Se connecterS'abonner en ligne

Où en est vraiment l’activité économique en France ?

Référence de l'article : MPF3475
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

Où en est l’activité en France à l’approche de la fin du 1er trimestre ? Elle est à l’image d’une reprise, bel et bien là, mais qui demeure incomplète et à faible diffusion… Les 7 graphiques que j’ai privilégiés ici confirment une fois de plus ce diagnostic mitigé. Et aucun signal faible ne nous déroute malheureusement aujourd’hui de ce discours en eau tiède :

1.       Il y a d’abord ce qui va bien ou mieux : l’industrie manufacturière est en tête de liste.

C’est ce que montre le 1er graphique choisi, celui de l’évolution de la production: en progression de 0,7% en janvier dernier, elle pousse la hausse sur les 3 derniers mois à 1,1% par rapport à la même période de 2013. Ce n’est peut être pas très impressionnant mais c’est le meilleur score depuis décembre 2011. Et cet élan devrait se poursuivre selon l’enquête Banque de France.

Sans atteindre des sommets, les carnets de commandes se sont quelque peu étoffés en février ce qui exclut a priori les risques de décrochage à court terme de l’activité, d’autant que la base sectorielle de la reprise s’élargit lui donnant un caractère plus solide. Ces deux premiers indicateurs renvoient ainsi l’image d’une activité industrielle en progrès.

2.       Ce rebond de l’industrie, entraine avec lui une partie des services BtoB. Alors certes il n’existe pas d’indicateur global des services aux entreprises, mais l’intérim peut servir de valeur témoin. Or comme

le révèle ce graphique, l’intérim est à nouveau sur une pente croissante et le solde d’opinions des professionnels sur leur niveau d’activité est à nouveau au dessous de sa moyenne de long terme, signe d’un bon début d’année. Si tous les secteurs des services aux entreprises ne sont pas logés à la même enseigne, il est indéniable que les volumes d’activité auront été en hausse au 1er trimestre.

3.       Il y a maintenant, les secteurs en marge du redressement, ou qui plongent c’est le cas du BTP. Dans le bâtiment, la construction neuve de logements flanche :

les mises en chantier sont tombées à un très bas niveau en janvier dernier. Pour les permis de construire c’est pire, la chute étant plus brutale encore douchant tout espoir d’un rebond à court terme.

Quant aux travaux publics, ils sont à l’arrêt comme avant toutes élections municipales, c’est le sens qu’il faut donner au décrochage ultra-violent des marchés conclus qui a atteint fin janvier -6,7% sur un an.

4.       Reste toutes les activités BtoC. Le sens du mouvement est donné par les enquêtes de conjoncture auprès des ménages. Le détail de l'enquête montre que les fondamentaux de la dépense demeurent plombés et

que les Français qui semblaient un temps vouloir puiser dans leur épargne ont changé d’avis : l'opportunité d'épargner est à nouveau au-dessus de sa moyenne de long terme.

Un mouvement de précaution qui s’accompagne d’une inquiétude grandissante sur l'avenir, notamment en matière d’emplois. Cette frilosité, les distributeurs la constatent tous les jours et ils n’anticipent pas le retour des beaux jours dans leur commerce. Bref, là aussi les niveaux d’activités restent dégradés.

Points de progrès contre fragilités persistantes. C’est le bilan du 1er trimestre. Cela nous donne au final un redécollage de la croissance qui apparait bien poussif, même si la page de la crise est bien en train d’être tournée.

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/

(Rédigé le 25 Mars 2014)

Articles similaires
Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...