Se connecterS'abonner en ligne

Les causes véritables du décrochage britannique bien antérieures au Brexit

Référence de l'article : MPR6370
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (7 octobre 2017)



Si l’économie britannique ralentit, c’est la faute du Brexit ! Les chiffres de la croissance semblent aller dans ce sens : alors que l’économie britannique faisait constamment mieux que l’Union Européenne depuis 2012,

elle s’est faite débordée en 2016 et l’écart va en se creusant.

Le Royaume-Uni, une économie structurellement déséquilibrée

Pourtant, cela n’a en fait rien à voir. Si l’économie britannique cale, c’est qu’elle est structurellement déséquilibrée.

Le Royaume-Uni est d’abord un pays qui connaît un profond déséquilibre de son commerce extérieur, puisqu’il approche depuis longtemps 7% de son PIB. C’est considérable. Le déficit de ses transactions courantes demeure lui aussi très élevé, de l’ordre de 5% du PIB. C’est un record en Europe. L’excédent important dans les services est en grande partie neutralisé par les fortes sorties de revenu primaire (revenus du travail et du capital liés aux investissements directs au Royaume-Uni), et secondaire (avec notamment les transferts de revenus des travailleurs immigrés).
Il faut ensuite rappeler le contexte budgétaire britannique.

De fait, avant même le Brexit, l’agenda politique était déjà celui de la consolidation budgétaire. Autrement dit, le gouvernement ne disposait déjà plus de marges de manœuvre. Pour se relever de la grande récession, l’élément central de la stratégie de David Cameron a été de s’appuyer sur une vaste reprise de l’immobilier et des effets de richesse.

Tous les leviers ont été actionnés pour cela : budgétaire, avec le programme « Help to buy » (un dispositif où 5% d’apport suffisaient pour devenir propriétaire) ; monétaire, avec une forte et rapide baisse des taux.

Des taux pilotés avec une grande célérité par la Banque centrale. La BoE a abaissé son taux de base dès le début de la crise, l’a rapidement installé à 0,5% et a maintenu ce plancher malgré la reprise qui se dessinait dès 2010, pour finalement l’abaisser à 0,25% depuis août 2016.

Le rebond de productivité n'a pas eu lieu


Le gouvernement a également mis en place une politique non conventionnelle d’achats d’actifs, qui a dopé les cours boursiers et renforcé les effets de richesse. Il suffit de superposer un indicateur global de richesse et le PIB pour prendre la mesure de la corrélation.

Le décalage des deux courbes suggère que c’est bien ce moteur-là qui a relancé l’économie : les effets de richesse amplifient et précèdent la croissance économique.

Le pari pris à l’époque, c'est que les salaires embrayeraient pour prendre le relais et assurer une croissance pérenne. La dynamique devait s’enclencher une fois le redressement de la productivité avéré, autrement dit, une fois l’entreprise « UK » remise sur les rails. Or, le tapis rouge que le gouvernement avait déroulé pour les entreprises étrangères n’a pas eu l’effet escompté :

le rebond de la croissance aurait dû entraîner celui de la productivité du travail, mais elle stagne. Or, la productivité est l’un des principaux moteurs de la croissance de long terme.
Principale raison de l'échec, la dégradation de la qualité de l’emploi. La progression de l'emploi s’est concentrée sur les personnes les moins qualifiées et sur la montée de l’auto-entrepreneuriat, ce qui a entraîné un déclassement des cadres. Les entreprises ont substitué au capital le travail peu coûteux ou déprécié, comme dans les pays low cost.

En réalité, l’économie britannique s’est heurtée à ses propres contradictions. Et le Brexit en est la conséquence, pas la cause.

________________________________________________________________________

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Les-vraies-causes-du-decrochage-economique-du-Royaume-Uni_3745069.html 
 
(Mis en ligne le 7 Octobre 2017)

Articles similaires
Le Brexit, un an après: un séisme politique qui...Londres : d'après Trevor Phillips, les...Royaume-Uni : 1707 - 2017Le 23 avril 1972, c'était le referendum sur...Le Royaume-Uni n'a plus les moyens...Royaume-Uni : le calme avant la tempêteLe Royaume-Uni va tomber dans une grave...Qui est vraiment Theresa MAY, le nouveau premier...Cameron: la défaite en chantant !Theresa MAY bien mieux que Michael GOVE comme...Qui est vraiment Boris Johnson, le...Brexit: ce qui va se passer maintenant....Le mauvais mélodrame insignifiant du BrexitBrexit: que vaut-il mieux, pour l'Union...Brexit: les Britanniques posent les bonnes...300 chefs d’entreprise britanniques se prononcent...Brexit: quelles différences entre Conservateurs...Sadiq Khan devient maire de LondresLes USA menacent le Royaume-Uni en cas de Brexit...Royaume-Uni : déficit annuel 2015 le pire depuis...Mini accord fiscal: Facebook accepte de payer un...D’abord, le FT, puis, le LSE, et maintenant le...Brexit-Cameron, tout penaud, va tenter de...Royaume-Uni : déficit commercial de 162 milliards...Brexit : discussions animées entre Cameron et...Quels sont les vrais résultats et conséquences...David Cameron : le choix risqué du référendumL’économie britannique : le modèle précaireRoyaume-Uni: les limites du dopageRoyaume-Uni : tous les chiffres sont au rouge...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...Royaume-Uni : voit-on les signes d’une vraie...L'Etat britannique hésite sur la méthode de...Les travaillistes promettent une discipline...La diplomatie et l'économie au menu de la...L'économie britannique échappe à une...La Grande-Bretagne dégradée par Fitch : bientôt...La BoE maintient son taux directeur et le montant...Fiche Pays : le Royaume-UniRoyaume Uni : la production manufacturière a...Changement de Gouverneur à la Banque...Démissions en cascade pour BarclaysRetour de la récession en Grande-Bretagne