Se connecterS'abonner en ligne

Corse : à élections confuses, interprétations des résultats confuses

Référence de l'article : MPF6540
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par le Général Michel FRANCESCHI,(18 Décembre 2017)



Théâtralement mise en scène, l’élection territoriale corse a provoqué un emballement médiatique débridé occultant l’essentiel, la passion idéologique l’emportant sur la raison. Le soufflé retombé, l’analyse à froid de l’événement, à la lumière impitoyable des chiffres officiels incurablement têtus, conduit à la conclusion que c’est la confusion à tous les niveaux qui sort gagnante de l’épreuve. Confusion dans l’enjeu. Confusion dans les résultats. Confusion quant à la suite à donner.

Confusion dans l’enjeu. Le scrutin était en vérité un piège que se sont gardés de dénoncer les politologues, allez savoir pourquoi. En fait, on ne demandait rien de moins aux insulaires que de se renier. On les appelait aux urnes pour l’installation d’une collectivité unique qu’ils avaient retoquée lors de leur référendum de 2003. Il eût fallu d’abord les consulter pour s’assurer de leur changement d’avis éventuel. Dans une authentique démocratie, seul le peuple souverain peut défaire ce qu’il a fait. Un soupçon d’entourloupe électorale a substantiellement contribué à une abstention sans précédent de 47,37 % et un record de 3,26 % de bulletins blancs, soit une majorité de 50,63 %. Ce qui signifie qu’un insulaire sur deux n’a pas mordu à l’hameçon. Cette impressionnante désaffection met en cause la valeur même du scrutin.

Confusion dans les résultats. L’indéniable progression des séparatistes doit être sérieusement relativisée. Ils ont vaincu sans péril face à une opposition léthargique, victime de ses divisions et de la désertion de ses caciques. Leur score élevé de 56,46 % des votants ne doit toutefois pas faire illusion, car il ne représente en réalité que 26,18 % des insulaires, soit un sur quatre. C’est très loin de correspondre au triomphe proclamé, devant lequel le gouvernement n’aurait plus qu’à s’incliner.

Confusion sur la suite à donner. Elle procède de la confusion sur la nature du scrutin. Les séparatistes lui donnent la signification d’une autodétermination, alors que l’objet n’était que le choix des dirigeants de la nouvelle collectivité unique. Spéculant sur leur expérience de quatre décennies de laxisme gouvernemental, ils ont présenté dès la clôture du vote l’addition de leurs revendications institutionnelles. Ils font fi de l’objet du scrutin qui ne consistait nullement à leur donner mandat de « négocier » avec le « pays ami » l’émancipation de la Corse. D’autant moins que, comme nous venons de le voir, les résultats sont très loin de leur accorder l’onction populaire indispensable en la matière.

Fort de cette réalité, le gouvernement, garant de l’unité nationale, ne doit surtout pas obtempérer à leurs prétentions exorbitantes et, de surcroît, anticonstitutionnelles. Le droit et le devoir lui commandent de résister au chantage à la violence dont la menace est déjà brandie.

En cas de durcissement de la situation, le gouvernement ne doit pas se priver de l’arme suprême d’un nouveau référendum insulaire que, notons-le au passage, les séparatistes ne se hasardent pas à réclamer, contrairement à leurs amis affichés catalans, écossais et calédoniens. La jurisprudence de 2003 autorise la procédure.

Cette sorte de jugement de Dieu des temps modernes constituerait une clarification radicale de la question, en même temps que la sortie par le haut de la lancinante crise corse.
Alors la messe serait dite.

___________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/corse-lelection-de-confusion/
 
(Mis en ligne le 18 Décembre 2017)

Articles similaires
Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...