Se connecterS'abonner en ligne

Quand le policy mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Référence de l'article : MMZ1318
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Riches Flores Research

La perspective d’une récession, dont tout laisse penser qu’elle ne sera pas accompagnée des mesures de politique économique nécessaires pour en amortir les effets, est à la fois inédite et immensément inquiétante. 

La zone euro entrant en récession :
  • la BCE devrait abaisser le niveau de ses taux directeurs de 200 à 250 points de base, l'exercice est naturellement inaccessible avec des taux d'ores et déjà à 0,75%,
  • les stabilisateurs budgétaires automatiques devraient creuser le solde primaire des Etats de 1% à 2% du PIB, les ajustements en cours sont, au contraire, censés accroître l'excédent de 1,3% du PIB.
Toutes choses égales par ailleurs, le mix pro-cyclique de la politique de 2013 coûterait jusqu'à 1,6% du PIB de la zone euro en 2013, potentiellement davantage en prenant en compte l'absence des stabilisateurs automatiques. 
Les lignes de la politique économique devraient donc continuer à bouger très significativement dans les prochains mois :
  • La BCE utilisera les dernières marges de baisse de ses taux directeurs,
  • l’Allemagne adoptera un plan de relance sans doute avant la fin de l’hiver, 
  • le calendrier des ajustements budgétaires sera assurément redéfini,
  • les project bonds financeront des programmes d’infrastructures européens 
  • et les Eurobonds verront sans doute le jour assez rapidement

Toute la question est de savoir si ces changements trop tardifs auront encore une chance de sauver la situation in extremis… Pour prendre connaissance de cette étude, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Mis en ligne le Vendredi 2 Novembre 2012)

Document mis en Annexe :