Se connecterS'abonner en ligne

La Guyane: pour l'un, c'est une île, pour l'autre, c'est un peuple

Référence de l'article : MPF6040
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Maître Stanislas FRANCOIS,Avocat,(14 Avril 2017)

Ce début de printemps est florissant : voici qu’en mars 2017 sont apparus l’île et le peuple de Guyane. Jeudi 29 mars 2017, Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a présenté ses excuses au « peuple guyanais ». L’emploi du mot peuple pour désigner une composante de la nation a de quoi faire bondir ! Les synonymes ne manquaient pourtant pas et le ministre aurait pu s’adresser à la population de la Guyane, à ses habitants, à nos compatriotes guyanais, etc. Non, les excuses ont été adressées au « peuple ». Si l’emploi de cette expression est choquant, c’est tout simplement qu’en France, il n’existe qu’un seul peuple : le peuple français.

Déjà, le 2 mars, Hollande parlait du "peuple corse"... : une deuxième bombe à fragmentation ultérieure ?

Avant elle, le 2 mars dernier, devant l’Assemblée de Corse, François Hollande avait fait la même erreur. Grande première. Le chef de l’État a prononcé les mots « peuple corse » ! Venant d’un président de la République, c’est grave. En principe, le terme peuple associé aux qualificatifs régionaux est utilisé par les mouvements indépendantistes, ceux-là mêmes qui remettent en cause la souveraineté de l’État. En commettant cette erreur, c’est comme si le chef de l’État voulait saper les fondements même de sa propre légitimité.
 
Ce chef de l’État, qui nous avait déjà démontré qu’il n’était plus le chef, nous prouve maintenant qu’il n’a plus d’État.Si, en France, le Président a des allures de monarque, c’est bien le peuple qui est souverain.

L’article 1er de la Constitution dispose que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». L’indivisibilité est ainsi la première valeur de la République.

Le Conseil constitutionnel a mis en œuvre ce principe d’indivisibilité en 1991. Une loi avait été adoptée par le Parlement et l’article 1er faisait référence au « peuple corse, composante du peuple français ». Elle a été censurée au motif qu’elle méconnaissait tant le principe d’égalité devant la loi sans distinction d’origine que celui de l’indivisibilité de la République. Autrement dit, en France, faire référence à un autre peuple que le peuple français est inconstitutionnel. L’indivisibilité de la République est une notion viscéralement attachée à l’identité de la France, à tel point que c’est une valeur constitutionnelle.

Lorsqu’en 2015, à quelques semaines des élections régionales, le président de la République avait souhaité que la France ratifiât la Charte européenne des langues régionales, les principes d’indivisibilité de la République et d’unicité du peuple s’y sont opposés. Ils ont une application très concrète. À l’origine, ils permettent d’assurer l’égalité des citoyens devant la loi et de faire obstacle au communautarisme.

Alors, que signifie un message au peuple guyanais ? Que les Guyanais ne sont pas nos compatriotes, qu’ils ne sont pas aussi français que les habitants de métropole ? Les mots ont un sens, ils ont également une portée. Venant de responsables publics, représentant le peuple français, au-delà d’une petite faute juridique apparaît une énorme bourde politique.

__________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/guyane-ile-peuple/?mc_cid=7de10b36b9&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 14 avril 2017)
Articles similaires
Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronBilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...Les multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...Présidentielle : qui parraine qui ? Voici la...