Se connecterS'abonner en ligne

Budget 2017: au revoir la rigueur, re-bonjour les cigales

Référence de l'article : MPF5504
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (15 Juillet 16)

Difficile aujourd’hui de prendre toute la mesure du tournant qu’opère le gouvernement en matière de politique budgétaire. Ce qui est clair, c’est que la rhétorique a changé. Les économies budgétaires ne sont plus la priorité. 

Et les doutes qui planaient sur le fait que les multiples annonces qui se succédaient depuis janvier seraient intégralement compensées par des économies sur d’autres postes non prioritaires ont été levés. On parle en tout de 7 milliards de dépenses supplémentaires….  

Entre ce qui a déjà été annoncé en 2016 (prime à l’embauche, formation des chômeurs, soutien aux agriculteurs, hausse du point d’indice des fonctionnaires, prolongation du suramortissement, plan jeune…) et ce qui se profile dans le budget 2017. Supplémentaires par rapport à quoi ?
Par rapport à la trajectoire qui avait été programmée à horizon 2017 dans le programme de stabilité.  
Autrement dit par rapport à la cible qu’avait affichée le gouvernement depuis 2 ans et qu’il avait reconfirmée en avril à la Commission européenne :
1. de revenir à 2,7 % de déficit en 2017
2. de parachever le plan d’économie budgétaire de 50 milliards.
Or, premièrement,

en 2017, les crédits des ministères seront supérieurs de 5,6 milliards d'euros à ce qui avait été annoncé en avril, lors du programme de stabilité. Et, deuxièmement, les dotations aux collectivités ne baisseront plus de 4 milliards, mais de 2,8… soit 1,2 milliard d’économies en moins. En tout, l’Etat s’éloigne de près de 7 milliards du cap qu’il s’était fixéCela représente 0,3 point de PIB.
Je ne vais pas sonner ici le signal d’alarme du point de vue financier. Il n’y a pas péril en la demeure c’est vrai.

Certes, il y a l’entourloupe de la baisse supplémentaire du CICE en contrepartie du maintien de la C3S… ce petit tour de passe-passe permet de reporter en 2018 l’imputation d’une mesure qui coute 3-4 milliards à l’État.

Mais en réalité, il est probable que le gouvernement ne s’éloigne pas beaucoup de la cible de 2,7% de déficit qu’il s’était fixé. Pas seulement grâce à des entourloupes comptables. D’abord, parce que la dynamique de redressement des finances publiques va jusqu’ici au-delà de ses espérances.

Rappelons-le, pour 2016, le gouvernement ciblait une hausse nominale des dépenses de 2,4% par rapport aux dépenses exécutées en 2015. Et une hausse de 3% des recettes. Or sur les 4 premiers mois d’exécution du budget que voit-on ? Que les dépenses ont diminué de 2,7% par rapport à la même période de l’an dernier. Et que les recettes fiscales ont bondi de 6,1%... Il ne faut bien sûr pas extrapoler les constats jusqu’à avril, compte tenu d’une conjoncture particulièrement favorable et des annonces qui se succèdent.

Mais sur ces seuls 4 mois, le gouvernement a déjà engrangé 10 milliards d’avance par rapport à la cible de déficit.

A quoi il faut ajouter, rappelons-le que le gouvernement misait sur un début de normalisation des taux d’intérêt dès 2016, qui s’amplifierait en 2017.

Soit 0,9% de taux d’intérêt en moyenne pour 2016, et 1,7 en 2017. Or, on est loin de cette hypothèse, notamment après le Brexit. Ce qui signifie que le Trésor va pouvoir continuer à émettre les nouvelles tranches de la dette arrivant à échéance à des taux compris entre 0 et 0,5 % un certain temps encore. Il y a une possibilité d’économies sur la charge de la dette (aujourd’hui de l’ordre de 42 milliards annuels) très importante. Qui pourraient dégager de nouvelles marges de manœuvre de 2 à 3 milliards, voire beaucoup plus. A terme, le problème n’est donc pas là. Le gouvernement ne casse pas la tirelire.

Le problème, c’est cette maladie française qui consiste à jouer le tempo budgétaire à contretempsA consumer immédiatement les marges que lui offrent les phases de reprise. Et à se retrouver piégé dans la rigueur dès qu’un choc survient. Or la divergence de croissance avec l’Allemagne, c’est d’abord cela, rappelons-le. C’est le fait qu’en 2010 l’Allemagne a pu s’épargner la rigueur quand la France a du ponctionner plus de 3 point de PIB pour revenir dans les clous. C’est précisément ce qui risque de nous arriver si le Brexit enraye la reprise. L’Allemagne a des réserves. La France n’en n’a pas. Et compte-tenu de nos dynamiques d’endettement, cela pourrait couter très cher à la France. C’est là le principal reproche que l’on peut adresser au gouvernement. Celui de réitérer cette éternelle erreur de pilotage. De vouloir retirer les dividendes de ses propres économies, au lieu de provisionner les risques dans une phase économique particulièrement instable et imprévisible.

(Mis en ligne le 15 Juillet 2016, mais la video a été remplacée par le texte et ses slides le 19 Juillet à 12h25 ) .Pour ceux qui souhaitent avoir accès de nouveau à la video, en voici le lien:

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Virage-budgetaire-du-gouvernement-le-retour-du-temps-des-cigales_3666.html

Articles similaires
Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...Une reprise, mais sans hausse des salaires :...Parmi les 732 secteurs de l'économie...L’ouragan Irma souligne l’incapacité de l’Etat...Loi Travail: quel sera son impact sur...Quels secteurs ont créé le plus d'emplois...Que faire des emplois aidés ?Portrait de Marianne avec un poignard dans le dosGouvernement Macron: comment seront répartis les...Pour la 13ème fois sur 18, le déficit budgétaire...Hulot et les neonicotinoïdes : 6 couacs pour le...Moralisation de la vie publique : et si on...Les trois vraies ruptures que doit créer Emmanuel...Quatre erreurs qui rendent la projection du FMI...Education nationale : Mélenchon rédige-t-il les...Mais au fait, Mélenchon, le grand défenseur des...Macron se retrouve maintenant face aux dures...Le tirage au sort à l'Université, ou le...Quatre bonnes raisons de ne pas désespérer de...Avec "les kwassa-kwassa amènent du...Une République "En Marche" affaiblie...Comment Macron va-t-il renforcer la compétitivité...Mali : Emmanuel Macron est-il un chef de guerre ?Le pari européen va-t-il permettre...Macron : et en plus, la baraka conjoncturelle !Education Nationale : le choix d’un Ministre...Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il trouver la...L’ultime tentative de Hollande : redécouper les...Le prochain président devra réussir au moins ces...Le best of des phrases contradictoires de MacronLa Guyane: pour l'un, c'est une île,...Bilan sur 18 ans : quelle évolution des salaires...Qui aime l'Etat aime l'ENA: analyse du...Présidentielle : voici l'arborescence...Les 5 principaux candidats ne parlent presque...Que penser de l'expulsion par l'Etat...En dix ans, la France a perdu 320 000 emplois...François Hollande toujours aussi content de luiPrésidentielle : 11 candidats retenus, mais 61...