Se connecterS'abonner en ligne

Le chômage, jusqu’où ?

Référence de l'article : MPF4002
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Le nombre de chômeurs a augmenté de 170 000 en un an, soit de 5 %.  

Sur fond de rechute de l’activité. En apparence la dégradation paraît logique et ne peut que continuer.

Si je devais reprendre les raisonnements conventionnels, le calcul est vite fait.

Avec  0 % de croissance et un trend de productivité du travail de l’ordre de 1,2 %, l’emploi décroit mécaniquement de 1,2 % par an, une autre manière de dire que l’on ne réduit le chômage qu’à partir de 1,2% de croissance. En vue, donc, une diminution de l’emploi voisine de 290 000. Le chômage devrait croître d’autant.

Si je regarde maintenant les chiffres de pôle emploi, c’est-à-dire la hausse de 170000 du nombre de chômeurs sur un an que je viens d’évoquer,

on peut se dire que le marché du travail n’a pas mangé tout son pain noir. Puisque précisément la  croissance est quasi nulle (0,1%) depuis un an.  Il existerait encore  un fort potentiel de dégradation.  De plus de 100 000 pour solder les mécomptes de la croissance depuis un an. Il faut ajouter à cela ce que génère notre faible croissance à venir. Si la croissance trimestrielle demeure au voisinage de 0,2 en fin d’année et l’an prochain. Cela signifie encore 100 000 chômeurs supplémentaires fin 2015. Et en tout, au moins  200 000 chômeurs de plus par rapport au niveau atteint fin août, autrement dit le chiffre de 3,6 millions de chômeurs est en ligne de mire fin 2015.

Voilà pour la froide arithmétique. Mais au fond, pourquoi ne pas l’avouer, je n’en sais rien. D’abord parce que ce type d’arithmétique n’a jamais donné la bonne prévision depuis la crise. Si je regarde la hausse du chômage depuis début 2008, elle est d’environ 1million 4.

Cette hausse en revanche n’est n’absolument pas en ligne avec l’évolution de l’emploi, puisque 370 000 emplois ont été détruit sur la même période. Et si depuis 1 an le chômage a augmenté de 170 000,l’emploi lui n’a diminué entre guillemet que de 30 000. En gros, depuis 6 ans, l’emploi n’expliquerait qu’entre 20 et 25% de la hausse du chômage.

Le hiatus peut s’expliquer par la hausse de la population active, c’est-à-dire par la hausse du nombre de candidats à l’embauche. Cette clé explicative a fonctionné jusqu’en 2010. Mais depuis quatre ans elle ne tient plus.

Je ne sais donc pas expliquer les racines de ¾ de la hausse du chômage récente.

Quant à la fameuse loi qui veut que je commence à créer de l’emploi à partir de 1,2 % de croissance  et que je détruis 1,2% d’emplois avec 0% de croissance, si je l’appliquais depuis 2008, je devrais me retrouver avec près d’1 millions d’emplois de moins par rapport à ce que l’on observe aujourd’hui.

Là est peut-être la clé explicative, l’emploi est peut-être plus dégradé qu’on ne le suggère les statistiques de l’INSEE. Lorsque l’on voit aujourd’hui la proportion des embauches en CDD de moins d’un mois, soit 2/3 des embauches, on peut penser que ce turnover infernal trouble la mesure de l’emploi. Mais ce ne sont que des supputations, et si elles ne sont pas fondées, cela entrouvre le mince espoir que le chômage puisse avoir un comportement atypique et inattendu dans les trimestres à venir.

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-L-emploi-et-le-chomage-en-2015_1901.html

(Mis en ligne le 10 Octobre 2014)

Articles similaires
Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...Les multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...Présidentielle : qui parraine qui ? Voici la...Pourquoi Macron est autant soutenu par BFM TV et...Le programme économique d’Emmanuel Macron 2017 =...La Présidentielle, c'est d'abord un...Déficit extérieur: des raisons objectives...Le point sur la pauvreté en France. Qui ? Où ? Et...Alain de Benoist : " Macron est un mutant...La France ne sait toujours pas employer ses...Le talentueux monsieur Macron....Dans quels grands secteurs seront créés des...France : la fracture territoriale s'accélère...