Se connecterS'abonner en ligne

Nelson Mandela : le vrai portrait d'un combattant et d'un révolutionnaire

Référence de l'article : MPA4021
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Bernard LUGAN [1],

Nelson Mandela n’était ni un nouveau Gandhi, ni un nouveau Martin Luther King car il n'était pas partisan de la non-violence. Il mit sa peau au bout de ses idées, n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien. Ce fut également un authentique révolutionnaire. Le 6 décembre 2013, un communiqué du SACP (South African Communist Party) le confirma en ces termes : « Le camarade Nelson Mandela ne faisait pas seulement partie du SACP, mais également de son Comité central ».

Le présenter comme un doux intellectuel est donc une trahison de sa mémoire. D’autant plus qu’il créa la branche armée de l’ANC, l’Umkhonto We Sizwe (le fer de lance de la nation ou la lance du peuple). Le 16 décembre 1961, jour anniversaire de la bataille de Blood River qui, en 1838 vit la victoire des Boers sur les Zulu, l’Umkhonto We Sizwe déclencha une campagne d’attentats et de sabotage.

En 1963, Nelson Mandela fut condamné à 5 ans de prison dont 3 pour incitation à la violence et 2 pour sortie illégale du territoire. La police ignorait alors son rôle dans cette campagne d’attentats. Quelques mois plus tard, à Rivonia, l’organigramme de l’ANC et de l’Umkhonto We Sizwe fut découvert par la police quand elle captura l’état-major de l’organisation encore en liberté, à savoir Walter Sisulu et Govan Mbeki. La preuve ayant été apportée qu’il était le chef de la branche armée de l’ANC, Nelson Mandela fut rejugé et condamné à la prison à vie ; non pour s’être opposé à l’apartheid comme cela est trop souvent écrit, mais pour terrorisme, sabotage et complot.

[1] : Bernard LUGAN est universitaire. Il est professeur à l'Ecole de Guerre et aux Ecoles de Saint-Cyr-Coëtquidan. Il est expert auprès du TPIR (Tribunal Pénal international pour le Rwanda) et il publie l'Afrique Réelle, lettre d'information par internet:http://bernardlugan.blogspot.fr/

Pour lire la suite de cette étude de 5 pages, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

Document mis en Annexe :