Se connecterS'abonner en ligne

Le coût des services plombe-t-il notre compétitivité ?

Référence de l'article : MPF4518
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (17 avril 15)

L’analyse du commerce international en valeur ajoutée a enrichi notre vison de la compétitivité. Elle montre notamment que la valeur d’un bien exporté

dépend à 25% de la valeur des intrants importés, à 36% de la valeur des intrants nationaux, et seulement à 39% de la valeur produite directement par les secteurs exportateurs.  Autrement dit, l’enjeu de la compétitivité d’un territoire dépasse de loin l’enjeu de la compétitivité coût et hors coût des seuls secteurs exposés.  Ce changement de perspective conduit notamment les économistes à s’intéresser de plus en plus au coût des services.

Ceux qui entrent dans la chaîne de valeur des produits exportés ; Mais aussi tous les autres services consommés sur le territoire, dont le coût peut influencer la formation des salaires dans les entreprises plus directement exposées à la concurrence. 
Et les analyses  les plus récentes sur les sources de notre décrochage de compétitivité par rapport à l’Allemagne soulignent précisément l’implication du coût des services hexagonaux. Plusieurs indicateurs en attestent.
D’abord la dynamique des prix de la valeur ajoutée

des services marchands et non marchands en comparaison du secteur manufacturier. Avec un fossé dont l’ampleur  semble refléter les pressions concurrentielles pesant sur les secteurs.La comparaison avec l’Allemagne indique

1/ que sont sur les secteurs de service, notamment administrés, que se concentrent les problèmes. 2/ que les problèmes de compétitivité prix se sont en apparence atténués dans les secteurs manufacturier, à moins que la moindre hausse du déflateur hexagonal témoigne d’un recul relatif de la qualité.  3/ que le gap franco-allemand  sur les services se réduit nettement depuis 2008.  La photographie des écarts accumulés avec l’Allemagne depuis 2000 en 2011 puis 2014

souligne que c’est bien du côté des biens services non échangeables autrement dit non directement exportables que se concentrent les écarts. La construction et l’immobilier, au premier chef puis le commerce, le transport et les services aux entreprises et enfin les services administrés.
Autre indicateur d’alerte, la dynamique des coûts unitaires. Autrement dit le coût du travail par unité produite.

Là encore, la comparaison est sans appel et confirme que nos problèmes de coûts se cristallisent dans les secteurs de service.  Les coûts unitaires progressent nettement plus vite dans les secteurs de services administrés ou non, que dans le secteur manufacturier. La comparaison, montre à nouveau que c’est sur le champ des services que s’est creusé l’écart avec l’Allemagne jusqu’en 2008, et que le fossé tend à se réduire sensiblement depuis . La décomposition sectorielle plus fine

des écarts depuis 2000 confirme encore que ce sont d’abord les produits non échangeables (construction, immobilier, commerce, transport, et services administrés) qui participent indirectement à la dégradation de la compétitivité du territoire, avec l’anomalie de l’agriculture soumise aux fluctuations des cours internationaux.
Si maintenant je recherche la racine de ces écarts franco-allemands, elle est d’abord à rechercher dans les salaires. Mais non spécifiquement dans la dynamique des salaires dans les services.

Ces derniers évoluent de pair avec ceux de l’industrie dans les deux pays. Ce qui différencie France et Allemagne, c’est donc la modération généralisée des salaires pratiquée jusqu’en 2008.  Or dans

les secteurs de service, on ne mesure aucun gain de productivité en France comme en Allemagne. Plus de salaires dans les secteurs à productivité nulle : la dégradation relative de nos coûts unitaires dans les services est inéluctable.Mais là est aussi le hic de la démonstration. Si l’on ne trouve aucun gains de productivité dans les services, c’est que toute hausse de prix dans le tertiaire est assimilée à de l’inflation, et que les effets de montée en gamme sont largement ignorés. Si le secteur des services tend à monter en gamme en France et se repositionne sur des segments à plus forte valeur ajoutée par rapport à l’Allemagne, cela est compté comme une dégradation de compétitivité prix, et une dégradation des coûts unitaires. Par rapport au bilan statistique implacable que je viens de dresser, ce bémol entrouvre une lueur d’espoir. 

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Le-cout-des-services-plombe-t-il-notre-competitivite-_2484.html

 
(Mis en ligne le vendredi 17 avril 2015)

Articles similaires
Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...Les multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...Présidentielle : qui parraine qui ? Voici la...Pourquoi Macron est autant soutenu par BFM TV et...Le programme économique d’Emmanuel Macron 2017 =...La Présidentielle, c'est d'abord un...Déficit extérieur: des raisons objectives...Le point sur la pauvreté en France. Qui ? Où ? Et...Alain de Benoist : " Macron est un mutant...La France ne sait toujours pas employer ses...Le talentueux monsieur Macron....Dans quels grands secteurs seront créés des...France : la fracture territoriale s'accélère...Fillon, Macron, Hamon, Mélenchon : 4 manières...