Se connecterS'abonner en ligne

Recep Erdogan : des propos insultants de plus en plus menaçants

Référence de l'article : MPT5962
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Gabriel ROBIN,Juriste et Essayiste,(12 Mars 2017)

L’Allemagne d’Angela Merkel a longtemps laissé la Turquie du sultan Erdoğan se permettre à peu près tout et n’importe quoi. Habitué au laxisme des autorités outre-rhénanes, le pouvoir turc s’imagine déjà en pays conquis. Ce terrible état de fait explique sûrement l’outrecuidance de la réaction du président turc après l’annulation, par plusieurs villes allemandes, de meetings organisés par l’AKP pour motiver la communauté turque installée en Allemagne à bien voter lors du prochain référendum visant à réformer la Constitution.

Un texte très contesté qui offrira, s’il est adopté, les pleins pouvoirs à un Erdoğan qui se rapprochera plus d’un autocrate que du chef d’un État démocratique. Par le menu, la nouvelle Constitution offrira deux leviers importants à Recep Tayyip Erdoğan : la possibilité de gouverner par décrets, pour mieux exclure ce qu’il reste d’opposition ; une totale liberté de choix pour nommer les ministres et les vice-présidents, sachant, par ailleurs, que ces derniers n’ont déjà qu’une marge de manœuvre fictive en Turquie…

Déjà dans ses habits de quasi-dictateur, l’homme fort d’une Turquie aussi ambitieuse que conquérante a déclaré, à propos du refus des villes allemandes de lui laisser tenir une tribune politique : « Vos pratiques ne sont pas différentes de celles des nazis […] Je pensais que le nazisme était fini en Allemagne, malheureusement ça continue. […] Vous nous donnez des leçons de démocratie et vous empêchez nos ministres de s’exprimer là-bas ».

Puis il a ajouté, toute honte bue : « Si je veux venir en Allemagne, je le ferai, et si vous ne me laissez pas passer par vos portes, si vous ne me laissez pas parler, je ferai se dresser le monde » ....

Entend-il, par là, qu’il pourrait compter sur une force de frappe politique dans la rue grâce aux Turcs vivant en Allemagne, dont la population s’évalue à au moins 1,5 million d’individus ? Une menace qui n’a rien de voilé.

Andreas Scheuer, secrétaire général de la CSU, alliée de la CDU en Bavière, a vivement réagi à ce qu’il estime être « un dérapage scandaleux du despote du Bosphore ».

De son côté, Angela Merkel s’est montrée aussi terne que faible dans une déclaration qui s’est longtemps fait attendre : « À l’adresse de notre partenaire turc, soyons critiques là où c’est nécessaire mais ne perdons pas de vue la signification de notre partenariat, de notre relation étroite. Et gardons la tête froide. Nous rejetons l’assimilation de la politique de l’Allemagne démocratique à celle du national-socialisme ». Aucun intérêt, si ce n’est celui de souligner la profonde dhimmitude de la chancelière…

Soyons toutefois justes dans nos réactions quant à l’attitude allemande. La France a aussi été victime de la propagande du pouvoir turc réislamisé. Strasbourg était le théâtre, il y a tout juste un an, d’une immense réunion durant laquelle Erdoğan avait enflammé les cœurs de ses fidèles, les appelant à ne pas s’assimiler à la culture européenne tout en grimpant dans l’échelle sociale pour peser politiquement sur nos choix futurs en tant que peuple. L’attitude de Recep Tayyip Erdoğan est plus qu’intolérable. Il doit être ramené rapidement à la raison.

______________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/erdogan-veut-etendre-influence-europe,317731?mc_cid=c1a8603220&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 12 Mars 2017)

Articles similaires
Mieux connaître Erdogan pour mieux gérer les...La Turquie national-islamiste d’Erdogan devenue...Meeting pro-Erdogan à Metz : encore un...La Turquie a tenté de légaliser la pédophilie :...Turquie : questions sur un putsch ratéLe danger Turc croît lentement, mais sûrementAvion russe abattu : le jeu dangereux de la...L'économie turque : l'échec...L’Europe et la tentation de la soumission à...Danone se renforce dans l’eau minérale en...Mitsubishi et Areva bâtiront la deuxième centrale...Après Airbus, Turkish Airlines se fournit chez...Areva et Mitsubishi Heavy remporteraient un...E.ON veut bénéficier de la croissance du marché...Fiche Pays : la TurquieLes écueils de la croissance turque