Se connecterS'abonner en ligne

Baisse d'impôts en 2016 : la priorité c'est l'IS

Référence de l'article : MPF4801
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (28 Août 15)

Reprise poussive sur fond de croissance mondiale anémique et de forte instabilité financière. Le ton de la rentrée est donné. Et l’on comprend aisément la volonté gouvernementale de remettre du carburant dans la reprise.

Son engagement à baisser les impôts sur les ménages dès 2016 vise précisément à rétablir la confiance sur les débouchés et à faire en sorte que le pacte de responsabilité produise enfin des résultats tangibles.
Ce faisant, le gouvernement commet une erreur, en recherchant une solution nationale à une rechute dont les causes lui échappent. Car les ratés de la reprise sont d’abord le fruit du chacun pour soi des pays développés : les reprises se font au détriment des autres. Or l’initiative pour casser ce cercle vicieux ne peut venir que des pays en hyper excédents. La France déficitaire, n’a, en attendant, pas d’autre choix que d’épouser cette logique du pire, et de continuer à bâtir sa croissance sur le dos de ses voisins. Notamment si elle veut placer l’Allemagne dans une impasse stratégique.
Si la France doit agir sur le plan fiscal, en cette rentrée, il me semble alors qu’elle aurait tout intérêt  à ne pas attendre 2017 pour baisser l’IS.
 
Son taux nominal est, rappelons-le, au sommet des pays avancés, même si l’impôt sur les sociétés français n’est pas le plus élevé du monde, lorsque l’on tient compte de l’étroitesse de l’assiette. Et si l’on ajoute la fiscalité qui pèse sur les dividendes

la France est le pays qui taxe le plus, à la marge, les profits redistribués. C’est un signal fort, qui pénalise l’attractivité du territoire, et qui induit surtout toute une série de comportements d’optimisation qui altèrent notre balance des paiements.
Rappelons ici ce que recouvrent ces comportements :

D’abord, une sous-évaluation des prix facturés aux filiales étrangères à faible IS, ce qui tend à diminuer la valeur des flux réellement exportés.
Ensuite, une concentration de la facturation des redevances sur les intangibles, brevets, marques, etc. sur le territoire, ce qui  majore nos importations.
Enfin, une concentration de la dette des groupes sur les filiales françaises, pour déduire les intérêts, ce qui détériore notre position extérieure
Plus toute une série d’acrobaties, sandwich irlandais ou hollandais, qui poussent certaines entreprises à s’immatriculer dans les pays qui facilitent les montages avec les paradis fiscaux. Ce qui amplifie encore la déperdition de chiffres d’affaire et de profits.
L’impact global de ces différents jeux n’est  pas quantifié.

Mais si certains pays à bien plus faible fiscalité sur les profits que la France, engrangent plus de recettes, c’est précisément que l’assiette fiscale est particulièrement réactive aux taux d’imposition.  Non que la baisse de l’IS attire soudainement les entreprises sur le territoire,

mais parce qu’elle atténue rapidement les stratégies comptables d’évitement que je viens d’énumérer et qui altèrent notre balance des paiements. Ces comportements se concentrent sur quelques centaines d’entreprises multinationales, qui représentent à elles-seules plus de la moitié de la valeur ajoutée. 
En reléguant la baisse de l’IS à 2017 et en étalant le processus jusqu’à 2020, le gouvernement se prive donc d’une mesure qui produit les effets rapides en termes d’image, et de retombées sur la balance des paiements.

Le gouvernement pourrait alors troquer la baisse programmée de la C3S en 2016, qui pèse depuis 2015 sur la part du chiffre d’affaire supérieure à 3,25 millions d’euros, contre une diminution de l’IS. Le premier impôt fait sens, puisqu’il constitue un prélèvement qui échappe au jeu de l’optimisation, taxant les entreprises dès qu’elles opèrent sur le territoire. La baisse de l’IS aurait un double avantage. Elle viserait beaucoup plus d’entreprises, et notamment les PME. Elle aurait de surcroit des retombées symboliques mais surtout comptables beaucoup plus rapides. 

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Baisse-d-impots-en-2016-la-priorite-c-est-l-IS_2800.html

(Mis en ligne le 28 Août 2015)        

Articles similaires
Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...C'est quoi, être riche, pour...L’honneur d’un préfet de la RépubliqueQue va donner le match « Macron » contre « La...Retour sur la démission "forcée" du...La méthode Mélenchon, ou la classique Révolution...Evolution des marges industrielles en France de...Quand la grève se transforme en outil...Réforme des retraites : quelques vérités et...