Se connecterS'abonner en ligne

Le Royaume-Uni va tomber dans une grave récession, c'est inéluctable

Référence de l'article : MPR5506
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,XERFI (22 Juillet 2016)

David Cameron laisse en héritage à Theresa May une économie britannique en situation périlleuse. La livre sterling est au plus bas, la City est chahutée et la crainte du Big one en immobilier s’amplifie. Il faut revenir à l’essentiel et détricoter le modèle britannique pour déterminer quels sont les points de fragilité apparus avec le Brexit.

Le premier n’a rien de surprenant, c’est l’immobilier, je parle d’ici de l’immobilier papier. La pression est telle que 6 fonds gérants d’actifs (et non des moindres) ont été contraints de suspendre les retraits sur des fonds dédiés à l’immobilier. C’est du jargon financier, car pour être clair cela veut dire qu’ils n’avaient pas assez de cash pour rembourser la mise de leurs clients qui voulaient sortir. Certains découvrent, mais un peu tard, que la pierre papier n’est pas parfaitement liquide et qu’en cas de blocage du marché immobilier, ces actifs ne valent provisoirement … plus rien ! C’est un signal de stress majeur avec, en perspective, le risque d’un effet dominos sur le reste des valeurs. Ce n’est pour l’heure qu’une hypothèse. En revanche, voir éclater la bulle immobilière, c’est désormais une quasi-certitude.

Or, les effets de richesse liés aux actions, et encore plus aux prix de l’immobilier, sont très puissants au Royaume-Uni, c’est même l’un des principaux piliers de la croissance : il suffit de superposer un indicateur global de richesse et le PIB pour prendre la mesure de la corrélation. Et l’inquiétude vient maintenant que les effets richesse vont décrocher et une chose est sure, les salaires n’embrayeront pas pour prendre le relais.

Autre certitude, l’économie britannique a besoin d’une monnaie forte, or la livre décroche et sérieusement par rapport à toutes les monnaies depuis le 23 juin :

-15% par rapport au yen, -12% face au dollar, et -10% vis-à-vis de l’euro. C’est catastrophique pour les comptes extérieurs. Le Royaume-Uni exporte en effet des biens et des services (beaucoup de services d’ailleurs) haut de gamme ou sophistiqués, donc très peu sensibles aux prix. En d’autres termes, ce n’est parce que la livre perd de sa valeur que les entreprises exporteront beaucoup plus. En outre, le commerce mondial est en panne. Côté achats, le Royaume-Uni importe massivement des marchandises qu’il ne produit pas. C’est la double peine : la hausse des prix des produits importés fait monter l’inflation, d’où une perte de pouvoir d’achat pour les consommateurs : le déficit extérieur se creusera.

Et c’est bien là un troisième point de fragilité, la contrainte extérieure. Le déficit courant anglais est impressionnant :

en moyenne, sur un an, il est aux portes des 6% du PIB et, compte tenu de la dynamique actuelle, le seuil sera vite franchi. A titre de comparaison, la France que l’on fait souvent passer pour un cancre en la matière est un élève modèle. Le financement du déficit courant britannique ne posait en effet pas de problème tant que le Royaume-Uni faisait partie de l’UE, car le Royaume-Uni était capable d’attirer les flux financiers grâce à la City et les IDE du monde entier Aujourd’hui, la question est simple : quels investisseurs vont vouloir acheter des actifs financiers ou augmenter leurs investissements directs au Royaume-Uni aux cours actuels ? C’est une évidence, le déficit courant n’est pas soutenable, et c’est là une très grande menace. La baisse de la livre sterling ne suffira pas, on l’a vu. Il faut donc que les importations baissent et, pour les faire baisser, il faudra réduire drastiquement la demande interne. Cela porte un nom, cela s’appelle une politique d’austérité forte. Les exemples italiens et espagnols sont là pour rappeler que cela mène droit à la… récession.

__________________________________________________________


Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Le-Royaume-Uni-va-tomber-dans-une-grave-recession_3681.html

(Mis en ligne le 22 Juillet 2016)

Articles similaires
Les causes véritables du décrochage britannique...Le Brexit, un an après: un séisme politique qui...Londres : d'après Trevor Phillips, les...Royaume-Uni : 1707 - 2017Le 23 avril 1972, c'était le referendum sur...Le Royaume-Uni n'a plus les moyens...Royaume-Uni : le calme avant la tempêteQui est vraiment Theresa MAY, le nouveau premier...Cameron: la défaite en chantant !Theresa MAY bien mieux que Michael GOVE comme...Qui est vraiment Boris Johnson, le...Brexit: ce qui va se passer maintenant....Le mauvais mélodrame insignifiant du BrexitBrexit: que vaut-il mieux, pour l'Union...Brexit: les Britanniques posent les bonnes...300 chefs d’entreprise britanniques se prononcent...Brexit: quelles différences entre Conservateurs...Sadiq Khan devient maire de LondresLes USA menacent le Royaume-Uni en cas de Brexit...Royaume-Uni : déficit annuel 2015 le pire depuis...Mini accord fiscal: Facebook accepte de payer un...D’abord, le FT, puis, le LSE, et maintenant le...Brexit-Cameron, tout penaud, va tenter de...Royaume-Uni : déficit commercial de 162 milliards...Brexit : discussions animées entre Cameron et...Quels sont les vrais résultats et conséquences...David Cameron : le choix risqué du référendumL’économie britannique : le modèle précaireRoyaume-Uni: les limites du dopageRoyaume-Uni : tous les chiffres sont au rouge...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...Royaume-Uni : voit-on les signes d’une vraie...L'Etat britannique hésite sur la méthode de...Les travaillistes promettent une discipline...La diplomatie et l'économie au menu de la...L'économie britannique échappe à une...La Grande-Bretagne dégradée par Fitch : bientôt...La BoE maintient son taux directeur et le montant...Fiche Pays : le Royaume-UniRoyaume Uni : la production manufacturière a...Changement de Gouverneur à la Banque...Démissions en cascade pour BarclaysRetour de la récession en Grande-Bretagne