Se connecterS'abonner en ligne

Centrer la baisse des charges sur les bas salaires : une erreur stratégique

Référence de l'article : MPF3426
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Le débat sur la baisse des charges est décidément bien mal engagé. J’aimerais vous dire à nouveau ici en quoi et comment la coalition qui se dessine en faveur d’une baisse centrée sur le SMIC, pousse à une erreur stratégique lourde, même si je n’ignore pas la puissance des arguments en sa faveur. Car :

  • Oui la baisse des charges ciblées sur le smic crée bel et bien de l’emploi. Et même beaucoup. Les travaux empiriques, et les plus récents encore, en attestent.
  • Oui la mesure se double d’un effet favorable sur la demande et la croissance à court terme.
  • Oui la mesure a donc la vertu rare de rallier les tenants d’une politique de l’offre, puisqu’elle offre un antidote au SMIC élevé… et les keynésiens pour qui toute impulsion en faveur de la demande est bonne en temps de crise.
  • Oui la mesure rallie un très grands nombre d’experts académiques crédibles comme en témoigne une tribune signée par 34 spécialistes de l’emploi « Le Monde » du 4 février  dernier.

Mais ce n’est pas parce l’efficacité d’un médicament est reconnue, que l’on doit en recommander l’administration quelques soit la maladie, quelque soient les circonstances…or c’est exactement ce que fait aujourd’hui la communauté des experts. Avec des arguments qui laissent parfois pantois.

Car pour ces derniers, s’il y a un problème de compétitivité au niveau des activités à forte valeur ajoutée, réglons-le en comblant notre écart de R&D avec l’Allemagne. L’emploi c’est l’affaire des bas salaires… la productivité c’est l’affaire de la R&D… or cette séparation des problèmes est tout simplement insensée.

Car si la question posée au gouvernement

est bien de trouver une prescription pour résorber un handicap de compétitivité. Et si l’on s’accorde sur ce diagnostic, alors on peut avancer tous les chiffres que l’on veut en matière d’emploi, avec les protocoles scientifiques les plus rigoureux… cela ne répond pas à la question posée. Le vrai enjeu  est de trouver  la mesure qui permet aux entreprises de reprendre pieds en termes de parts de marché.

Si l’on s’accorde sur ce diagnostic,

la spécialisation par secteur et par type d’entreprise de l’emploi est bien un enjeu majeur. Non, il n’est pas indifférent de charger une économie en emploi dans des TPE à faible valeur ajoutée ou dans les services à la personne ou dans le commerce, quand cette économie perd des marchés et que le nombre de ses entreprises exportatrices régresse.

Ensuite la R&D est d’abord une affaire de spécialisation.

Notre écart de R&D avec l’Allemagne, permanent depuis plus de 30 ans, est  le fait de notre écart de spécialisation dans les activités à forte intensité technologique. Il faut vraiment avoir une vision bien éthérée de l’économie pour penser que la R&D se décrète, sans lien avec la nature de nos structures productives.

Alors non, recommander la neutralité dans la diminution des charges, ce n’est pas simplement vouloir faire le jeu du « lobbying des grandes entreprises du secteur industriel ». Ce n’est pas faire le jeu d’entreprises qui agiteraient en permanence le spectre de la perte de compétitivité » pour empocher la mise, si l’on en croit les soupçons de certains experts du marché du travail. C’est simplement être attentif au diagnostic, à l’histoire, à l’environnement international, avant de proposer un remède.

(Rédigé le 12 Mars 2014)

Nota: cet article est également disponible en version video
http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_Centrer-la-baisse-des-charges-sur-les-bas-salaires-une-erreur-strategique_1425.html

Articles similaires
Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...Les multinationales françaises sont un atout...Les 30 mesures coûteuses et non financées du...Quel candidat a une vraie stratégie pour...