiaux de riz à la clôture de la campagne 2018-2019 devraient atteindre un niveau record de 181 millions de tonnes, soit une hausse de 3,8 millions de tonnes par rapport à mars et de 6,9 millions de tonnes par rapport aux niveaux d’ouverture. L’ajustement apporté ce mois-ci aux stocks mondiaux de riz est imputable à la hausse des estimations pour la Chine, mais également à une révision à la hausse des reports en Inde, elle-même due à des chiffres de production exceptionnels attendus pour 2018 et au rythme soutenu des achats publics intérieurs dans le pays.

Les prévisions de la FAO concernant les échanges mondiaux de céréales en 2018-2019 ont été légèrement revues à la baisse par rapport au mois dernier et ramenées à 412 millions de tonnes, soit une baisse de 2,2 pour cent par rapport à 2017-2018. Les échanges mondiaux de blé devraient s’établir à 170,5 millions de tonnes, un niveau quasiment identique à ce qui avait été prévu en mars, mais un recul de 3,6 pour cent par rapport au plus haut de la campagne précédente. Les échanges mondiaux de céréales secondaires, estimés à 195,0 millions de tonnes, devraient un peu reculer par rapport à 2017‑2018, car la baisse de la demande à l’importation d’orge et de sorgho devrait plus que compenser la hausse des achats de maïs, en particulier dans l’Union européenne et dans plusieurs pays d’Asie. Les échanges mondiaux de riz en 2019 devraient se contracter de 2,6 pour cent et s’établir à 46,6 millions de tonnes, soit une baisse de 500 000 tonnes par rapport à mars. Cette révision à la baisse est principalement due à une baisse des exportations prévues en provenance de l’Inde.

Premières estimations pour les récoltes de 2019

En ce qui concerne les récoltes de 2019, les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de blé restent identiques à celles du mois dernier: la production devrait s’établir à 757 millions de tonnes, soit une hausse de 4 pour cent par rapport au niveau de 2018.

La majeure partie de cette progression attendue en glissement annuel est due à des perspectives de production favorables en Europe, où la convergence de précipitations en règle générale bénéfiques et de l’augmentation des superficies plantées devrait tirer la production vers le haut dans l’Union européenne, en Fédération de Russie et en Ukraine.

Aux États-Unis, la production de blé devrait rester proche du niveau de l’année dernière, alors qu’au Canada, l’augmentation des emblavures de printemps devrait entraîner une hausse de la production.

En Asie, les perspectives pour 2019 restent identiques ce mois-ci: la production en Inde devrait s’approcher du niveau record de 2018, alors qu’au Pakistan, la diminution des disponibilités en eau, malgré les fortes précipitations récentes, devrait faire fléchir la production du pays. Dans l’hémisphère Sud, les premières estimations indiquent une forte reprise de la production en Australie et une production quasiment inchangée en Argentine.

En ce qui concerne les céréales secondaires, la récolte de 2019 a débuté dans les pays de l’hémisphère Sud, alors que les pays de l’hémisphère Nord en sont encore au stade de la préparation des terres. En Afrique australe, un temps sec dans certaines régions, et les fortes précipitations et les inondations récentes dans d’autres ont fait reculer les perspectives de production de l’ensemble de la sous-région. En Amérique du Sud, en raison de l’accroissement des surfaces plantées et de conditions météorologiques favorables, la production de maïs dans les principaux pays producteurs, l’Argentine et le Brésil, devrait rebondir par rapport aux niveaux réduits de l’année dernière.

Ajustements rétrospectifs des bilans de l’offre et de la demande céréalières en Chine  

L’ajustement apporté par la FAO aux chiffres concernant l’offre et la demande en Chine résulte des révisions officielles apportées par la Chine aux estimations concernant la production de blé, de maïs et de plusieurs autres produits, qui ont été publiées par le Bureau national chinois de statistique, en octobre 20181. Ces révisions découlent du recensement agricole de 2017, qui couvre une période de 11 ans allant du précédent recensement agricole de 2007, jusqu’à 2017. Les données révisées du Bureau national chinois de statistique indiquent que la production cumulée de céréales en Chine de 2007 à 2017 a atteint 312 millions de tonnes environ de plus que ce qui avait été communiqué auparavant, dont 266 millions de tonnes pour le maïs, 25,6 millions de tonnes pour le riz paddy et 20,6 millions de tonnes pour le blé. Ces hausses sont essentiellement imputables à l’augmentation des surfaces plantées, même si les rendements ont également été légèrement revus à la hausse.

Étant donné qu’il n’y avait pas de révisions officielles pour les autres éléments du bilan de l’offre et de la demande céréalières de la Chine, à savoir l’utilisation et les stocks, il a été compliqué d’intégrer les nouvelles séries de données sur la production. Ces derniers mois, la FAO et le Système d’information sur les marchés agricoles (AMIS) du G20, en étroite collaboration avec l’Académie chinoise des sciences agricoles, des spécialistes d’autres organismes et des entités du secteur privé, ont réalisé un examen complet des bilans céréaliers de la Chine afin d’en déduire un état actualisé de la dynamique de l’offre et de la demande céréalières en Chine.

Il est ressorti de cet examen qu’il fallait améliorer la précision des estimations concernant l’utilisation aux fins de l’alimentation animale en Chine, en premier lieu pour le maïs, afin d’améliorer la qualité des données sur les stocks du pays, étant donné que ces derniers sont déduits des bilans offre-utilisation. On a donc effectué une évaluation qui portait sur tous les aspects de la demande en alimentation animale en Chine et qui tenait compte du cheptel (élevage et aquaculture), des besoins en aliments pour animaux, de l’intensification du secteur et de l’efficacité alimentaire.

À la suite de l’évaluation, les prévisions de la FAO concernant l’utilisation totale de céréales pour l’alimentation animale en Chine en 2018-2019 sont passées de 181 millions de tonnes à 194 millions de tonnes et les stocks de report ont été relevés de 78 millions de tonnes, pour être portés à 422 millions de tonnes. Cette révision est, pour l’essentiel, imputable au maïs, dont l’utilisation pour l’alimentation animale a été relevée de 15 millions de tonnes, pour être portée à 165 millions de tonnes, et dont les stocks ont été relevés de 73 millions de tonnes, pour atteindre 195 millions de tonnes.

On trouvera ci‑après des données sur les bilans de la Chine concernant le maïs, le riz et le blé (données précédentes et données révisés), sur 12 ans. La plupart des révisions de la FAO se sont traduites par une hausse importante des chiffres de l’offre et de la demande chinoise à partir de 2007-2008, mais on a dû revoir les bilans à partir des années 1980 pour obtenir des séries cohérentes. Malgré tout, comme on ne dispose pas de données officielles ni de données d’enquête sur l’alimentation animale et les stocks, les bilans chinois de l’offre et de la demande pourraient encore changer et continueront à être suivis de près.


_____________
1Publiées dans l’annuaire statistique chinois 2018.

Tableaux récapitulatifs










1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés. 
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays. 
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.

____________________________________________________________________________
(Ce texte est extrait du communiqué diffusé par la FAO le 4 avril 2019)
 

Articles similaires
Production de maïs aux USA : 45 millions de...Production et stocks mondiaux de céréales...Histoire de la biodiversité : 1573-1626, le café...Production mondiale de céréales 2018 : très bien,...Production mondiale de céréales prévue pour 2018...Production mondiale de céréales revue en baisse...Selon la FAO, la production mondiale de céréales...Production mondiale de céréales en hausse en...Les productions mondiales des principales...Les coffres-forts qui conservent les graines de...Le production de céréales pourrait dépasser les...La guerre des prix agricoles fait rage, de la...Les récoltes mondiales de blé et de riz vers de...Perspectives de production de céréales ...Vanille : le prix atteint maintenant 220 dollars...Le café robusta monte, le cacao baisse et le...L’indice des prix alimentaires de la FAO arrête...De l’agriculteur au consommateur : la guerre des...Equateur: l’année 2016 sera difficile pour le...Nième recul de l'Indice FAO des prix des...Risques élevés d'une flambée des prix...L'Indice FAO des prix alimentaires affiche...L’OCDE et la FAO anticipent une hausse de la...Pourquoi les prix de l'alimentaire vont...Production mondiale et stocks mondiaux de...Les prix agricoles tombés à leurs plus bas...Blé : après le record de production de 2014, quid...Classement Mondial 2013 des Pays Producteurs de...Des conditions favorables stimulent la production...Comment le caféier fabrique la caféine : tout...Maïs : Classement Mondial 2012 des Pays...Blé : Classement Mondial des Pays producteurs et...Ukraine : palladium et maïs constituent les...Comment nourrir la Planète avec moins...Produits agricoles : TOP 20 mondial de la...Hausse de 6,5% de la production céréalière à 2,5...Le Japon annule son appel d'offres pour du...Classement Mondial 2010 des Pays producteurs de...L’envolée des grains, maïs compris : Round IILe Brésil fait volontairement flamber le prix du...Le marché du café déséquilibré par l’AsieTour du monde du marché de la BananeDécollage imminent sur le blé, le riz et quelques...Classement Mondial 2010 des Pays producteurs de...Côte d’Ivoire : la filière cacao menacée par...Russie : soit puiser dans ses stocks, soit...Cours du blé : second grand départ de 2012...Et si les prix actuels du blé étaient faux ?La Thaïlande accumule les stocks de riz en...La France, premier producteur mondial de sucre de...Classement Mondial des Pays producteurs de Pommes...Tour du monde du marché de la pomme de terre