Se connecterS'abonner en ligne

France : une ré-industrialisation massive est-elle encore possible ?

Référence de l'article : MPF5655
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,(XERFI ( 28 octobre 2016)

Ré-industrialiser la France n’est pas un projet, c’est un fantasme. Pendant des années, on a laissé filer notre industrie sans rien faire et, maintenant, impossible de revenir en arrière. C’est trop tard, notamment vis-à-vis de l’Allemagne qui a pris un avantage déterminant sur le haut de gamme, un avantage cumulatif. L’excédent courant allemand n’est pas que financier. C’est aussi une arme redoutable pour consolider l’avantage réel déjà constitué.

L’économie allemande est constitué d’un noyau dur industriel, plus rentable que le nôtre et qui se renforce par effet d’agglomération et par une plus forte capacité à autofinancer l’investissement. Qui surexploite le levier de rentabilité grâce à la sous-traitance à l’Est. Peut-on sérieusement envisager de réduire notre écart de spécialisation industrielle, existant depuis l’après-guerre, de monter en gamme en ayant déporté la demande vers les produits low-cost et en faisant subventionner la baisse des charges par la partie la plus exposée de notre économie ?

Si l’on prend le taux de robotisation comme critère caractéristique de la montée en gamme, on constate que l’écart se creuse toujours. Si bien qu’en matière de stocks, la différence n’a jamais été aussi importante. Face à cette Allemagne désormais épicentre productif de l’Europe, la France est reléguée à la périphérie. Et à la périphérie, il y a l’Espagne qui joue la politique de la terre brulée. A force de sous-investissements, le niveau de gamme du made in France s’est rapprochée celui de l’Espagne. Pour le mesurer, il suffit de calculer l’élasticité prix des exportations en volume. A un niveau de gamme élevé correspond une sensibilité aux prix faible.

Les travaux ne sont certes pas totalement convergents en la matière (ceux du Trésor, de l’INSEE, du CAE ou de Patrick Artus). Mais ils confèrent au mieux une position intermédiaire à la France, qui plus est en régression. Tant et si bien que la France jouerait aujourd’hui dans la même cour que l’Espagne ou l’Italie. A ce niveau de gamme, les écarts de coûts sont décisifs.

Or, la France doit rivaliser aujourd’hui avec ses concurrents avec un niveau de coût horaire du travail supérieur de presque 40% à ceux de l’Espagne et de 26% par rapport à l’Italie. Avant la création de l’euro, il aurait suffi de dévaluer le franc pour régler le problème. Aujourd’hui, la seule possibilité pour faire disparaître les écarts de couts, c’est de toucher aux salaires. C’est chose impossible en France en raison de notre consensus social. Des coûts de production élevés et une hauteur de gamme intermédiaire ! C’est la quadrature du cercle dont la conséquence la plus néfaste est celle d’un commerce extérieur devenu structurellement déficitaire, un déficit qu’il faut éponger. L’alternative est simple

1-      soit massacrer notre demande intérieure pour casser les importations.
2-      soit miser sur les multinationales et les pousser à rapatrier leurs bénéfices. La France reste une puissance multinationale, elle dispose donc d’une capacité à générer des revenus, qui se retrouvent en flux positifs de la balance des paiements et qui compensent notre déséquilibre des transactions de biens et services. Il s’agit là d’un élément clé de la solvabilité française. Ce constat doit nous conduire à penser notre écosystème productif en tirant parti du fait que les groupes forment une véritable superstructure financière, qui peut se transformer en atout et renforcer notre territoire, pour peu que notre système fiscal les y engage.

______________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-L-illusion-d-une-reindustrialisation-massive-de-la-France_3744150.html


(Mis en ligne le 28 Octobre 2016)          

Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...