Se connecterS'abonner en ligne

"Strong buy Latvia" !

Référence de l'article : MPL3192
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
"Strong buy Latvia" !
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Riches Flores Research

+ 6 : le nombre de nouveaux membres de l'union monétaire depuis 2007. À ce rythme-là l'UEM pourrait compter jusqu’à 25 membres dans 10 ans… à moins qu'elle ne soit, tout simplement, plus, ou qu’elle soit 18 moins quelques-uns... Qui sait, et comment savoir, tant les dysfonctionnements de l'union monétaire sont profonds ?

On aimerait participer à l'enthousiasme, au moins de circonstance, qui accompagne l'adhésion d’un nouveau membre à la monnaie unique plutôt que de déplorer cette fuite en avant consistant à réunir dans un même panier un nombre toujours plus important de pays dont les chances de pouvoir s'accommoder d’un même taux d'intérêt - celui de la BCE- sont à peu près nulles. Comment ne pas redouter en effet que la Lettonie connaisse, à terme, le même sort que la Grèce, l’Irlande ou l’Espagne ? Non pas, comme certains pourraient le craindre, par négligence mais parce que, même avec la meilleure volonté, les Lettons n'auront aucun moyen de compenser les effets d'une politique monétaire durablement inappropriée à leur propre situation.

Profitons de l’actualité du moment pour revenir sur ce sujet de fond sur lequel trop peu d’économistes s’arrêtent, à savoir : l’irresponsabilité économique consistant à intégrer trop précocement à l’union monétaire des pays au développement économique insuffisant (sujet que nous avions déjà traité sous un angle un peu différent dans « L’Europe monétaire, de l’ambition à la décadence : le critère manquant », juillet 2012).

La sévérité de notre appréciation vient pour l’essentiel du constat selon lequel...

Pour lire la suite de cet article, merci de bien vouloir cliquer sur le lien ci-dessous.

(Rédigé le 3 Janvier 2014)
Document mis en Annexe :