Se connecterS'abonner en ligne

Le nombre des défaillances d'entreprises baisse : encore un signe positif !

Référence de l'article : MPF4385
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

Un cycle de baisse des défaillances s’amorce-t-il en France ? Selon la Banque de France, oui. Selon notre indicateur de mesure du risque, Xerfi-Risk, oui aussi. C’est donc une double affirmation. Les données de la Banque de France d’abord.

A 62 313 unités en 2014, le nombre de défaillance a reculé de 0,5% sur un an. Bien entendu, cela reste modeste. Bien entendu, la casse reste énorme, et la sinistralité campe toujours largement au-dessus de sa moyenne de long terme. Mais attention, l’analyse en moyenne écrase le mouvement de fond qui se dessine,

car cela fait maintenant plusieurs mois que la tendance s’est inversée pour s’accélérer même en fin de période. La tentation est donc grande de poursuivre le mouvement tout au long de 2015 pour arriver en bout de course à une baisse plus significative de la sinistralité. Et bien c’est mon analyse ! C’est le sens qu’il faut donner à notre indicateur agrégé Xerfi Risk.

A 72,9, il baisse pour la première fois depuis 2010 ! Alors bien entendu, ce niveau le maintient pour la cinquième année consécutive dans la zone de risque élevé. Bien sur, l'amélioration pour 2015 reste très partielle et ne permettra pas à notre indicateur de descendre dans la zone de risque inférieure. Mais la tendance est bonne et six éléments sont à prendre en compte pour bien comprendre sur quoi repose l’analyse :

le premier c’est la chute du prix du pétrole et des matières premières. Même amortie par la dépréciation de l’euro face au dollar, la baisse du cours du baril depuis le début de l’année approche les 40% par rapport à son niveau moyen de 2014. L’impact est direct pour les entreprises qui voient leurs coûts baisser: Mais l’impact est aussi indirect. Ce sont les gains de pouvoir d’achat des ménages qui se traduisent par plus d’activité pour les commerçants.

Second élément, la dépréciation de l’euro. Un euro faible, c’est une bouffée d’oxygène pour les entreprises exportatrices, c’est une compétitivité renforcée pour les secteurs dont les contrats sont signés en dollars et c’est un avantage pour les groupes à la tête de réseaux de filiales situées hors de la zone euro générant des revenus dont une partie libellée en dollars, livres sterling, etc. est rapatriée à la maison mère. Troisième élément, la faiblesse des taux d’intérêt. Des taux bas facilitent le financement des projets porteurs. Ils simplifient surtout la gestion quotidienne et réduisent la mortalité des entreprises. Quatrième élément : la montée d’un cran du CICE dont le montant en 2015 équivaut à 6% des rémunérations payées en 2014 pour les salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC. Quatre éléments positifs mais deux bémols. Le premier bémol, c’est la crise persistante de la construction qui maintient le risque de défaut à un sommet dans le BTP. Un secteur qui pèse lourd dans les défaillances, près du quart du total. Le second est plus paradoxal. Il relève en première analyse de la rançon du succès. Il s’agit du nouveau boum des créations d’entreprises.


Depuis la mi-2013 leur nombre (hors auto-entrepreneurs) s’envole et près de 270 000 nouvelles sociétés sont apparues en 2014. Or, les premières années d’existence sont les plus périlleuses et le risque de défaut élevé Malgré ces deux bémols, 2015 est parti sur de bons rails, l’inflexion est prise et

la sinistralité devrait reculer de près de 4% selon notre scénario. C’est suffisant pour refaire passer le nombre de défaillances sous la barre des 60 000 dès cette année. Mais c’est insuffisant pour revenir au niveau moyen du début des années 2000 avant la grande récession. 

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal.com/rechercher/mirlicourtois

(Mis en ligne le vendredi  27 Février 2015)

Articles similaires
L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...Les multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...Présidentielle : qui parraine qui ? Voici la...Pourquoi Macron est autant soutenu par BFM TV et...Le programme économique d’Emmanuel Macron 2017 =...La Présidentielle, c'est d'abord un...