Se connecterS'abonner en ligne

Comment sont financées les organisations patronales et syndicales en France ?

Référence de l'article : MPF5488
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Eric VERHAEGHE,Président de Tripalio,(10 Juillet 2016)

Le 9 mai dernier, une opération de bonneteau sur le financement des syndicats a eu lieu, passée totalement inaperçue. Elle donne l’occasion de refaire un point sur l’état du sujet aujourd’hui.

Les syndicats avant la loi du 5 mars 2014

Jusqu’à la loi du 5 mars 2014, les organisations syndicales, qu’elles soient salariales ou patronales, se finançaient comment elles le pouvaient. Dans la pratique, elles utilisaient deux circuits très différents:

  • le premier reposait sur les cotisations,
  • le second mobilisait les ressources du « paritarisme ». Dans celles-ci, deux ramifications principales existaient: le « préciput » de la formation professionnelle, équivalent à 1% environ des fonds collectés au titre des obligations en matière de formation, et des « chèques » libellés par les grands organismes paritaires auxquels les organisations syndicales participent (Unedic, Sécurité Sociale, etc.).

Ces circuits n’interdisaient bien entendu pas aux organisations de salariés d’ arrondir leurs fins de mois par une sorte de « racket » auprès des institutions de prévoyance ou au titre de la formation.
Tout ce système ne prend pas en compte le financement des syndicats d’entreprise par l’intermédiaire des chèques syndicaux ou des comités d’entreprise.

Les justifications de ces sommes

Pour mémoire, les organisations syndicales, qu’elles soient salariales ou patronales, justifiaient la perception de ces sommes en invoquant la nécessité de les indemniser pour leur participation à la vie des organismes paritaires, notamment nationaux. Administrer la sécurité sociale ou l’UNEDIC, ou encore les régimes de retraite complémentaire, suppose de disposer d’administrateurs compétents, déchargés de toutes autres activités.

Si l’argument n’est pas totalement dénué de fondement, on notera quand même que la perception de ces sommes par le MEDEF laisse quelque peu rêveur. Ce circuit de financement illustre bien l’ambiguïté des grandes centrales patronales sur la question du paritarisme: d’un côté, on en dénonce volontiers la lourdeur ou la rigidité, d’un autre, on est bien content d’en toucher les revenus.

Pire: il a rendu les organisations de salariés dépendantes d’usines à gaz toxiques pour leurs adhérents, mais indispensables à leur financement.

Les syndicats et la loi du 5 mars 2014

La loi du 5 mars 2014 a remplacé le financement des fédérations de branche ou des confédérations par la création d’un fonds paritaire de financement du dialogue social. Celui-ci se substitue au préciput de la formation professionnelle et aux chèques des organismes paritaires. Il est abondé par une cotisation initialement appelée « contribution patronale au financement des organisations syndicales », qui en disait long sur la nature de l’opération.

Cette contribution équivaut à 0,016% des rémunérations incluses dans l’assiette de la sécurité sociale. Elle est collectée par les URSSAF, qui les reversent, par l’intermédiaire de l’ACOSS, au fameux fonds paritaire.

Le Conseil Constitutionnel valide le système

La particularité du reversement est qu’il est uniforme pour les syndicats de salariés et proportionnels pour les syndicats d’employeurs. Autrement dit, la somme collectée est divisée en deux:

  • Une première moitié est affectée aux organisations de salariés représentatives au niveau national: la CGT, la CFDT, FO, la CGC et la CFTC. Chacune de ces confédérations reçoit une somme identique.
  • La seconde moitié est versée aux organisations d’employeurs. Le MEDEF en reçoit 50%, la CGPME 30% et l’UPA 20%.

Pourquoi ces différences de traitement? Le monde patronal, qui n’a pas mesuré effectivement l’audience de chacun de ses syndicats, et qui s’est puissamment affronté sur le sujet, a manifestement obtenu des aménagements dont la CGT rêvait, mais que le Conseil Constitutionnel lui a refusés, jugeant cette différence dans les règles de calcul parfaitement licite.

Une transparence en toute opacité

Officiellement, la mise en place d’un fonds paritaire était pratiquée au nom de la transparence. Comme souvent dans ce qui se pratique au nom de celle-ci, c’est l’inverse qui s’est produit. Depuis la mise en place du fonds, l’opacité règne encore plus qu’auparavant.

Pour illustrer le propos, on notera que, ni le site de l’ACOSS, ni le bilan d’activité de celle-ci, ne donne la moindre information sur le fonds paritaire. Celui-ci ne dispose pas de site Internet et aucune publicité n’est donnée ni sur le montant des sommes collectées, ni sur leur utilisation concrète.
Les employeurs qui financent ce fonds ne manqueront pas d’apprécier l’utilisation mystérieuse qui est faite de leur argent.

Combien rapporte cette taxe?

S’il nous est permis d’extrapoler, on peut néanmoins estimer le montant de la collecte à environ 85 millions d’euros.

La masse salariale soumise à l’assiette de sécurité sociale équivaut en effet à environ 530 milliards d’euros. Cette somme n’englobe pas les quelques 200 milliards de masse salariale du secteur public.

Or, une cotisation de 0,016% sur 530 milliards équivaut à 85 millions. La répartition de celle-ci permet donc d’accorder environ 21 millions au MEDEF, 16 millions à a CGPME, 8,5 millions à chaque syndicat de salariés (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC) et 4 millions environ à l’UPA.

Cette taxe se substitue-t-elle vraiment aux autres sources de financement?

La question est de savoir si cet apport est exclusif de tout autre ou pas.

On a vu que la mise en place d’un fonds paritaire n’a pas d’impact sur le financement des syndicats d’entreprises par les comités d’entreprise. Rien n’empêche un syndicat d’entreprise de financer la fédération à laquelle il est rattaché, ni même sa confédération.

Au-delà de ces fonctionnements réguliers, il est de notoriété publique que les fédérations syndicales utilisent les organismes paritaires dont elles sont administratrices (notamment les institutions de prévoyance) pour obtenir d’importants avantages: achat de publicité dans leurs publications, de stands dans les congrès, et autres opérations opaques, pour se financer.

Le recours aux budgets de formation constitue aussi des voies détournées pour "fluidifier" les relations sociales.

Sur ce point, il ne faut surtout pas oublier que le fonds paritaire national finance désormais les confédérations là où les fédérations professionnelles étaient souvent, par le passé, les premières approvisionnées, notamment par le préciput de la formation professionnelle.

La réforme du 9 mai 2016

Conscient des effets négatifs de cette cotisation patronale au financement des organisations syndicales, le gouvernement a procédé à un changement sémantique. Il appelle désormais cette taxe discrète: contribution patronale au financement du dialogue social.
Le fait reste le même: ce sont bien les employeurs qui financent les organisations syndicales, qu’elles soient salariales ou patronales.

Une taxe qui nie la liberté syndicale

Pour les employeurs comme pour les salariés, cette taxe pose un véritable problème, dans la mesure où elle constitue une négation profonde de la liberté syndicale.
Dans la pratique, il s’agit d’abord bien d’une taxe affectée, puisqu’elle est proportionnelle à la masse salariale et que sa destination est connue.

Par le truchement de cette taxe, tout salarié et tout employeur finance obligatoirement tous les syndicats de salariés et tous les syndicats d’employeurs. La méthode est particulièrement choquante pour les patrons qui ne souhaitent pas financer le MEDEF ou pour les salariés qui ne souhaitent pas financer la CGT : dans tous les cas, ils sont obligés de le faire.

On notera également que Pierre Gattaz évite soigneusement de rappeler qu’il préside l’organisation syndicale qui reçoit le plus de fonds "publics" en France, et cela grâce à l’une des nombreuses taxes pesant sur les entreprises.

______________________________________________________________
Article publié à l'origine sur le Site de l'auteur:
http://www.eric-verhaeghe.fr/patronat-finance-syndicats/

(Mis en ligne le 10 Juillet 2016)

 
Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...