Se connecterS'abonner en ligne

Chine : décélération confirmée

Référence de l'article : MPC3602
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

Le chiffre de croissance du 1er trimestre est tombé pour la Chine.

A 7,4%, il s’agit d’un résultat très médiocre, le plus mauvais depuis 18 mois, un niveau comparable à ceux de 2009 quand la Chine subissait le contrecoup de la pire récession internationale depuis la seconde guerre mondiale. Et pourtant ce chiffre a été accueilli par un grand « ouf » de soulagement, tant les craintes d’un atterrissage plus brutal encore étaient importantes. Des craintes alimentées d’abord par l’orientation de la production manufacturière :

en hausse de 8% en rythme annualisé, le bilan du 1er trimestre n’est pas à la hauteur des performances passées, généralement supérieures à 10%. Une déception, certes, mais prévisible compte tenu de la trajectoire des PMI.

Des PMI qui flirtent avec les 50, valeur qui marque la frontière entre expansion et contraction. Des PMI qui indiquent bien que l’industrie chinoise est à la recherche d’un second souffle, notamment à l’extérieur. Car cela fait plusieurs mois maintenant que les exportations sont sur une pente déclinante.

Pour la première fois depuis 2009, leur variation est négative (-3,4% entre janvier et mars dernier par rapport à la même période de 2013). Une chute qui entraîne une réduction des excédents commerciaux. Une réduction amortie néanmoins par le reflux concomitant des importations, le contenu en importations des exportations chinoises étant particulièrement élevé. Le principal moteur de la croissance tourne ainsi à faible régime et doit relever plus que jamais le défi de la montée en gamme et de la productivité. Une nécessité pressante compte tenu de l’appréciation continue du yuan et de l’augmentation des coûts de production liée au renchérissement de la main-d’œuvre. C’est aussi un passage obligé dans l’optique d’une plus forte autonomie et d’un rééquilibrage du modèle de croissance vers plus de consommation.

Une évolution voulue par le plan quinquennal 2011-2015, lequel prévoit des revalorisations du salaire minimum de 13% en moyenne par an. Les hausses de salaires enregistrées depuis le début de l’année dans les grandes métropoles en porte déjà la trace. Mais les résultats restent mitigés comme le montre

l’évolution des ventes de détail dont le rythme de progression reste décevant, bloqué autour de 10% en volume sur les 3 premiers mois de l’année rapportés à la même période de 2013, soit deux points de moins que début 2012. Un manque d’élan qui se perçoit également à travers la confiance des ménages,

supérieur d’à peine 3 points à son niveau jugé normal il peine à prendre un nouvel envol. A court terme, les hausses de salaires ne sont donc pas sans risques, d’autant qu’elles ne s’accompagnent pas d’améliorations équivalentes de la productivité, ce qui pèse in fine sur les profits des entreprises, altère leur capacité à investir et à honorer leurs engagements financiers. A ce risque s’ajoute celui de l’immobilier et de la construction plutôt mal en point et qui représente de 10% à 15% du PIB. Le changement de doctrine de Pékin soulève un vrai problème de transition d’un modèle à un autre. Et le pari n’est pas encore gagné. Maintenir le 7,4% de croissance du 1er trimestre tout au long de l’année sera donc déjà un exploit.

Nota : cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois_Chine-deceleration-confirmee_1539.html

(Mis en ligne le 2 Mai 2014)

Articles similaires
Les velléités de conquête de la ChineDjibouti : une base militaire supplémentaire,...Xi JinPing vante le libre-échange : Bastiat...La Chine pionnière en communication quantique...La Chine très proche de la stratégie hollandaise...Chine: la mutation de l'économie entraîne de...Chine, France et autres Pays: savoir distinguer...Ralentissement chinois : les indices et les aveuxAtterrissage chinois, de mal en pis. Gare au...Quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde...Réflexions sur le NOUVEAU risque de change lié au...Le nécessaire rééquilibrage de l’économie...Revirement chinoisOr : Quand la Chine s’éveillera…Les sept péchés capitaux de la ChineLa population active chinoise enregistre une 2e...Chine : le ralentissement est inéluctableLa Chine face à son déclin démographiqueL’industrie chinoise passe au vertChine : baisse de prix imposée à Danone et...Chine et marchés globaux : qui est la mouche, qui...Rémy Cointreau : la Chine consomme moins de...Dégradation des relations entre l’UE et la Chine...L'UE taxera les panneaux solaires chinoisPékin tend la main à l'IndeLe Gouvernement chinois veut un plan de...Les infrastructures en Chine et leur financementAirbus en passe de réussir à réactiver le contrat...Alibaba prend une participation de 18% dans...Fiche Pays : la ChineChine : le Yuan au plus haut depuis Janvier 1994La croissance chinoise moins soutenue que prévuParis veut instaurer une ligne de ‘swap’ de...Déficit du commerce extérieur chinois en mars !Quand la Chine se replie sur elle-même : quels...Nouvelle image de la Chine en AfriqueLe chinois Suntech, numéro un mondial du solaire,...La Chine redevient le cinquième exportateur...Chine : envol des ventes de logements, avant le...Vers une refonte du système de redistribution des...La Chine lance un programme d’urbanisation de 4...Chine : le casse-tête de l’immobilierCroissance chinoise : « it’ s the credit, stupid...Contrôle de la structure du financement en Chine...La Chine fixe le cadre de sa politique...Vers un rééquilibrage de la balance des capitaux ...Pollution en Chine : comment éviter de devenir...La Chine repense sa stratégie...Les évolutions des règles boursières en Chine :...Performances en demi-teinte du commerce extérieur...La Chine n'a pas besoin d'une politique...Banque de Compensation en RMB : un enjeu...