Se connecterS'abonner en ligne

Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....

Référence de l'article : MPF6642
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par le Général Michel FRANCESCHI,(10 Février 2018)

Mes précédentes tribunes sur la Corse m’obligent à commenter la récente visite du président de la République sur l’île. M’étant déjà abondamment exprimé sur la question corse, je me bornerai à l’essentiel [1].

OUI, il y avait fort longtemps que les Corses n’avaient entendu résonner d’authentiques paroles de chef d’État. Les loyalistes corses se sentent confortés dans leur francité consubstantielle par l’affirmation d’une Corse « cœur de la République », et envoyée toutes affaires cessantes en mission en Méditerranée.

L’autorité tant attendue de l’État est de retour. Le drapeau tricolore retrouve sa préséance naturelle qu’il n’aurait jamais dû perdre. La solidarité nationale est réaffirmée et relancée. Les séparatistes sont remis à leur place. Peut-être vont-ils enfin faire le tri entre leurs rêves et les réalités. Ils doivent admettre que les électeurs ne leur ont confié que le pouvoir administratif et nullement un pouvoir constituant. Les résultats des dernières élections territoriales sont sans appel à cet égard, pour peu que les divers commentateurs cessent d’être autistes et consentent à se plier à une analyse sérieuse du scrutin. Mais, étrangement rarissimes sont ceux qui se soumettent à cette exigence démocratique.

Alors, rabâchons une fois de plus les chiffres de l’élection territoriale qui a porté au pouvoir les séparatistes. Il importe d’insister avant tout sur la désaffection citoyenne sans précédent de 50,63 % du corps électoral (47,37 % d’abstentions et 3,26 % de blancs et nuls). C’est la donnée capitale de la question. Bien qu’impressionnant, le score de 56,46 % des séparatistes ne peut occulter qu’ils n’ont ainsi obtenu l’adhésion volontaire que de 26,18 % des inscrits, soit un insulaire sur quatre. Dès lors privés du sésame de l’onction populaire, les séparatistes ne peuvent prétendre s’exprimer au nom de ce qu’ils appellent le peuple corse, ni a fortiori exiger une mutation constitutionnelle, malgré la concession, peut-être en guise de leurre, d’une éventuelle inscription de la Corse dans la Constitution.

C’est le MAIS du propos. Les insulaires n’ont pas la mémoire courte. Ils se souviennent que ce concept a été inventé en 1998 pour permettre à la lointaine Nouvelle-Calédonie de sortir de la République. Aussi ne cadre-il pas manifestement avec l’affirmation, en préambule du discours présidentiel, d’une Corse « cœur de la République ». Échaudés par quarante années d’expédients statutaires, les Corses ne veulent pas de ce saut constitutionnel, réclamé par les séparatistes et leurs compagnons de route pour satisfaire, par la bande, leurs égoïstes ambitions personnelles que leur barre le suffrage universel. Y donner suite serait mettre le doigt dans l’engrenage fatal d’une machine à surenchères institutionnelles sans fin, avec à la clé le délitement de la France, dont le spectre contagieux plane déjà. Grande bénéficiaire de la solidarité nationale, la Corse serait ruinée par ce désastre.

Pour finir, qu’il soit permis à l’auteur une métaphore spirituelle, historiquement fondée. La France figure un chapelet dont l’enfilement des grains les plus divers a demandé quinze siècles d’efforts politiques obstinés. Officiellement consacrée à la Vierge Marie, la Corse ne peut avoir vocation à être le grain qui s’échappe et dévide le chapelet.

[1] : voir les deux articles prédécents:

  • 28 Janvier 2018:
http://www.lasyntheseonline.fr/idees/editoriaux/corse_ce_quun_insulaire_repond_aux_independantistes,31,6615.html
  • 18 décembre 2017 :
http://www.lasyntheseonline.fr/macro/pays_cliquez_ici_pour_voir_la_liste/france/corse_a_elections_confuses_interpretations_des_resultats_confuses,31,6540.html

_____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.com/corse-oui-mais/?mc_cid=c3f23a256f&mc_eid=e4617e9091
 
(Mis en ligne le 10  Février 2018)


Articles similaires
Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?