Se connecterS'abonner en ligne

Les atouts (trop sous-estimés) de la France

Référence de l'article : MPF3600
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Les atouts (trop sous-estimés) de la France
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Quels sont les points forts de la France ? Par morosité ambiante et pédagogie du déclin, nous les perdons trop souvent de vue. Et alors que la rigueur est au rendez-vous, il est bon de porter aussi notre regard sur ces potentialités qui confèrent  une chance au rebond productif de la France.

Notre force c’est d’abord la valeur de la marque France, encore mal exploitée, qui allie culture, esthétique, art de vivre etc.

des valeurs qui peuvent nous enfermer dans des clichés désuets mais qui peuvent faire aussi notre force si elles renouent avec la modernité. Car capter de la valeur demain à échelle mondiale repose sur des éléments symboliques et subjectifs forts. Nos fleurons de la mode, du luxe, de la cosmétique sont aujourd’hui les portes étendards de cette image de marque. Une image de marque qui fera véritablement notre force si elle fertilise de nombreux autres secteurs, leur conférant la charge symbolique qui leur manque aujourd’hui, pour mieux se valoriser sur les marchés étrangers et s’extraire d’une concurrence brutale par les prix.

Notre force c’est aussi notre potentiel d’innovation et de créativité, dont témoigne la fleuraison des start-up de croissance.

Des start-up qui peinent à se développer, à grandir sur le territoire pour atteindre une taille critique leur permettant de rivaliser à échelle mondiale. On le sait. Mais cet enjeu est de mieux en mieux saisi. Les circuits de financement publics comme privés se professionnalisent. La nécessité de bâtir une dynamique partenariale, d’agglomérer les compétences autour de la french tech et d’en valoriser l’image se précise.

La France qui est souvent bien fragile pour maîtriser les maillons avals des filières démontre en effet de véritables compétences

dans la conception amont, la production de composants et de services intermédiaires. Or la question aujourd’hui n’est plus de maîtriser une filière de A à Z, mais bien de parvenir à capturer de la valeur sur un maillon stratégique de chaines de valeur mondialisées. Et de ce point de vue, la France possède un véritable vivier pour intégrer les chaines de valeur du monde.

Je pourrais aussi mentionner notre faible endettement privé, qui nous confère des marges de manœuvres et une qualité de signature que d’autres pays ont perdu.

Je voudrais enfin souligner les qualités de nos défauts. Car au cœur du french bashing, il y a bien souvent le constat de notre archaïsme social.

Beaucoup y voient une adaptation évidente à la mondialisation. Or il est frappant de voir à quel point l’enjeu de la redistribution a retrouvé une acuité outre-Atlantique. De plus en plus d’économies développées et émergentes redécouvrent la nécessité d’institutions sociales solides pour bâtir une croissance stable et échapper à la déflation. En témoigne le succès de librairie de Thomas Piketty outre-Atlantique avec son ouvrage « le capital au 21ème siècle ». Mais face à ce défi, elles butent inévitablement sur l’intolérance fiscale des agents privés. De ce point de vue, les entreprises françaises ont acclimaté la contrainte d’une fiscalité forte dans le cadre de la mondialisation. Et elles évoluent maintenant à front renversé, avec une perspective d’allègement des prélèvements obligatoires, contrairement à leurs grands concurrents. Ce qui apparaissait comme un coup de retard, pourrait bien se transformer dès lors en coup d’avance et faciliter notre insertion à l’avenir.

Autrement dit, à long terme, la France dispose non seulement d’atouts à valoriser. Mais elle peut aussi, si l’on choisit délibérément le camp de l’optimisme, espérer que les solutions ne viendront pas seulement d’elle-même, mais aussi de la mue que pourraient opérer les autres.

Nota : cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_Les-atouts-trop-sous-estimes-de-la-France_1538.html

(Mis en ligne le 2 Mai 2014)

Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...