Se connecterS'abonner en ligne

Afrique du Sud : l'apartheid à rebours

Référence de l'article : MPA4015
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Bernard LUGAN [1],

Vingt après avoir été mis au pouvoir par Frederik de Klerk, l'ANC entame la dernière phase de sa politique de marginalisation des Blancs à travers des mesures de plus en plus radicales, à l'image des quotas de 50% de Noirs qui viennent d'être imposés dans le rugby.

Depuis 1994, les Blancs sud-africains subissent un véritable apartheid tout en étant quotidiennement accusés d'être les responsables des échecs économiques que connaît le pays.

Au mois de novembre 1999, le président Thabo Mbeki n'avait ainsi pas hésité à parler d'eux comme d' « une classe dirigeante étrangère », et il était allé jusqu'à les menacer d'un « soulèvement racial ».

En 2001, l'ancien leader du groupe parlementaire ANC, M. Tony Yengeni déclara : « Chaque  chose que les Blancs possèdent, ils l'ont volée aux Noirs », et au mois de décembre 2002, la commission sud-africaine des Droits de l'Homme, organisme officiel, considéra que le slogan « Kill the Boer, kill the Farmer » n'était pas un slogan de haine mais « un discours indésirable n'incitant pas à la violence et à la guerre ».

[1] : Bernard LUGAN est universitaire. Il est professeur à l'Ecole de Guerre et aux Ecoles de Saint-Cyr-Coëtquidan. Il est expert auprès du TPIR (Tribunal Pénal international pour le Rwanda) et il publie l'Afrique Réelle, lettre d'information par internet: http://bernardlugan.blogspot.fr/
 

Pour lire la suite de cet article, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Mis en ligne le 17 Octobre 2014)