Se connecterS'abonner en ligne

« Quand on vient dans la maison d’un autre, par courtoisie, on ne prend pas le pouvoir »

Référence de l'article : MPF5725
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Pascal CELERIER,( 27 Novembre 2016)

LA phrase gagnante de François FILLON:

« Quand on vient dans la maison d’un autre, par courtoisie, on ne prend pas le pouvoir ».

Depuis lundi 21, et la « divine surprise » de M. Fillon au premier tour de la primaire, une dynamique positive s’est enclenchée à droite, non seulement pour le second tour, mais aussi pour la présidentielle. M. Fillon a réussi à créer un choc psychologique dans l’électorat de droite, au sens le plus large possible, du centre au Front national. Comme on dirait : « de l’Atlantique à l’Oural » !
 
Choc d’autant plus fort qu’il fut inattendu, et que le chiffre de 44 % permet tous les espoirs. Cet électorat en avait besoin : lassé des rivalités des chefs et de leurs confusions idéologiques avec la gauche, il était aussi tétanisé par la menace représentée par Marine Le Pen.
 
Choc d’autant plus fort qu’il ne concerne pas seulement la confiance économique, mais aussi l’identité de la France. Une phrase du débat d’hier soir résonnera longtemps dans l’esprit des Français.
Terminant sa tirade nette contre la France multiculturelle, M. Fillon a ajouté : « Quand on vient dans la maison d’un autre, par courtoisie, on ne prend pas le pouvoir. »
Tout est dit, et pas dans un langage technocratique. Quelle transgression, lors d’un grand débat télévisuel policé, et non dans un meeting, et surtout prononcée avec le phrasé clair et rassurant de M. Fillon !
 
Depuis le 20 novembre, les cartes sont donc rebattues : la gauche est renvoyée à son bilan ; la droite hors les murs a été de facto réintégrée par les deux millions d’électeurs de M. Fillon qui ont eux-mêmes poussé les murs ; et le Front national est désorienté par ce nouveau chef et sa ligne claire.
 
Longtemps perçue comme une nouvelle manipulation des partis, la primaire s’est transformée, avec M. Fillon et ses deux millions d’électeurs, en un formidable levier pour la présidentielle.
 
Logiquement, un sondage IFOP-Fiducial pour i>TéléParis Match et Sud Radio publié ce mercredi donne M. Fillon vainqueur de M. Juppé à 65 %.
 
On peut, en effet, s’attendre à ce que M. Fillon bénéficie pleinement des reports de voix de M. Sarkozy, qui a été d’une remarquable clarté dimanche soir. Mais aussi d’une mobilisation encore plus forte de l’électorat de la France provinciale et rurale, pour laquelle il n’était pas toujours facile ou commode d’aller participer à ce scrutin d’un nouveau type. Et « du plus profond de l’âme française », pour reprendre l’expression de M. Fillon. Car le désir d’une alternance franche à droite traverse tout le pays après ce quinquennat de tous les désastres, et M. Fillon, par sa ligne politique claire, à la fois libérale et conservatrice, et sa personnalité, a su toucher cette France-là. Lui parler aussi droit dans les yeux, à chacune de ses interventions télévisées.
Mais allons plus loin : le positionnement de M. Fillon à la primaire, flanqué d’un démagogue gauchiste et d’un populiste assumé, préfigure la configuration de la présidentielle. Et, curieusement, les chiffres réalisés dimanche par MM. Juppé et Sarkozy correspondent à ce que représenteront approximativement et la gauche et le Front national. S’il occupe, comme il l’a fait à la primaire, tout le terrain qui va du centre jusqu’à la droite des valeurs, avec la même détermination, il ne fera certainement pas 44 % mais il peut aussi créer la surprise.
 
Surtout s’il parvient, dès la semaine prochaine, à expliquer à tous les Français, notamment ceux des classes moyennes et populaires, en quoi son libéralisme, qu’il lui faudra certainement tempérer, et son conservatisme peuvent être les meilleurs remparts de l’identité française.

___________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/la-phrase-gagnante-de-francois-fillon,295888
 
(Mis en ligne le 27 Novembre 2016)

 
Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...