Se connecterS'abonner en ligne

La préférence française pour le travail moins qualifié

Référence de l'article : MPF3405
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Une politique industrielle a pour vocation de bâtir la croissance et l’emploi

sur un élargissement de la base productive, une extension des parts de marchés, la création de revenus qui irrigueront la demande et l’emploi à terme. C’était toute la philosophie du changement de cap annoncé par le président de la république lors de sa conférence de presse de janvier.

 Face à cela, la politique de l’emploi reste accrochée à un credo trompeur :

accroître le contenu en emploi de la croissance, comme si la croissance était quelque chose de donné, sur lequel le politique n’a pas prise. Un objectif dont on pressent les limites lorsqu’on inverse la proposition : diminuer le contenu en valeur ajoutée de l’emploi. Une préférence pour l’emploi peu qualifié qui trouve sa principale traduction dans ce que l’on appelle

la barêmisation des cotisations sociales, c’est-à-dire leur diminution entre le smic et 1,6 smic dans le cadre des allègements Fillon, entre le 1 smic et

2.5 smic dans le cadre du CICE.

Et l’histoire se répète. Le CICE sera très probablement reconduit marquant à nouveau cette préférence pour le travail peu qualifié des partenaires sociaux et de l’exécutif.

Derrière cet arbitrage, il y a des obstacles techniques. Cette éternelle difficulté à détricoter notre usine à gaz fiscale. Mais il y a surtout un véritable torpillage de la politique industrielle.

Maintenir la grosse niche sur l’IS que constitue le CICE, interdit toute baisse significative son taux légal ensuite… tant pis pour l’attractivité et le réinvestissement des profits dégagés à l’étranger. C’est maintenir le surcoût des prestations intellectuelles qui sont à l’origine de la montée en gamme des produits, de nos performances à l’exportation comme le souligne à très juste titre Denis Ferrand dans une récente étude de Rexecode.

Complice de ce torpillage, il y a le MEDEF, rallié à l’instrument maintenant que les entreprises aperçoivent le chèque du CICE.

Il y a Bercy, qui depuis des années multiplie les variantes sur l’avantage des baisses de charge  concentrées sur les bas salaires, sur la base de maquettes théoriques ou d’exercices micro économétriques qui n’intègrent jamais les problèmes de productivité, de concurrence internationale ou d’attractivité du capital… autrement dit autant de problèmes qui fragilisent l’économie aujourd’hui.

Complice de cela des économistes de renom, des Pierre Cahuc, des Francis Kramarz, spécialistes des questions du travail et qui comme Bercy, à force d’aborder l’économie au microscope de leur spécialité,  délaissent totalement les enjeux d’une économie ouverte.

Complice encore de cela, le ministère de l’emploi, qui a raté de peu sa cible d’inversion de courbe du chômage pour avoir mal utilisé les leviers qui étaient à sa disposition…  qui n’a pas su activer l’emploi aidé en délaissant le champ essentiel de l’alternance ou en pénalisant les services à la personne… et qui au lieu d’y remédier  fait aujourd’hui un hold-hup sur la politique industrielle. Un premier échec que le ministère double maintenant d’un second.

Symptomatique encore du brouillage des objectifs, c’est au haut conseil du financement de la protection sociale qu’est revenu l’évaluation de la politique de baisse des charges. Aucune référence bien entendu à la balance des paiements, à la productivité ou à l’investissement direct dans ses évaluations

Une alliance du pire, impavide face à l’érosion lente et sure de nos parts de marché et de notre potentiel de croissance.

(Rédigé le 4 Mars 2014)

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_La-preference-francaise-pour-le-travail-moins-qualifie_1409.html
Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...