Se connecterS'abonner en ligne

Le MEDEF est-il pour ou contre la liberté syndicale des patrons? Réponse de Jean-Claude VOLOT

Référence de l'article : MPF5558
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Eric VERHAEGHE,Président de Tripalio,(9 septembre 2016)


Au chapitre des contradictions inhérentes au corporatisme français, la question de la liberté syndicale des patrons français mérite une mention particulière. L’interview (ci-dessus) de Jean-Claude VOLOT, vice-président du MEDEF, qui nous a fait l’amitié de témoigner en toute liberté sur le sujet, le montre de façon limpide.

La liberté syndicale des patrons en question

Officiellement, la liberté syndicale existe, même pour les patrons. Elle autorise donc chaque dirigeant d’entreprise, qu’il soit employeur ou non, à rejoindre l’organisation syndicale de son choix, et à la financer. Tel est le côté face de la pièce de monnaie patronale.

Mais… il y a un côté pile: la loi du 6 mars 2014 a instauré une cotisation patronale pour le financement du paritarisme qui oblige tous les employeurs de France à financer le MEDEF et la CGPME et l’UPA, même s’ils n’y sont pas adhérents. Accessoirement, cette cotisation profite aussi à la CGT, à la CFDT, à la CFTC, à la CGC et à FO. En tout, ce sont 113 millions d’euros qui profitent à tout ce petit monde.

Ce système pose évidemment un problème politique simple et concret: pourquoi chaque employeur est-il obligé de financer une organisation patronale qu’il n’a pas choisie?

Le sujet de la GFPN

Pour gérer cette cotisation patronale, le gouvernement a encouragé la création de la GFPN, présidée par Jean-Claude Volot, patron libéral et sans langue de bois dont l’interview ci-dessus est éloquente. La GFPN est l’un des rouages immenses de cette constellation paritaire à laquelle nous allons consacrer une série sur plusieurs jours.

Peu de Français, et singulièrement peu de salariés et d’employeurs, mesurent le volume exact de cette constellation qui prétend représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être malgré eux. La visite vaut pourtant le détour : le paritarisme est un univers en expansion permanente, et les partenaires sociaux sont d’une imagination insatiable dès qu’il s’agit de monter des usines à gaz qui permettent de détenir des mandats, des présidences, des vice-présidences, tout accompagnées d’une carte de visite ronflante.

L’économie française se meurt, mais les généraux de l’armée mexicaine trouvent chaque jour une nouvelle épaulette ou une nouvelle médaille à s’accrocher sur le torse !

____________________________________________________
Cet article est paru à l’origine sur le Site de l’Auteur:
http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2016/09/07/medef-contre-liberte-syndicale-patrons/


(Mis en ligne le 9 Septembre 2016)

 
Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...