Se connecterS'abonner en ligne

La Slovénie évite l’aide internationale mais n’échappera pas à une nouvelle récession en 2014

Référence de l'article : MPS3187
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Grâce CONSTANT & Cédric THELLIER,Direction de la Recherche,Natixis
A l’issue de l’audit du système bancaire plombé par d’importantes créances douteuses, les autorités slovènes ont communiqué un plan de soutien de 4,8 milliards d’euros, incluant des recapitalisations par appel aux marchés mais surtout via des ressources publiques, ainsi que la mise à contribution des actionnaires et des créanciers juniors conformément à la nouvelle législation européenne. La bad bank est enfin opérationnelle après sa création il y a maintenant un an. Si le recours à une aide extérieure est évité, l’impact sur les finances publiques n’est pas négligeable, de l’ordre de 7 points de PIB sur 2013-2014. L’absence de marges de manoeuvre budgétaires pèsera à son tour sur la reprise de l’économie slovène, qui sera la seule en zone euro, avec Chypre, à rester en récession en 2014. Enfin, repoussée par Bruxelles à 2015, la correction du déficit public excessif paraît peu probable à cet horizon.

Modalités de l’assainissement bancaire

Principale faiblesse de l’économie slovène, la fragilité de son système bancaire - détenu à 44% par l’Etat soit la proportion la plus élevée de la zone euro, se traduit par une dangereuse montée des créances douteuses et des besoins importants de recapitalisation. Ainsi, le montant des prêts non-performants atteignait 9,5 mds d’euros en octobre, soit 27 points de PIB ou encore près de 21% du total des prêts. Pour les principales banques publiques (NLB, NKBM et Abanka) cette proportion dépasse les 30%.

Première étape de l’assainissement bancaire, des stress tests (Oliver Wyman et Roland Berger) et une Asset Quality Review (Deloitte et EY) ont été conduits cet été par des cabinets indépendants sous la direction de la banque centrale de Slovénie et des institutions européennes. Menés sur 8 banques - représentant 70% du secteur bancaire slovène, les résultats publiés le 12 décembre ont révélé un besoin de capital à hauteur de 4,8 mds d’euros sous le scénario macroéconomique le plus défavorable, 4 mds d’euros dans le scénario central.

Le scénario adverse, qui prévoit...

Pour lire la suite de cette analyse, merci de bien vouloir cliquer sur le lien ci-dessous.

(Rédigé le 3 Janvier 2014)