Se connecterS'abonner en ligne

Présidentielle : 11 candidats retenus, mais 61 avaient recueilli des parrainages

Référence de l'article : MPF5977
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par François FALCON,(19 Mars 2017)

 

Ce 18 mars, le Conseil constitutionnel a communiqué la liste définitive des parrainages validés pour la dixième élection présidentielle de la Cinquième République. Cette liste comprend plus de soixante noms, dont pas mal de revenants ou de parfaits inconnus.

En échappée se distingue le trio qui a littéralement écrasé la concurrence en recueillant trois à sept fois plus de parrainages que nécessaire, le maillot jaune étant paradoxalement le souffre-douleur de la gauche morale (François Fillon), avec plus de 3.635 soutiens d’élus. Il est logiquement suivi par le candidat officiel du PS, Benoît Hamon, qui a bénéficié du maillage socialiste pour s’assurer plus de 2.000 parrainages, tandis que la coqueluche des médias Emmanuel Macron pointe à la troisième place – prémonitoire, peut-être – avec près de 1.830 soutiens.

À quelques encablures se détache un petit groupe de cinq poursuivants qui ont pu valider leur candidature avec dix jours d’avance et une marge assez confortable. Dans cette fourchette des 600 à 800 parrainages, on trouve côte à côte Marine Le Pen et ses 25 % des intentions de vote, Jean-Luc Mélenchon et ses 10 % d’intentions, Nicolas Dupont-Aignan à 3 %, mais aussi des candidats à moins de 1 %, comme Nathalie Arthaud, de Lutte ouvrière, et François Asselineau, de l’UPR.

Ces cinq poursuivants ont été rejoints dans la dernière ligne droite par les trois qualifiés in extremis : Jacques Cheminade qui, avec ses 528 parrainages, va pouvoir participer à sa troisième présidentielle ; Philippe Poutou, du NPA, qui, à sa deuxième participation, va peut-être enfin réussir à faire oublier Olivier Besancenot ; et, cerise sur le gâteau, le pèlerin du Béarn, Jean Lassalle, que plusieurs mois de marche à la rencontre des Français ont convaincu de se présenter : on a hâte de le voir sur les plateaux et de profiter de sa gouaille réjouissante. C’est l’heureuse surprise de ce onze tricolore.
 
Mais la liste des parrainés éliminés est bien plus éclectique. Il y a là des personnalités politiques qui ont échoué dans leur entreprise comme Pierre Larouturou, fondateur de Nouvelle Donne, tout comme le chevènementiste Bastien Faudot, mais aussi Rama Yade et ses 353 soutiens, Michèle Alliot-Marie, Henri Guaino ou encore Jean-Pierre Gorges, quatre transfuges des Républicains.

On trouve aussi les plan B supputés qui avaient commencé à engranger au cas où : Alain Juppé, avec 313 parrainages, et François Baroin, avec 45 soutiens officiels, auxquels il faut ajouter l’écologiste Yannick Jadot, qui a négocié son retrait au profit de Benoît Hamon.

Enfin, deux candidats de la société civile tirent leur épingle du jeu avec plus de 130 parrainages : l’écrivain Alexandre Jardin et Charlotte Marchandise, la « candidate citoyenne », lesquels se hissent au-dessus de deux candidatures régionalistes : l’indépendantiste polynésien Oscar Temaru et le trublion breton Christian Troadec.

Le régionaliste alsacien Paul Mumbach, quant à lui, se contente de 14 parrainages. Comme toujours, Nicolas Miguet a sa poignée de soutiens et le général Didier Tauzin, qui espérait pouvoir redresser le pays, dépasse les 80 parrainages, loin devant le théoricien du Grand Remplacement, Renaud Camus, qui n’en a recueilli qu’un seul !

D’autres personnalités qui n’avaient rien demandé ont été parrainées par un ou deux admirateurs facétieux : Hervé Morin, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez , mais surtout des revenants comme l’ex-ministre sarkozyste Éric Besson, l’ex-frontiste Jean-Claude Martinez, l’ex-écologiste Antoine Waechter, Jean-Louis Borloo, Daniel Cohn-Bendit et même Lionel Jospin. Bernard Cazeneuve et François Hollande bénéficient, eux aussi, d’un parrainage, ce qui les place au-dessous de parfaits inconnus, tels que Stéphane Guyot, le « candidat du vote blanc », Kamel Messaoudi le candidat des démocrates musulmans, Robert de Prévoisin, le candidat royaliste, Régis Passerieux, « le poisson rose », mais aussi Olivier Régis, Bertrand Fessard de Foucault, Jean-Michel Levacher et Bernard Trambouze.

__________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/francoisfalcon/presidentielles-11-selectionnes-plus-de-60-parraines,319509 
 
________________________________________________
Addendum du Lundi 20 mars à 10h21 (NDLR) :

Pour en savoir plus, voici ci-dessous le tableau récapitulatif  des 61 candidats ayant recueilli des parrainages, tel que diffusé par le Conseil Constitutionnel samedi 18 . On notera que 38% des parrainages de Philippe Poutou (216 sur 573) et 36% des parrainages de Jean Lassalle (255 sur 708) ont été recueilli dans les 4 derniers jours...Peut-être que ces deux présences supplémentaires lors du premier tour ont été jugées, en très haut lieu, utiles en cas de score serré entre le 2ème et le 3ème classés à l'issue du premier tour de la Présidentielle, ou en vue de la préparation des législatives.......




(Mis en ligne le 19 Mars 2017)

 
Articles similaires
Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiLes multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...Présidentielle : qui parraine qui ? Voici la...